Le scandale immobilier se poursuit : le cabinet du Premier ministre et le parlement norvégiens menacés d'évasion fiscale ? - 3

Le bureau du Premier ministre et le parlement norvégien auraient probablement dû payer la taxe patronale pour les logements de banlieue aux ministres et aux représentants. Le Parlement couvre la rémunération des politiciens et aurait donc dû payer une contribution patronale de 14,1%, écrit le journal Aftenposten.

Depuis 1997, l’administration du parlement considère qu’il est acceptable d’utiliser un logement sur le lieu de résidence afin d’éviter les impôts. Ils n’ont pas demandé aux politiciens s’ils ont réellement des dépenses, ce que l’administration fiscale a déterminé comme étant la condition pour obtenir une exonération fiscale. Par conséquent, il peut y avoir des sommes importantes de cotisations patronales résiduelles.

Les experts pensent que le parlement a enfreint la loi.

« Les employeurs sont responsables de la déclaration correcte, des déductions fiscales et du paiement de la bonne contribution de l’employeur sur une base continue. L’avantage du logement gratuit était imposable pour Ropstad, et le bureau du Premier ministre aurait dû agir en conséquence », a déclaré à VG le professeur émérite Arvid Aage Skaar.

Peut avoir enfreint la loi

Par conséquent, il pense que le bureau du Premier ministre (SMK) a peut-être enfreint la loi, et cela peut également être le cas pour le parlement. Skaar a été professeur à l’Université d’Oslo et associé du cabinet d’avocats Wiersholm et est spécialiste en fiscalité.

«À moins que l’administration fiscale n’ait mal informé SMK, SMK aurait dû déduire l’impôt pour Ropstad sur le bénéfice du logement gratuit en 2020. Dans ce cas, SMK a enfreint la loi sur le paiement des impôts. Le non-paiement de la contribution de l’employeur est également une violation de la loi », a déclaré Skaar.

SMK a informé VG qu’ils sont en train de payer la contribution de l’employeur à terme échu. Le Parlement revoit ses dossiers et risque aussi de se retrouver avec une grosse facture du fisc.

L’avocate Bettina Banoun, qui a précédemment présidé le comité du droit fiscal de l’Association du barreau norvégien, a déclaré qu’il n’était pas certain que les représentants au parlement puissent utiliser les règles d’amnistie fiscale et de réparation volontaire.

L’incompréhension des règles a rarement été une base pour éviter des impôts supplémentaires, mais elle pense que les enquêtes de l’administration fiscale révéleront s’il y a quelque chose dans la pratique du parlement qui peut être excusé.

L’enquête devrait être menée par un comité indépendant

Le professeur Christoffer Conrad Eriksen, qui travaille avec le droit public à l’Université d’Oslo, a déclaré à Aftenposten qu’une enquête externe devrait avoir lieu.

« Étant donné que l’affaire implique la propre administration du parlement, des représentants parlementaires et, dans une certaine mesure, le gouvernement, l’enquête devrait être menée par un comité indépendant nommé par le parlement, comme cela a été fait à d’autres occasions.

Il prévient que l’affaire pourrait affaiblir la confiance dans les politiciens et qu’une enquête approfondie devrait donc être menée.

« Il peut y avoir des spéculations sur les raisons pour lesquelles la pratique a glissé (sous le radar). Entre autres choses, il y a un risque que des questions soient posées quant à savoir s’il y a eu une volonté de la part de quelqu’un d’étendre les avantages dont disposent les ministres et les représentants parlementaires.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no