L'heure des comptes est-elle venue pour les musées norvégiens ? - 5

Avec plusieurs galeries et musées, dont le Musée d’histoire culturelle, soit en cours de rénovation ou de reconstruction en Norvège, les prochaines années verront une floraison culturelle à l’échelle nationale. Dans les extérieurs brillants de ces palais culturels d’un million de couronnes se trouvent diverses collections ethnographiques. Il s’agit d’objets et d’artefacts culturellement et historiquement importants, souvent pris par des moyens légaux et illégaux. Beaucoup sont arrivés en Norvège au plus fort de l’époque coloniale et impériale européenne. Les institutions culturelles et historiques de Norvège joueront-elles un rôle actif dans le débat plus large sur le retour de ces collections dans leurs pays ou cultures d’origine ? Ou un musée bien financé, dans un pays sûr et paisible, est-il le meilleur endroit pour découvrir l’histoire du monde ?

L’histoire à l’ère de ‘Black Lives Matter’

Depuis la montée du mouvement «Black Lives Matter» dans le monde, de nombreux pays occidentaux s’engagent, peut-être pour la première fois, dans des débats sur leur passé colonial et impérial et leurs effets sur les relations raciales aujourd’hui. Une partie de ce débat s’est concentrée sur l’éthique de divers musées, du Metropolitan Museum of Art, en passant par le British Museum, au Forum Humboldt récemment ouvert – qui possèdent tous de vastes collections ethnographiques.

Originaires de cultures et de pays non européens, ces collections ont été acquises au début de la période moderne, mais surtout au XIXe siècle, filigrane de l’exploitation coloniale et impériale européenne. Ils se composent principalement de sculptures, de peintures, d’outils et de monuments, mais peuvent également inclure des restes humains et des squelettes.

La plupart des collections ont été rassemblées en conséquence directe de l’impérialisme, du colonialisme et/ou de la conquête.

Une étude de cas : le retour des Bronzes du Bénin bientôt

Les « Bronzes du Bénin » (une vaste collection d’objets en métal, en ivoire, en bois et en bronze du Royaume du Bénin, dans le Nigeria d’aujourd’hui) sont un exemple bien connu de musées ayant acquis des œuvres d’art pillées.

Lorsque l’Empire britannique a envahi la région en 1897, les « Bronzes du Bénin » ont été pillés pour financer l’invasion. Ils ont finalement été vendus aux enchères dans des musées de toute l’Europe, et la majorité de la collection s’est retrouvée à Berlin au Ethnologisches Museum.

Après des années de campagne du gouvernement nigérian, qui considère les bronzes comme un trésor culturel et historique prisé résidant bizarrement dans la lointaine Berlin, le gouvernement allemand a annoncé en avril que des milliers de ces objets seraient restitués à partir de 2022.

Un morceau de Madagascar à… Bergen ?

Bien que la Norvège n’ait jamais été parmi les plus grandes puissances coloniales – en fait, certains diraient qu’elle a été victime du colonialisme européen (désolé, la Suède et le Danemark) – il existe encore divers objets ethnographiques disséminés dans tout le pays.

L’Université d’Oslo (UiO) et l’Université de Bergen (UiB) abritent deux des plus vastes collections de ce type. En effet, le musée universitaire de Bergen présente l’une des plus grandes expositions ethnographiques de Norvège.

En se promenant dans le musée de l’université de Bergen, les visiteurs peuvent avoir un assortiment culturel pour les yeux avec des objets et des artefacts d’Asie, des îles du Pacifique, du Moyen-Orient, des Amériques et d’Afrique. Le musée est particulièrement réputé pour sa collection ethnographique de Madagascar.

Cependant, le site Web du musée ne mentionne ni n’explique comment la plupart de ces objets étrangers, provenant de pays et de cultures sans lien apparent avec la Norvège, ont été hébergés à Bergen.

Université de Bergen. Photo : Marit Hommedal / NTB

Que fait une momie égyptienne à Oslo ?

Le musée d’histoire culturelle, géré par l’UiO, est l’un des musées norvégiens en cours de rénovation coûteuse. S’il est principalement chargé de raconter une histoire de la Norvège (il gère par exemple le musée des navires vikings), le musée d’histoire culturelle d’Oslo possède également une collection ethnographique. Les expositions comprennent une vaste gamme d’antiquités égyptiennes (y compris des momies), ainsi que des objets inuits et des sculptures de marbre romaines.

L’UiO admet que le dernier artefact égyptien est arrivé en 1962 (un siècle après les empires européens – l’ère, en fait, de la décolonisation) et nomme nombre de ses « généreux collectionneurs ou donateurs ». Mais, le site Web n’a guère plus qu’une ligne jetable qui « la plupart (artefacts) est venu au cours du 19ème siècle, lorsque les musées européens ont construit de grandes collections égyptiennes.’

Ils ont été acquis parce que ‘il était impossible pour le musée du Caire de s’occuper d’une si grande trouvaille‘ faisant référence à la découverte en 1891 d’une vaste cache d’antiquités égyptiennes. Il n’y a aucune mention de par quels moyens les « collectionneurs » les ont acquis ou que sûrement, en 2021, l’Égypte possède les capacités de stockage pour ses propres trésors culturels.

Musée d'histoire culturelle
À l’intérieur du musée d’histoire culturelle récemment rénové, Oslo. Photo: Berit Roald / NTB

Traité de l’UNESCO sur les biens culturels de 1970

Il doit être temps pour le gouvernement norvégien de travailler avec les autorités pour entreprendre une analyse sérieuse de ces collections ethnographiques – ou au moins pour reconnaître, éduquer et présenter comment elles ont été réellement acquises. Le fait demeure que bon nombre de ces collections sont arrivées en Norvège, au cours des deux derniers siècles, lorsque la documentation légale et officielle appropriée des transactions, des achats ou des « cadeaux » était tout simplement inexistante. Même si certains ont été « achetés » légalement – ​​à quelles conditions ont-ils été achetés ? Chaque année, pour des milliers d’écoliers ici, ces collections représentent leur premier aperçu de l’histoire et de la culture du monde au sens large. Ne méritent-ils pas de connaître la vérité derrière ce qui est exposé ?

La convention de l’UNESCO de 1970 réglementant le transport des biens culturels a cherché à mettre un terme au commerce illicite des arts et des antiquités dans le monde. Il compte aujourd’hui environ 140 signataires, mais la Norvège ne l’a ratifié qu’en 2007, près de quatre décennies après son entrée en vigueur juridique. Compte tenu de sa progressivité culturelle et sociétale, pourquoi a-t-il fallu si longtemps à divers gouvernements (de gauche comme de droite) pour signer ce traité ?

Pourtant, les institutions culturelles et historiques en Norvège, au moins, semblent avoir appris une leçon. L’UiO et l’UiB ont déclaré qu’elles ne poursuivaient plus activement l’acquisition d’objets étrangers ou d’antiquités.

Les musées norvégiens peuvent être un lieu d’échange culturel et d’éducation

Pourtant, malgré tous ces détails obscurs de l’acquisition des collections ethnographiques de la Norvège, certains musées historiques et culturels font un travail important.

Par exemple, Norwegian Polar Explorer Roald Amundsen a visité une région maintenant appelée Gjoa Haven sur l’île du roi William au Canada de 1903 à 1905. Une collection de sa visite, qui comprend des documents, des photographies et du matériel culturel inuit, a été léguée au Musée d’histoire culturelle de l’UiO.

Depuis 2010, l’UiO et le Nattilik Heritage Centre de Gjoa Haven travaillent à la numérisation de cette collection à des fins pédagogiques. De plus, il existe une collaboration fréquente, incluant des ateliers, entre les deux institutions visant à mieux promouvoir la culture et l’histoire inuites.

Indépendamment de l’emplacement éloigné et de la petite taille de Gjoa Haven (il compte moins de 2 000 habitants), UiO a joué un rôle déterminant dans la création du Nattilik Heritage Center. Ce type de collaboration interculturelle est la quintessence de ce que les musées, galeries et autres palais de la culture, en Occident, devraient viser à réaliser.

Pas de temps comme le présent

Alors que de nombreuses institutions culturelles et historiques occidentales repensent maintenant leur relation avec leurs collections ethnographiques et étrangères, le moment est venu pour la Norvège d’agir.

Étant donné que le gouvernement a dépensé des millions de couronnes pour mettre à jour, rénover et reconstruire de nombreuses institutions culturelles ayant une signification historique importante, n’est-il pas grand temps qu’un débat sérieux sur le rapatriement culturel, une meilleure collaboration culturelle et une histoire corrective soit entrepris ?

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas détenues par Norway.mw, sauf indication contraire.

A propos de l’auteur:

Jonathan est un amoureux de l’écrit. Il pense que la meilleure façon de lutter contre cette polarisation de l’actualité et de la politique, à notre époque, est d’avoir une vision équilibrée. Les deux côtés de l’histoire sont également importants. Il aime aussi les voyages et la musique live.

Source : #NorwayTodayTravel

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no