La Norvège en chiffres : Un instantané de la nation en 2021 - 9

Alors qu’une année mouvementée tire à sa fin, avec un sentiment de normalité qui revient lentement dans la vie et la société, le moment est venu de prendre un instantané de la Norvège. Un sens de la perspective est nécessaire pour dézoomer, regarder la situation dans son ensemble et faire le point sur la nation. Quelles ont été les grandes tendances sociétales qui se sont dégagées cette année ? Que nous disent-ils sur notre société ? Un examen de la façon dont la Norvège a été façonnée et développée au cours de 2021 est essentiel pour comprendre qui nous sommes, où nous avons été et où nous voulons aller en tant que société, peuple et pays.

Un pays enfin au top du COVID-19?

Abordons le plus gros problème des 18 derniers mois : la pandémie de COVID-19. Malgré le fait que la Norvège a commencé à vacciner cette année, il y a eu 3 mois où les cas de COVID-19 ont dépassé tout ce qu’ils pouvaient atteindre en 2020 : 7 janvier (les nouveaux cas étaient de 825 avec une moyenne mobile hebdomadaire de 624 cas), 22 mars (1096 nouveaux cas) cas, moyenne mobile hebdomadaire de 961) et le pic final (jusqu’à présent) le 7 septembre (1704 nouveaux cas, moyenne mobile hebdomadaire de 1428).

Le ministère de la Santé (Folkehelseinstituttet, FHI) devrait recevoir des éloges pour avoir coordonné le rythme relativement rapide de la vaccination après un démarrage lent. Des problèmes logistiques et des problèmes médicaux avec l’un des vaccins approuvés ont fait que la vaccination de masse n’a commencé qu’en mars de cette année. Au cours des 7 mois qui ont suivi, le FHI a entièrement vacciné 85,9% des adultes de 18 ans ou plus vivant dans ce pays. Cela signifie qu’un peu plus de 3,6 millions de Norvégiens ont été complètement vaccinés en un peu plus de six mois. Les décès, bien qu’odieux pour les personnes touchées, ont été relativement faibles, en particulier par rapport à d’autres pays voisins, en raison des blocages agressifs de l’ancien gouvernement Solberg et en raison du taux de vaccination élevé au second semestre de cette année.

Le coût financier de COVID-19 sera comptabilisé dans les années à venir, mais les estimations antérieures du budget de cette année ont montré un coût pour les coffres du gouvernement de plus de 300 milliards de NOK.

La Norvège pousse à peine… et devient plus grise

Cette année, la Norvège a grandi… mais pas combien prévu. Une grande partie de la population norvégienne a connu, tout au long de 2020 et jusqu’en 2021, une certaine forme de verrouillage sociétal. Étant donné qu’une grande partie du pays travaillait à domicile ou ne travaillait pas du tout, on pourrait s’attendre à un «baby boom», en particulier pendant ces longs mois sombres de l’hiver dernier. Pourtant, la SSB n’a enregistré que 575 naissances de plus, pour le 2e trimestre 2021, par rapport au même trimestre de l’année dernière qui n’est guère un boom. Lorsque les résultats annuels pour 2021 seront publiés, c’est quelque chose à surveiller.

La population a atteint un peu plus de 5,4 millions de personnes, mais un élément clé est le vieillissement de la population. La plus forte augmentation de la population, par âge, a été une augmentation de 2,9% des 67-79 ans par rapport à 2020. Dans l’ensemble, la population a à peine augmenté, avec une augmentation de seulement 0,4% pour 2021 jusqu’à présent.

La tendance la plus large, au cours de la dernière décennie, a été que la population de la Norvège « vieillit ». De 2011 à 2021, il y a eu une augmentation de 47,5% chez les 67-79 ans, ce qui représente la plus forte augmentation des catégories d’âge. Cela signifie une assiette fiscale plus petite et une augmentation des dépenses sociales (c’est-à-dire des retraites) dans un avenir proche.

Les chiffres de la SSB montrent une diminution nette de l’émigration à partir d’octobre 2021. Beaucoup ont quitté le pays en s’envolant de l’aéroport de Gardermoen, en raison de l’insécurité de l’emploi causée par la pandémie de COVID-19. Photo : Geir Olsen / NTB

Fuite des cerveaux et des muscles avec le départ des immigrés ?

Au cours des deux dernières décennies, la vigueur de l’économie de la Norvège en a fait une destination populaire pour les immigrants désireux de commencer une nouvelle vie. La Norvège étant membre de l’Espace économique européen (EEE), une politique d’ouverture des frontières a été mise en place jusqu’au début de la pandémie de COVID-19. Depuis lors, le pays a connu des blocages nationaux et des restrictions de voyage causant un énorme tribut économique et financier à l’économie. Les domaines de l’économie où les immigrants ont traditionnellement trouvé un emploi, comme l’hôtellerie, ont été particulièrement touchés.

Avec des restrictions sociales et leur impact économique et financier qui se prolongent bien cette année, la Norvège a connu un taux de migration net négatif. Selon les chiffres du SSB, il y avait, pour le 2e trimestre 2021, 1736 émigrants de plus quittant la Norvège que les immigrants arrivant. Bien que les restrictions de voyage aient été pour la plupart levées, de nombreux immigrants ont décidé de rester dans leur pays d’origine et de ne pas se précipiter à la vie ici, provoquant une pénurie de main-d’œuvre dans les industries qui dépendent des immigrants.

Indépendamment du drain migratoire net, la Norvège abrite toujours d’importantes communautés d’immigrants. Les trois plus importants, en 2021, sont polonais (102,147), lituanien (41,322). et suédoise (35.598) Les communautés syrienne, thaïlandaise, somalienne et érythréenne sont également largement implantées dans tout le pays. Il convient également de noter que 25 % de la population immigrée de Norvège vit dans une seule ville : Oslo.

Cette année a vu l’effondrement désastreux du gouvernement afghan pour être rapidement remplacé par les talibans. L’effondrement était en partie dû au retrait des forces terrestres de l’OTAN dirigées par les États-Unis, auxquelles la Norvège a contribué, entraînant une crise humanitaire alors que des milliers de personnes se précipitaient pour quitter le pays. Le gouvernement norvégien a annoncé son intention d’aider de nombreux Afghans, ce qui explique en partie une augmentation de 2,8%, au cours de cette année, des réinstallations de réfugiés.

Problèmes de santé mentale alors que les dépenses de santé augmentent

Cette année a confirmé la tendance d’un nombre croissant de personnes vivant seules dans la société. Plus d’un million de personnes, dans ce pays, vivent désormais seules dans un foyer. Avec une grande partie de la société bloquée pour 2021, et donc affamée de nombreuses interactions sociales au-delà du magasin d’alimentation ou de la pharmacie, l’accent a été mis sur la santé mentale. Des chercheurs en psychologie de l’Université d’Oslo ont mené une enquête qui a révélé que 30,8% des personnes interrogées avaient souffert de symptômes de dépression ou d’anxiété après le verrouillage.

Les soins de santé étaient une dépense majeure pour le gouvernement avant même que la pandémie de COVID-19 n’apparaisse pour la première fois l’année dernière. Pour l’année se terminant le 18 mars 2021, les coûts de santé globaux, par personne en Norvège, se sont élevés à 69 617 NOK. Plus de 1,9 million de Norvégiens ont été hospitalisés pour l’année se terminant le 13 avril 2021. Quelque 5 333 d’entre eux ont été hospitalisés en raison du COVID-19, dont 1 033 ont été placés en soins intensifs depuis le début de la pandémie.

Enfants
Photo: NTB

Des ménages plus petits, moins de mariages mais un peu plus de familles cohabitantes

La taille du ménage norvégien « moyen » a diminué cette année. Il n’y a désormais plus que 2,13 personnes par ménage privé, contre 2,15 en 2020. Il y avait également quelque 12 000 personnes de moins vivant dans des « ménages bifamiliaux », souvent courants parmi les communautés d’immigrants, en 2021. Cela peut s’expliquer en partie par la conjoncture économique. Les effets du COVID-19 ont forcé de nombreux immigrants à quitter la Norvège.

Tendance déjà bien établie en Norvège depuis de nombreuses années, 2021 a vu de nouvelles augmentations de la cohabitation et une nouvelle baisse des mariages. Pour les derniers chiffres disponibles, il y a eu une baisse de près de 19% des mariages, ce qui pourrait sûrement encore diminuer, car de nombreuses relations se sont détériorées pendant les blocages sociétaux cette année. Il y a eu une légère augmentation, de 2,03 % des couples cohabitant avec un enfant entre 0 et 17 ans.

L’espérance de vie diminue légèrement

La Norvège est déjà l’un des meilleurs pays au monde en termes d’espérance de vie en raison de sa prospérité et de son système de protection sociale. Un enfant né en Norvège aujourd’hui, quel que soit son sexe, peut espérer vivre 83,4 ans. Les femmes ont toujours une espérance de vie plus élevée que les hommes, avec une femme née en 2021, qui devrait vivre jusqu’à 84,5 ans alors qu’un homme ne peut espérer vivre que 81 ans. Globalement, l’espérance de vie a en fait diminué en 2021 de 0,18 % par rapport à 2020.

Comparé à 1755 (les premières années sont disponibles) où l’espérance de vie moyenne du Norvégien n’était que de 35 ans… ce qui rendrait cet auteur presque à la porte de la mort !

Bureau à domicile
En 2021, de nombreux employés sont sortis des « bureaux à domicile ». Crédit photo : Thomas Brun / NTB

Le chômage de nouveau sur les rails, moins de télétravail ?

Le marché du travail a connu des fluctuations folles en 2020, mais les choses ont commencé à retrouver un semblant de normalité cette année. Alors que le pays a rouvert ses portes après diverses fermetures, le chômage a diminué de plus de moitié pour atteindre 5,1% au cours du 2ème trimestre de cette année après avoir culminé à 10,6% en mars dernier, selon la NAV.

L’effet de COVID-19 sur le travail et les chaînes d’approvisionnement a entraîné une augmentation de l’inflation de 4,1% de septembre 2020 à septembre 2021. Le prix de l’électricité, déjà un sujet politiquement brûlant, a été particulièrement touché avec une augmentation de 14,5% du prix au cours de la même période.

Cette année pourrait aussi être la fin du « bureau à domicile » tant décrié. Alors que la pandémie de COVID-19 a bloqué la majeure partie de la Norvège au cours des 18 derniers mois, de nombreux employés ont été contraints de travailler à domicile. Cependant, maintenant que les restrictions ont été levées, beaucoup sont maintenant de retour dans leurs bureaux. Si le « bureau à domicile » n’était qu’une pandémie ponctuelle, cela reste à voir, car les employeurs se rendent maintenant compte qu’ils doivent disposer d’une plus grande flexibilité pour les conditions de travail des employés.

Vote par anticipation - en voiture
Un isoloir « drive-in » à Oslo lors des élections du Storting en 2021. Serait-ce une nouvelle tendance pour les futures élections ? Photo : Terje Bendiksby / NTB

Une nouvelle tendance pour les élections ?

Cette année a vu les premières élections législatives de « l’ère COVID ». Un montant record. des Norvégiens ont voté par anticipation aux élections du Storting de septembre. Les chiffres publiés par le Valgdirektoratet (Commission électorale norvégienne) a montré que 1.648.817 Norvégiens avaient voté avant la date des élections du 14 septembre. Beaucoup l’ont fait pour éviter d’aller voter physiquement et ainsi réduire le risque et la propagation de l’infection. Des isoloirs au volant ont également été installés pour la première fois.

Un nouveau gouvernement de centre-gauche dirigé par Jonas Gahr Støre du Parti travailliste a reconquis le pouvoir après 8 ans de gouvernement conservateur dirigé par Erna Solberg.

Avec de nombreuses autres statistiques, de la SSB, qui devraient être publiées à la fin de ce mois, surveillez cet espace alors qu’une analyse plus approfondie de l’année 2021 sera effectuée.

Source : #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no