Karsten Warholm : le "Golden Boy" de Norvège - 5

C’est lors des récents Jeux Olympiques de Tokyo que le monde a découvert ce que la Norvège savait depuis un moment : Karsten Warholm est un vrai champion. Le « Golden Boy » norvégien a fait irruption sur la scène mondiale en 2016 et a depuis remporté une médaille d’or olympique, des championnats du monde et battu le record du monde… deux fois. Alors, comment un garçon d’Ulsteinvik accède-t-il au sommet du succès sportif ? Son histoire est une source d’inspiration pour tous les athlètes en herbe, les champions du monde et les futurs olympiens, quelle que soit leur compétence, dans ce pays.

Juste un petit garçon (norvégien) de la ville…

L’histoire du « Golden Boy » norvégien commence dans la petite ville sans prétention d’Ulsteinvik, à More et Romsdal. Ici, le 28 février 1996, les parents Kristine Haddal et Mikhal Warholm ont accueilli un petit garçon, Karsten, dans le monde. La famille a ensuite déménagé sur la petite île de Dimonya (avec une population d’un peu plus de 1300 personnes) et a fréquenté l’école Hausand.

Pour un jeune homme qui a une médaille d’or olympique et qui a battu deux records du monde, pour le 400 m haies, il est surprenant de réaliser que son premier véritable amour sportif était… le football. Il a joué comme attaquant pour son football local et c’est ici qu’il a remarqué pour la première fois son rythme explosif. Ses coéquipiers ignoraient alors qu’ils jouaient avec un futur champion du monde et olympique !

Découvrez un magnifique Fjord

Découpage des défenses et des décathlons

Après avoir raccroché ses chaussures de football, Karsten a alors commencé à se concentrer sérieusement sur l’athlétisme. C’est lors des Championnats Nationaux Jeunes, en 2011, qu’un jeune Karsten a fait irruption sur la scène nationale en tant que possible future star. Il a remporté le 100 mètres haies, le saut en hauteur, le saut en longueur, le triple saut mais n’a réussi qu’une médaille d’argent au 100 m sprint. Lors du même événement, deux ans plus tard, Warholm a absolument balayé le terrain et remporté 8 médailles d’or. Cela a alerté le monde norvégien de l’athlétisme : Karsten était un sérieux vainqueur !

Allez voir les Baleines en Catamaran

Pourtant, au cours de sa carrière junior, malgré les récompenses et les médailles remportées, son attention était fermement fixée non pas sur un seul sport… mais sur 10, sous la forme du décathlon. Ce sport a été considéré comme particulièrement difficile à maîtriser car un athlète doit être une menace dans dix disciplines différentes (y compris, le plus important pour l’histoire de Warholm, le 400 m printemps et le 110 mètres haies) pour gagner. Le meilleur résultat de Warholm a été de remporter une médaille d’argent aux Championnats d’Europe juniors 2015. Pourtant, 2016 s’avérera être une année capitale pour sa carrière sportive.

Photo : Heiko Junge / NTB

Un avant-goût de l’expérience olympique… mais pas la dernière

2016 a été une année charnière dans le développement de la carrière de Warholm. C’est à domicile, au Festival d’athlétisme de Florø, que Warholm a battu le record norvégien du 400 m haies. Ce ne serait pas la première fois qu’il battait des records.

Plus tard cette année-là, aux Bislett Games, dans sa nouvelle maison d’adoption d’Oslo, il a affronté certains des meilleurs athlètes du monde. Dans le cadre de la liste annuelle des compétitions mondiales d’athlétisme, l’événement de cette année-là avait une signification particulière car il serait considéré comme un échauffement avant les Jeux Olympiques, en août, à Rio De Janeiro, au Brésil. Dans son 400 m haies désormais préféré, alors âgé de seulement 21 ans, il termine cinquième.

Il s’est ensuite rendu à Amsterdam pour les Championnats d’Europe d’athlétisme et a encore battu le record norvégien du 400 m en demi-finale, mais ne s’est classé qu’à sa sixième place en finale.

L’attention du monde s’est ensuite tournée vers le Brésil et Warholm a eu son premier aperçu de l’expérience olympique. Pourtant, à un âge relativement jeune, et avec seulement quelques années d’expérience professionnelle à s’entraîner et à concourir contre les meilleurs au monde, il n’a atteint que les demi-finales de son épreuve désormais préférée, le 400 m haies.

Devenir champion d’Europe et du monde

C’est en 2017 que l’Europe et le monde ont appris pour la première fois le nom de la dernière sensation de vitesse. C’est l’année où Warholm décide enfin de se concentrer uniquement sur le 400 m haies.

Avec un peu moins d’un an à se concentrer uniquement sur cet événement, il y avait peu de pression, de la part de la presse, du public ou des médias norvégiens, pour les Championnats du monde 2017 organisés à Londres. En finale, il a fait un blitz absolu sur le terrain, terminant largement devant l’actuel médaillé d’or olympique, l’Américain Kerron Clement.

Juste pour prouver que ce n’était pas un hasard, il a ensuite remporté à nouveau l’or, aux Championnats d’Europe 2018, avec un record personnel de 47,64 secondes. Au moment où il a remporté le 400 m (à nouveau) lors des Championnats du monde d’athlétisme 2019, il était considéré comme un sérieux prétendant à une médaille aux prochains Jeux olympiques de Tokyo.

Karsten Warholm
Photo : Fredrik Hagen / NTB

L’été doré de Warholm

Il ne fait aucun doute que cet été, l’été 2021, occupera à jamais une place spéciale dans le cœur de Warholm. Le premier événement de la préparation des Jeux olympiques a été les Jeux annuels de Bislett. Ici, devant une foule locale socialement distante mais bruyante, Warholm a battu le record du monde. Il a couru le 400 m en un temps record de 46,70 secondes, battant un record qui existait depuis 1992.

De grandes choses étaient attendues de Warholm pour les Jeux olympiques de Tokyo cet été. Retardé d’un an, en raison de la pandémie de COVID-19, cela n’a guère affecté la préparation de Warholm. Warholm faisait partie d’un peloton étoilé qui s’est qualifié pour la finale du 400 m haies lors d’une douce nuit à Tokyo.

Le 3 août 2021 restera sûrement dans le folklore sportif norvégien. La finale a été décrite comme l’une des plus grandes courses de l’histoire olympique. Non seulement Warholm a remporté l’or et battu son propre record du monde (établi un peu plus d’un mois plus tôt), mais le médaillé d’argent, Rai Benjamin, a également battu l’ancien record du monde de Warholm. Warholm a absolument fait un blitz sur le terrain et a gagné en un temps ultra-rapide de 45,94 secondes. Warholm était si rapide, en fait, que son temps était plus rapide que 18 coureurs olympiques sur 400 m… sans haies ! Avec la retraite d’Usain Bolt, il semble que les Jeux olympiques et le monde aient trouvé une nouvelle superstar de l’athlétisme en la personne du Norvégien Karsten Warholm.

La vie hors piste

Donc, avec une armoire pleine de trophées, de records du monde et de trophées, qu’est-ce que Warholm aime en dehors de l’athlétisme ? Dans une interview avec Red Bull, l’un de ses nombreux sponsors, il a admis qu’il trouve que la construction d’ensembles Lego est un moyen relaxant de se détendre en dehors de la pression d’être un athlète professionnel. « C’est récréatif, c’est après l’entraînement, une façon de se détendre… Lego est ma façon de faire quelque chose que j’aime faire et c’est très nostalgique. »

Warholm est également connu pour ses publications loufoques sur Instagram avec son entraîneur, Leif Olav Alnes, montrant un côté plus léger à leur relation. Ses messages sont devenus une sorte de sensation virale en raison de leur nature excentrique et se moquent souvent de son entraîneur. Son entraîneur et sa petite amie, ainsi qu’une famille aimante – qui a regardé les événements de cet été, comme le reste de sa vie, avec joie et fierté – semblent garder les pieds de Warholm fermement plantés sur le sol… quand ils ne sautent pas sur les haies. Déjà héros national, Karsten Warholm finira sans doute sa carrière, dans de nombreuses années, par un trésor national.

Source : #Norvège aujourd’hui

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no