Greta Thunberg est sortie de cinq décennies d'activisme environnemental des jeunes en Suède - 3

Cet article a été écrit par Björn Lundberg, chercheur en histoire à l’Université de Lund et David Larsson Heidenblad, professeur agrégé d’histoire à l’Université de Lund.

Après 18 mois de campagne numérique, les jeunes descendent à nouveau dans la rue pour exiger la justice climatique, l’attention étant désormais dirigée vers le sommet des Nations Unies sur le climat à Glasgow et une marche de protestation le 5 novembre.

Quand un adolescent de 15 ans Greta Thunberg a commencé son Skolstrejk för klimatet (grève scolaire pour le climat) devant le parlement suédois en 2018, peu auraient deviné que son initiative susciterait des protestations dans le monde entier. En raison de son impact international rapide, ce mouvement a été décrit comme une nouvelle forme de mobilisation politique, mais de telles généralisations ne tiennent pas compte de l’histoire beaucoup plus longue de la conscience et de l’action mondiales des jeunes. En tant qu’historiens qui ont fait des recherches sur l’activisme environnemental des jeunes en Suède « avant Greta », nous soutenons que ce que vous voyez aujourd’hui est enraciné dans une tradition scandinave d’autonomisation des jeunes et de sensibilisation mondiale.

Notons tout d’abord que la participation des enfants aux enjeux sociaux et politiques a été facilitée par des notions spécifiques de l’enfance dans les pays nordiques. L’idée de l’enfant autonome et compétent a été décrite par les chercheurs comme un trait caractéristique du « modèle nordique de l’enfance », influençant l’éducation des enfants et les politiques publiques depuis plusieurs décennies. Bien que les éléments de ce modèle ne soient pas propres à la région, la notion a eu un impact durable sur plusieurs générations d’enfants suédois, leur apprenant la valeur de l’indépendance et de faire entendre leur voix.

Il y a également eu une ambition de longue date en Suède pour favoriser la conscience globale des jeunes. Aujourd’hui, le changement climatique domine l’agenda politique, mais ce n’est pas le premier problème mondial à impliquer les jeunes. Au début de l’après-guerre, les enfants et les jeunes ont joué un rôle clé lorsque l’aide au développement est devenue un nouveau domaine de la politique étrangère suédoise. Les sondages ont montré que les jeunes étaient plus sensibles au message de solidarité internationale que les générations plus âgées et sont ainsi devenus des groupes cibles essentiels pour les efforts visant à accroître le soutien populaire à la politique d’aide.

Les personnes âgées en procès

Avec l’émergence de l’environnementalisme moderne et le « tournant écologique » vers 1970, lorsque la connaissance d’une crise environnementale mondiale s’est généralisée, les enfants et les jeunes se sont mobilisés pour agir.

L’une des premières grandes initiatives suédoises a été la campagne « Front contre la dégradation de l’environnement », lancée par la compagnie d’assurance Folksam en 1968. La société avait des liens étroits avec le gouvernement social-démocrate et a lancé un concours national où les jeunes ont été chargés de documenter l’environnement. problèmes dans leurs communautés locales. Ces inventaires ont constitué la base d’une série d’audiences publiques en 1969, au cours desquelles des jeunes ont mis contre le mur une génération plus âgée de politiciens, de fonctionnaires et de dirigeants de l’industrie. Avec une participation moyenne de 500 personnes, ces audiences ont été considérées comme un succès public.

D’un point de vue contemporain, les demandes des jeunes interrogateurs pour un air pur et un traitement des eaux usées semblent modestes, mais lors de la finale de la campagne – un « parlement environnemental » en janvier 1970 – le ministre suédois de l’Agriculture a estimé qu’il était ingrat envers la jeune génération d’exiger le changement aussi. rapidement. Avec un travail obstiné et infatigable, a-t-il soutenu, une nouvelle destruction de l’environnement serait évitée en temps voulu.

Activisme mené par les jeunes

L’histoire suédoise moderne fournit plusieurs exemples d’activisme mené par des jeunes sur des problèmes mondiaux. Alors que l’initiative Folksam était organisée par des adultes, d’autres campagnes et initiatives se sont appuyées sur l’auto-organisation de la jeune génération. Un premier exemple de cela était Fältbiologerna (littéralement : « les biologistes de terrain »), la division jeunesse de la Société suédoise pour la conservation de la nature, qui est devenue un foyer d’activisme environnemental.

En plus des randonnées en pleine nature, les biologistes de terrain ont commencé à faire des démonstrations et à réaliser des actions directes spectaculaires. Ils ont défilé sous des bannières telles que « tuer la nature est un suicide » et « vos enfants protestent contre votre court-termisme ». Au début des années 1970, ils ont envoyé des bouteilles et des canettes jetables aux autorités, pour accélérer la transition vers le recyclage.

Un autre exemple frappant est la campagne annuelle Opération Dagsverke, « le travail d’une journée d’opération », qui a vu le jour au début des années 1960. Menée par des syndicats étudiants plutôt peu organisés, la campagne s’est rapidement étendue et a rapidement impliqué des dizaines de milliers d’écoliers, collectant des fonds pour des projets dans les pays du Sud.

Cette campagne s’est appuyée sur deux des principales ressources que les enfants ont souvent mobilisées dans leurs efforts pour créer le changement : le temps et l’activité spontanée. En consacrant une journée entière à la collecte de fonds, les enfants ont pris congé de l’école pour investir dans l’avenir de l’humanité – une ligne de pensée qui a également été importante dans le mouvement de grève scolaire. Les biologistes de terrain et le travail de la journée d’opération comprenaient tous deux une sorte d’intégration par l’âge, où les adolescents plus âgés organisaient et coordonnaient les efforts des plus jeunes, une caractéristique qu’ils partagent avec l’activisme contemporain.

Un an après que Greta Thunberg a commencé à manifester devant le parlement suédois, des manifestations pour le climat ont eu lieu dans le monde entier et elle a été nommée « personne de l’année » par le magazine Time. Cet impact a été rendu possible par la technologie numérique et les plateformes de médias sociaux, mais l’émergence de ce mouvement doit également être comprise dans le contexte d’une culture politique de plus de 50 ans d’activisme environnemental des jeunes.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Cela fait partie de la couverture de The Conversation sur la COP26, la conférence sur le climat de Glasgow, par des experts du monde entier. Lire l’article original.

Source : La conversation / #NorwayTodayTravel

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no