De la prison au Père Noël gay : jusqu'où la Norvège a-t-elle progressé depuis 1972 ? - 7

Cette année marque le 50e anniversaire de la dépénalisation de l’homosexualité en Norvège. Bien qu’elle soit notamment une société plus progressiste que d’autres pays dans le monde, la Norvège a toujours eu une longue lutte pour atteindre l’égalité des LGBT. Une récente publicité de Noël de Posten, avec un Père Noël gay, met en évidence à quel point la communauté LGBTI+ est courante et acceptée ici en Norvège aujourd’hui.

Quand Harry a rencontré le Père Noël

Cette année, le service postal norvégien (Posten) a créé une publicité très spéciale et unique pour Noël. Intitulé « Quand Harry a rencontré le Père Noël », il s’agit d’un court métrage de 3 minutes qui montre le développement d’une romance naissante entre le Père Noël et un homme gay nommé Harry. Depuis, il est devenu viral et a fait la une des journaux internationaux dans le monde entier – ce qui n’est pas si mal pour les résultats de Posten.

La publicité, outre sa valeur promotionnelle et marketing intelligente, a été conçue pour célébrer le 50e anniversaire de l’abrogation de l’article 213 du Code pénal norvégien le 21 avril 1972. Ceci est considéré comme le point de départ d’un long voyage pour le Communauté LGBTI+ vers la liberté et l’égalité.

Découvrez un magnifique Fjord

Article 213 : Adopté au début du XXe siècle, abrogé à la fin de celui-ci

La Norvège étant désormais l’une des sociétés les plus favorables aux LGBT et les plus progressistes au monde, il est presque incroyable que le sexe, entre hommes consentants, ait été, jusqu’au début des années 1970, un acte illégal officiel. Pourtant, jusqu’en 1972, c’était le cas. L’article 213 du Code pénal de 1902, a rendu les rapports homosexuels illégaux. Il a déclaré que « .. si des rapports indécents ont lieu entre des hommes, ceux qui ont commis ou ont été complices de tels rapports, sont passibles d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à un an. »

Découvrez les Aurores Boréales

Pendant la grande majorité du 20e siècle, la Norvège avait des règles et des lois qui ont été rédigées exclusivement par des hommes non seulement nés au 19e siècle, mais possédant des mentalités qui remontent à la période médiévale. Il était illégal pour les hommes consentants d’avoir des relations alors qu’il n’y avait aucune référence pour l’activité sexuelle entre les femmes. Les femmes avaient si peu d’agence, de voix et de pouvoir, pendant une grande partie de cette période, que, heureusement, les lois concernant les relations lesbiennes n’ont pas été adoptées car les femmes étaient simplement et systématiquement ignorées.

Les actes homosexuels entre hommes consentants étaient illégaux jusqu’en 1972. Photo : Berit Roald / NTB

Simplement une « maladie » à abroger

Avec la mise en place de l’État-providence, dans la période d’après-guerre, et une série de gouvernements travaillistes (nominalement plus progressistes que ceux du côté droit de la politique), les attitudes ont commencé à changer en Norvège. La première mention d’une abrogation de la loi remonte aux années 1950.

En 1953, le Conseil de droit pénal a décidé d’abroger cette loi. Le Conseil était d’avis que « … il peut sembler injuste de punir une personne pour des actes homosexuels qui sont la conséquence d’une caractéristique de sa personne qui ne peut lui être imputée. L’homosexualité est dans la mesure du même genre qu’une maladie ou un défaut corporel. » En d’autres termes, l’homosexualité est une maladie et les homosexuels ne peuvent donc être tenus responsables de leurs actes.

Bien que les intentions d’abroger la loi étaient bonnes, le raisonnement était ridicule. L’homosexualité n’est pas plus une maladie que l’hétérosexualité. On suppose que les membres du Conseil de droit pénal étaient des hommes instruits et c’était la vision de l’homosexualité de l’establishment au milieu du 20e siècle.

Dans les années 1960, la Norvège avait commencé à changer. Une immigration généralisée s’est produite pour la première fois dans un pays qui avait historiquement connu une émigration massive. L’éveil progressif social et politique croissant de la jeunesse du pays ainsi que les campagnes populaires ont provoqué des pressions publiques pour abroger la loi. Le 21 avril 1973, la loi a finalement été abrogée avec l’aide, en grande partie, du célèbre militant des droits des homosexuels Kim Friele.

Le nouveau millénaire a apporté de nouvelles attitudes et de nouvelles lois

Pourtant, il a fallu plus de deux décennies après l’abrogation de l’article 213 pour plus d’égalité et de liberté pour la communauté LGBT. Les partenariats enregistrés de même sexe ont été introduits le 1er août 1993. Cela signifiait que les couples gais et lesbiens pouvaient légalement s’unir civilement. Cela a été modifié en 2001 pour permettre aux couples de même sexe d’adopter légalement. Le mariage, pour les couples de même sexe, était cependant encore insaisissable.

La société est devenue plus tolérante et plus tolérante envers la communauté LGBT dans les années 2000. Pendant ce temps, le ministre des Finances de l’époque, Per-Kristian Foss, a fait la une des journaux comme étant le premier homme politique ouvertement homosexuel. Foss et son partenaire ont conclu un partenariat enregistré pendant cette période.

2004 a été une année charnière pour l’égalité. Un projet de loi a été proposé par deux membres du Stockage de la gauche socialiste (SV) pour rendre le mariage non sexiste. Cela légaliserait, à tous égards, le mariage homosexuel. Il faudra encore 4 ans pour que le projet de loi soit voté avec le soutien du deuxième gouvernement de centre-gauche de Jens Stoltenberg (Ap). Le gouvernement Stoltenberg a introduit une loi légalisant le mariage homosexuel et accordant les mêmes droits aux couples homosexuels et lesbiens qu’aux couples hétérosexuels. Cela a été adopté le 27 juin 2008, entrant en vigueur le 1er janvier 2009. Enfin, le mariage homosexuel était légal. L’Église de Norvège a adopté une loi pour célébrer les mariages homosexuels en 2017.

De la prison au Père Noël gay : jusqu'où la Norvège a-t-elle progressé depuis 1972 ? - 9
Kim Friele – militante des droits des homosexuels est décédée récemment. Photo : Lise Åserud / NTB

Vale Kim Friele

Le décès récent de Kim Friele montre à quel point cette génération de pionniers des droits des homosexuels, qui se sont activement battus et ont lutté pour la liberté et l’égalité, s’amenuise. Elle a consacré une grande partie de sa vie à défendre les droits des homosexuels et des lesbiennes et à défendre la pleine égalité devant la loi. Grâce à son travail inlassable, les couples de même sexe peuvent se marier dans une église et avoir une pleine reconnaissance légale. Grâce à son travail, ainsi qu’à de nombreux autres militants et militants, la société norvégienne est devenue plus tolérante, plus tolérante et progressiste.

Puisant dans cette tolérance est l’annonce de Noël Posten qui fait plus que simplement promouvoir la livraison de Noël pour le service postal. Il montre à quel point la communauté LGBT est devenue courante et acceptée en Norvège. Il y a un peu plus d’un demi-siècle, l’homosexualité était considérée comme une maladie par l’establishment légal. Maintenant, il est célébré avec une touche festive par un organisme gouvernemental.

La lutte pour les droits et l’égalité des LGBT se poursuit car l’intolérance existe toujours. Une récente vague d’actes de vandalisme dans toute la Norvège montre qu’il y a plus d’éducation et de travail à faire. Pourtant, la publicité de Posten met en évidence le chemin parcouru par la Norvège depuis 1972.

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas détenues par Norway.mw, sauf indication contraire.

A propos de l’auteur:

Jonathan est un amoureux de l’écrit. Il pense que la meilleure façon de lutter contre cette polarisation de l’actualité et de la politique, à notre époque, est d’avoir une vision équilibrée. Les deux côtés de l’histoire sont également importants. Il aime aussi les voyages et la musique live.

Source : #NorwayToday / #NorwayTodayNews / #NorwayTodayTravel

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no