SSB: les immigrants non occidentaux en Norvège ont ressenti une forte inquiétude lorsque la pandémie a commencé - 3

Près d’un immigré non occidental sur trois a ressenti une forte inquiétude après la fermeture de la Norvège en 2020. D’autres étaient considérablement plus calmes, selon l’enquête sur les conditions de vie 2020, publiée lundi par Statistics Norway (SSB).

Avant même le début de la pandémie, les immigrés hors d’Europe étaient plus concernés que la population en général.

Entre le 9 et le 11 mars, 15 % des personnes issues de l’immigration non occidentale ont répondu avoir ressenti une forte inquiétude la semaine précédente, contre 9 % des personnes nées en Norvège et 13 % des immigrés des pays occidentaux.

Le 12 mars 2020, une grande partie de la société norvégienne a fermé ses portes pour arrêter la propagation du coronavirus. À l’époque, il y avait une légère augmentation du niveau d’inquiétude de la population née en Norvège et des immigrants occidentaux. L’augmentation chez les immigrants non occidentaux, par contre, a été considérable.

29 % des immigrants non occidentaux qui ont répondu au sondage après le 19 mars ont ressenti une forte inquiétude au cours de la semaine dernière – presque le double. 17% des immigrés occidentaux et 11% des personnes nées en Norvège ont répondu qu’ils ressentaient la même chose.

Sécurité Economique

Il y avait également une différence significative entre les différents groupes de population en ce qui concerne le sentiment de sécurité économique. Parmi les personnes interrogées entre le 9 et le 11 mars, 9 % des personnes nées en Norvège, 12 % des immigrés occidentaux et 22 % des immigrés non occidentaux pensaient qu’il était difficile ou très difficile de joindre les deux bouts.

Dans la période qui a suivi le verrouillage de la Norvège, il y avait en fait moins de personnes nées en Norvège aux prises avec des soucis financiers, alors qu’il y avait une forte augmentation dans la population générale : 6 % des personnes nées en Norvège avaient du mal à joindre les deux bouts , contre jusqu’à 32 % des immigrants non occidentaux.

De meilleurs réseaux sociaux

De plus, la proportion d’immigrants non occidentaux qui se sentaient confiants de recevoir de l’aide du secteur public en cas de maladie ou de blessure est passée de 57 % à 47 % au cours de la période. Parmi les personnes nées en Norvège, il y a eu une légère augmentation.

Cependant, il y avait beaucoup moins d’immigrants qui pensaient qu’ils manquaient de personnes en qui ils pouvaient avoir confiance pour les problèmes sociaux.

Les immigrants ont généralement des réseaux sociaux plus faibles et moins de soutien social que la population majoritaire. Pourtant, seulement 43 % des immigrants non occidentaux ont répondu qu’ils avaient deux personnes ou moins sur lesquelles ils pouvaient compter pour des problèmes personnels après le 19 mars, contre 53 % parmi ceux qui ont répondu entre le 9 et le 11 mars.

Parmi les immigrants occidentaux et les personnes nées en Norvège, les chiffres étaient très stables. Une personne née en Norvège sur cinq a répondu qu’elle avait deux personnes ou moins sur qui compter en cas de problèmes personnels.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no