Aujourd’hui marque le deuxième anniversaire de la tentative d’attentat contre la mosquée Al-Noor. La seule victime, Johanne Zhangija Ihle-Hansen, a été abattue et assassinée par son demi-frère avant qu’il ne tente ensuite de massacrer des fidèles à la mosquée Al-Noor à Bæreum. Bien que le tueur condamné soit maintenant derrière les barreaux, il s’agit d’un autre exemple des conséquences horribles de la radicalisation extrémiste de droite en Norvège. Cependant, la Stiftelsen 10 août (Fondation 10 août), créée pour lutter contre la poursuite de la radicalisation, veut s’assurer que la société empêche que ce jour sombre de l’histoire norvégienne ne se répète.

Encore un triste anniversaire de l’intolérance

Cette année a vu d’importants anniversaires d’attaques de droite à motivation raciale ici en Norvège. Janvier a marqué le 20e anniversaire du meurtre brutal de Benjamin Hermansen tandis que le mois dernier était le 10e anniversaire des horribles attentats du 22 juillet. Les deux attaques ont gravement secoué la société norvégienne et s’est forcée à se demander si elle est vraiment aussi tolérante qu’elle n’y paraît dans le monde.

Pour la famille de Johanne Zhangjia Ihle-Hansen, aujourd’hui marque le jour de son meurtre brutal. Le 10 août 2019 représente un autre jour, dans l’histoire de la Norvège, où la haine raciale, l’intolérance et les attitudes extrémistes de droite ont entraîné des douleurs et des souffrances mortelles pour de nombreuses personnes.

Le meurtre brutal de Johanne

Eiksmarka, à Bærum, est l’une des banlieues les plus verdoyantes et les plus privilégiées de la périphérie d’Oslo, connue pour son club de tennis, l’équitation et un bon parcours d’or. Le dernier type d’endroit où l’on pourrait penser qu’un crime haineux à motivation raciale pourrait se produire. Cependant, c’est exactement ce qui s’est passé ici le 10 août 2019.

C’est dans cette banlieue que Johanne a grandi avec son demi-frère, Philip Manshaus. Johanne a été adoptée à Gansu, en Chine, à l’âge de neuf mois, mais ils semblaient avoir une relation fraternelle normale selon la belle-mère de Philip, comme le rapporte Klassekampen.

Mi-2019, Johanne constate un changement radical dans les attitudes de son demi-frère qui devient raciste, xénophobe, homophobe. Il a également décoré sa chambre pleine d’attirail néo-nazi. Philip, a appris la police plus tard, craignait une future guerre raciale en Norvège et voulait protéger ses parents. Vers 14 h 35 le 10 août 2019, il est entré dans la chambre de sa belle-soeur et lui a tiré dessus 4 fois simplement parce qu’elle était d’origine asiatique.

Bærum.Centre islamique Al-Noor à Skui à Bærum. Photo : Heiko Junge / NTB scanpix

Inspiré par les attaques de la mosquée de Christchurch

Philip a ensuite conduit, avec des armes à feu, à la mosquée Al-Noor, à Skui, et a tenté d’entreprendre un massacre inspiré par les meurtres de la mosquée de Christchurch. Avant de se frayer un chemin dans la mosquée, par la sortie de secours de la porte arrière, il a posté un message sur le forum de discussion, EndChan, louant l’auteur des attentats de Christchurch, Brenton Tarrant.

En se frayant un chemin à l’arrière de la mosquée, par la sortie de secours, il avait tenté de filmer l’attaque avec une GoPro et de la diffuser en direct sur Facebook, mais les deux ont échoué. Les prières de l’après-midi venaient de se terminer avec seulement 3 hommes âgés dans la mosquée. L’agresseur n’a réussi à tirer sur un seul fidèle (le blessant mais pas mortellement). Il a ensuite été maîtrisé par 4 fidèles notamment, Muhammad Rafiq et Mohammad Iqbal, qui avaient respectivement la soixantaine et la soixantaine. Seul Rafig a été touché mais pas grièvement blessé.

Manshaus a ensuite été accusé d’avoir commis un acte terroriste et du meurtre intentionnel et raciste de sa belle-soeur. Le 11 juin 2020, il a reçu une peine de 21 ans, avec une période de non-libération conditionnelle de 14 ans. Il a également été obligé de verser une indemnité aux trois fidèles de la mosquée et à la mère de Johanne.

Fondation du 10 août

L’établissement de Stiftelsen 10 août (Fondation du 10 août) est une rare lueur d’espoir qui a brillé à travers l’un des jours les plus sombres de la mémoire norvégienne récente. Le but de la fondation est de créer à la fois un mémorial et un centre de connaissances rattaché à la mosquée Al-Noor. Il organisera également un programme pour enfants visant à mettre fin à la radicalisation tout en promouvant les droits de l’homme, la liberté d’expression et la liberté de religion. Compte tenu d’une subvention de 1 million de NOK dans le budget 2021, il espère ouvrir un centre de connaissances d’ici la mi-2022.

Lors de l’annonce de la subvention en 2020, le ministre de l’Éducation, Guri Melby, a déclaré que le gouvernement souhaitait aider à « construire un centre de mémoire et de connaissances axé sur le dialogue et la diffusion des connaissances afin de prévenir les discours de haine et les actions haineuses ». On espérait que cela ferait partie du travail de prévention pour aider de nouvelles attaques comme celle-ci à se reproduire.

Au cours des deux dernières décennies, la Norvège a été secouée par trois attaques meurtrières d’extrême droite à caractère raciste. Pour Stiftelsen 10 août, l’espoir et leur objectif est de s’assurer qu’il n’y en aura jamais un quatrième.

Centre islamique Al-Noor
Photo : Irfan Mushtaq / Heiko Junge / NTB

Adorateurs salués par les politiciens et le public comme des héros

De cet événement horrible, il y a une petite lueur d’espoir pour l’avenir.
La réponse de la communauté a été écrasante. Si l’attaque avait eu lieu quelques heures plus tard, la mosquée aurait été bondée en raison du début de la fête de l’Aïd Al-Uha plus tard dans la nuit. Deux des hommes de la mosquée, Rafiq et Iqbal, ont reçu la Médaille de l’acte noble pour avoir maîtrisé l’attaquant.

Ils ont été qualifiés à juste titre de héros dans les médias et ont été présentés comme des modèles pour toute la société norvégienne, quelle que soit leur religion. Le même jour que l’attaque, les deux principaux partis de gauche et de droite ont rapidement condamné l’attaque, les motifs de l’attaque, et se sont engagés à aider à empêcher la propagation de l’islamophobie. Même le chef du Parti du progrès de l’époque, Siv Jensen, chef d’un parti de droite qui veut limiter l’immigration en provenance des pays musulmans, a salué ces hommes comme des héros.

La croissance récente de la radicalisation rend le travail des fondations encore plus important

Ces dernières années, il y a eu une montée alarmante de la radicalisation extrémiste de droite ici en Norvège, et l’introduction croissante de l’islamophobie dans le débat politique dominant.

Des organisations islamophobes et d’extrême droite comme Stopp islamiseringen av Norge (Stop à l’islamisation de la Norvège, SIAN) ont gagné en popularité et ont organisé des événements très publics et provocateurs dans toute la Norvège ces dernières années. L’islamophobie s’est également glissée dans des politiques plus traditionnelles. Quelques mois seulement après l’attaque de la mosquée Al Noor, l’ancien chef du FrP (Parti du progrès), Siv Jensen, a accusé les musulmans qui refusaient de saluer les personnes du sexe opposé d’entreprendre une « islamisation sournoise ».

La radicalisation des Norvégiens, que ce soit vers des idéologies d’extrême droite ou vers l’islam fondamental, est également une tendance préoccupante. Selon le service de sécurité de la police norvégienne, ces deux idéologies représentent aujourd’hui la plus grande menace terroriste pour la Norvège.

TVP
Photo : Vegard Grøtt / NTB

Une attaque de l’intérieur

La montée croissante de l’extrémisme de droite semble toutefois provenir de la société norvégienne elle-même. Les auteurs de tous les actes d’extrême droite, au cours des 20 dernières années, sont tous nés et ont grandi en Norvège. Le fait que ces personnes se soient radicalisées sans que personne ne s’en aperçoive est préoccupant. De toute évidence, Internet a contribué à la propagation de cette idéologie dans le monde entier, mais il faut faire davantage ici, chez nous.

Dans la semaine qui a suivi l’attaque, le ministre de l’Enfance et de la Famille de l’époque a annoncé un plan d’action contre l’islamophobie qui a été présenté en décembre 2019. Dans ce document, une étude souligne le fait qu’un Norvégien sur trois a « un préjugé prononcé contre les musulmans… » et il doit y avoir plus de recherche et d’éducation, dans toute la Norvège, sur l’antiracisme.

C’est là que le rôle de Stiftelsen 10 août est d’une importance vitale. Non seulement il souhaite construire un mémorial pour que les événements horribles du 10 août 2019 ne soient jamais oubliés, mais il souhaite également éduquer les futures générations de Norvégiens contre toutes les formes de racisme, d’islamophobie et d’attitudes intolérantes.

Ne doit pas être complaisant, le dialogue et l’éducation primordiaux

Les éloges et le soutien de la communauté locale, des politiciens nationaux et des médias montrent que la majorité de la société ici est tolérante, ouverte d’esprit et pacifique. Cependant, nous ne devrions pas être complaisants. Depuis le début du siècle, 3 attentats horribles ont été commis ici, dans l’une des sociétés les plus pacifiques du monde. Bien que la Norvège soit une société en évolution, elle n’a qu’une histoire récente d’immigration et une histoire encore plus récente d’immigration non blanche. Le travail de Stiftelsen 10 août est important pour la bonne éducation de la jeune génération de la société norvégienne.

Un dialogue permanent entre tous les membres de la communauté, quelle que soit leur origine ethnique, religieuse ou culturelle, est important. En fait, la communauté musulmane a tendu la main au dialogue avec son plus grand adversaire, SIAN, à Drammen en 2019. C’est le genre d’action courageuse de « tendre l’autre joue » qui peut aider à construire des ponts et à se comprendre – aussi difficile que cela ait dû être pour la communauté musulmane.

Pour la famille et les amis de Johanne, cependant, c’est aujourd’hui le jour, il y a deux ans, où une fille, une amie et une camarade de classe ont été inutilement retirées de leur vie. Espérons que sa mort soit la dernière comme celle-ci et que la Norvège a appris la précieuse leçon de l’importance de l’éducation contre toutes les formes de racisme, de xénophobie, d’islamophobie et d’autres attitudes motivées par la haine.

Vale Johanne Zhangjia Ihle-Hansen
(2002 – 2019)

Repose en paix // Hvil i fred

Source : #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no