La Norvège a dépensé des milliards de couronnes pour ses efforts en Afghanistan. Quel a été l'effet ? - 3

D’une part, dix soldats norvégiens ont été tués et des milliards de couronnes ont été dépensés pour les efforts de construction de l’État et la guerre. De l’autre, des milliers de femmes ont reçu une éducation et beaucoup ont reçu de l’eau potable. Le bilan final des 20 ans de la Norvège en Afghanistan est mitigé.

Pendant 20 ans, à partir de décembre 2001, la Norvège a eu une présence militaire en Afghanistan. En un instant, il y avait 600 soldats norvégiens dans le comté. Il existe toujours un hôpital de campagne norvégien à l’aéroport de Kaboul, l’un des rares endroits où les forces occidentales sont encore présentes dans le pays.

Jusqu’en 2014, la contribution faisait partie de la force internationale Isaf. Toutes les branches des Forces armées y ont participé. Parfois, la Norvège avait déployé des avions de combat F-16 et des hélicoptères dans le pays.

Au début, la Norvège a contribué le plus au sud de l’Afghanistan. Progressivement, le centre de l’opération s’est déplacé vers le nord – d’abord de Kandahar à Kaboul, de là à la ville de Mazar-e-Sharif et à la province de Faryab. La Norvège était responsable d’une équipe de reconstruction provinciale (PRT) pour Faryab à partir de 2005.

Ces dernières années, la contribution norvégienne la plus importante a été la formation de forces de police spéciales et d’officiers d’état-major ainsi que l’hôpital de campagne susmentionné.

Le jour le plus sombre

Selon les chiffres des forces armées, un total de 9 200 soldats norvégiens ont servi en Afghanistan. Dix d’entre eux ont été tués au cours de l’opération, et beaucoup d’autres doivent lutter contre des maladies physiques et mentales pour le reste de leur vie.

Le jour le plus sombre pour la Norvège en Afghanistan a été le 27 juin 2010. Quatre soldats norvégiens ont été tués lorsque leur véhicule a heurté une bombe en bordure de route. Un autre jour sombre a été celui où le lieutenant-colonel Siri Skare a été tué par des manifestants en colère qui ont pris d’assaut le bureau de l’ONU à Mazar-e-Sharif le 1er avril 2011.

Des civils norvégiens sont également morts. Le docteur Egil Kristian Tynæs était en mission pour MSF. Avec quatre autres travailleurs humanitaires de l’organisation, il a été tué dans la province de Badghis en 2004. Quatre ans plus tard, le journaliste de Dagbladet Carsten Thomassen a été tué lors d’une attaque terroriste contre un hôtel à Kaboul. Il faisait partie de l’entourage de presse du ministre des Affaires étrangères de l’époque, Jonas Gahr Støre (AP), lui aussi en grand danger.

Des milliards de couronnes

Les chiffres de Norad montrent que la Norvège a versé 12,3 milliards de NOK d’aide civile au pays. Dans le cadre du rapport du comité Godal sur les réalisations de la Norvège, il est apparu en 2016 que l’effort militaire avait coûté 11,5 milliards de NOK. On ne sait pas combien de frais ont été engagés depuis lors.

Alors que le conflit touche à sa fin, beaucoup se demandent ce que l’Occident a réalisé dans le pays.

« Je suis plus pragmatique. J’ai travaillé en Afghanistan avant 2001. Vous pouvez voir combien de personnes ont fait des études et des études universitaires. Le service de santé a également été renforcé », a déclaré le directeur de recherche Arne Strand à l’Institut Christian Michelsen de Bergen.

Les chiffres de l’ONU montrent également un certain nombre de points lumineux. L’espérance de vie en Afghanistan est passée de 56 à 64 ans. La mortalité infantile a diminué de plus de moitié, le nombre de personnes sachant lire et écrire a augmenté. 89 % des habitants des villes afghanes ont accès à l’eau potable, contre 16 % avant 2001.

Il y a également 17 % de mariages d’enfants en moins et presque deux fois plus de filles entrent à l’école qu’avant la guerre.

Position des femmes

En outre, Strand dit que les femmes ont été incluses dans des projets villageois qui ont contribué à donner aux villageois la possibilité d’améliorer leur situation.

« Nous nous retrouvons avec des dizaines de milliers, des centaines de milliers de jeunes qui se trouvent aujourd’hui dans une situation complètement différente de ce qu’ils étaient en 2001. Ils peuvent aider à diriger un État et aussi faire des demandes aux talibans », a déclaré Strand.

Le vétéran de l’Afghanistan, Frode Larsen, a également salué les efforts déployés par l’Occident, en particulier pour les femmes du pays.

« Est-ce que tout cela a été un gâchis ? D’un point de vue géopolitique, il faut juste se rendre compte que c’est le cas. Mais ensuite, je me souviens de toutes les fois où j’ai vu des filles afghanes heureuses sur le chemin de l’école ou en revenant, et toutes les femmes dures qui, selon moi, sont l’avenir de l’Afghanistan », a-t-il écrit dans un article sur Facebook publié dans le journal Bergens Tidende. .

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no