Une Bastholm redoute un compromis pétrolier : "C'est une manœuvre de diversion" - 3

Le chef du Parti vert (MDG), Une Bastholm, a mis en garde les autres partis écologistes du parlement norvégien (Storting) contre l’acceptation d’un arrêt de l’exploration pétrolière limité aux zones immatures du plateau continental.

« C’est une manœuvre de diversion », a déclaré Bastholm à NTB.

Elle regarde maintenant avec inquiétude les récents signaux d’un éventuel compromis sur l’exploration pétrolière. L’idée est que l’exploration s’arrêtera dans les zones immatures du plateau norvégien mais se poursuivra dans les zones matures où les activités pétrolières et gazières sont déjà en cours.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

« Je mettrais en garde contre un tel compromis », a déclaré Bastholm.

Allez voir les Baleines en Catamaran

« J’irais jusqu’à dire qu’il ne s’agit pas d’un compromis. C’est juste un adoucissant.

Deux types de cycles de licences

Le contexte est que dans la gestion pétrolière en Norvège, une distinction est faite entre deux types de tours de licence : les tours numérotés et les tours APA (Awards in Predefined Areas).

Des rondes d’autorisation numérotées ont été effectuées depuis 1965. Dans ces rondes, des parties immatures du plateau sont explorées là où l’incertitude est plus grande mais où il est également possible de faire de grandes découvertes. Le 25e cycle d’octroi de licences s’est achevé en juin, tandis que les travaux sur un éventuel 26e cycle n’ont pas encore commencé.

Les tournées APA, en revanche, se concentrent sur les parties matures du plateau. Ces rondes ont lieu chaque année.

Poste intermédiaire

Le Parti rouge, le Parti de la gauche socialiste, le Parti vert et le Parti libéral se rendent tous aux urnes avec une politique d’arrêt complet de l’exploration pétrolière. Les démocrates-chrétiens, en revanche, ont adopté une position intermédiaire, à savoir qu’il doit y avoir une fin aux tours numérotés, mais que les tours APA peuvent continuer.

C’est cette position intermédiaire qui peut désormais sembler avoir le vent en poupe – et contre laquelle les Verts mettent en garde.

« La bataille ne concerne pas les cycles de licences numérotés. C’est l’attribution de permis d’exploration dans les zones connues et matures qui est politiquement difficile, et où nous, les partis écologistes, devons être obstinés et intransigeants au nom des plus jeunes et des plus pauvres du monde », a déclaré Bastholm.

Les rondes APA dominent

Pour étayer l’argument, elle met sur la table les propres chiffres du ministère du Pétrole et de l’Énergie :

* Au cours des huit dernières années, neuf rondes APA et trois rondes numérotées ont été complétées.

* Pas moins de 523 des 545 nouvelles licences de production proposées lors de ces cycles de licences ont été proposées dans le cadre de cycles APA.

* Lors du 25e cycle de licences en 2020, quatre licences de production ont été proposées, contre 61 lors de l’APA 2020.

« L’industrie pétrolière elle-même voit que l’apogée du pétrole est terminée et que c’est dans les zones matures qu’il y a le meilleur potentiel à l’avenir pour gagner de l’argent en exportant du pétrole et du gaz avant que le monde ne l’élimine complètement », a déclaré Bastholm.

« C’est là que se déroule la bataille. C’est là que nous, le Parti libéral, le Parti de la gauche socialiste et le Parti rouge, devons être intransigeants. »

Les signaux d’Equinor

L’avertissement du chef du Parti vert intervient après que le vice-président exécutif d’Equinor pour l’exploration et la production en Norvège, Kjetil Hove, ait minimisé l’importance des tours numérotés dans une interview avec NTB la semaine dernière.

« Ce sont les APA qui sont les plus importants pour nous car c’est là que réside le plus grand potentiel de valeur sur le plateau norvégien », a déclaré Hove à NTB.

Dans le même article, le chef du Parti travailliste (AP), Jonas Gahr Støre, a déclaré qu’il prêtait attention aux signaux de l’industrie.

« Le message des entreprises aujourd’hui est que c’est dans les zones où nous avons des infrastructures et des découvertes qu’il est le plus intéressant de cartographier les ressources. Je pense que c’est une piste importante à suivre. Mais nous devons prendre des décisions judicieuses à ce sujet si la responsabilité du gouvernement nous est confiée », a-t-il déclaré.

Auparavant, le Premier ministre Erna Solberg (H) a également déclaré que les cycles de l’APA seraient les plus importants à l’avenir.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no