La nouvelle série norvégienne « La fille d’Oslo » (Bortført) promet de plonger le spectateur dans le monde souvent trouble de la politique, de la diplomatie et du contre-terrorisme au Proche-Orient. Ce qu’il délivre est une formule.

C’est le pire cauchemar de tous les parents. Votre enfant est enlevé alors qu’il est en vacances. Imaginez maintenant si les ravisseurs appartenaient à l’un des groupes terroristes les plus sadiques et les plus brutaux de ce siècle : ISIS. C’est la réalité effrayante qui sous-tend la nouvelle série limitée norvégienne, « The Girl from Oslo » (Bortfort).

Lorsque les parents Alex Bakke (Anneke von der Lippe) et Karl (Anders T. Andersen) se présentent à l’appartement de leur fille Pia à Oslo pour une visite surprise, ils sont informés qu’elle est en vacances en Israël. Pia, au contraire, s’amuse comme jamais sur une plage ensoleillée du Sinaï avec ses amis israéliens Nadav (Daniel Litman) et Noa Salomon (Chira Yossef). Sur le chemin du retour après une journée à la plage, le trio est kidnappé par des membres de l’Etat islamique.

N’ayant pas eu de nouvelles de sa fille depuis des jours, Alex se rend en Israël pour essayer de retrouver sa fille. On apprend qu’Alex était un diplomate qui travaillait avec un homologue israélien, Arik (Amos Tamam) sur les accords d’Oslo de 1992. Arik est maintenant le ministre israélien du renseignement et fait de son mieux pour aider à libérer le trio.

ISIS est essentiellement à la recherche d’un échange de prisonniers pour le trio capturé avec un fort accent sur la libération d’Abu Salim (Abhin Galeya) qui est détenu en Norvège. Le reste de la série traite des réponses du gouvernement, à la fois d’Israël et de la Norvège, de la politique complexe de la relation d’Israël avec le monde islamique et de l’histoire personnelle du lien entre une mère et sa fille. Il y a une tournure très inattendue vers la fin qui, malheureusement, est scénarisée maladroitement.

La série est une œuvre de fiction, mais certains événements réels – les accords d’Oslo de 1993, la montée de l’EI, la fragmentation et la nature sectaire de la politique en Israël et en Palestine aujourd’hui – donnent au drame une certaine saveur. Généralement, le jeu d’acteur est correct (pas de futurs lauréats d’un Oscar ici, malheureusement) mais l’intrigue semble à la fois datée (une grande partie du territoire et de l’influence et de la pertinence de l’EIIS a été perdue depuis la mort de son chef spirituel, Abu Bakr al-Baghdadi, en 2019 ) et un peu exagéré parfois.

Les épisodes de 30 minutes sont rapides et l’intrigue se déroule rapidement. Cependant, il y a une sensation très simpliste et maladroite dans tout l’enlèvement de Pia. Il y a un peu un complexe de « sauveur blanc » envers sa mère et les efforts du gouvernement norvégien pour la libérer. La série ne donne qu’un aperçu très superficiel des sociétés, des communautés et de la politique profondément divisées de la région et des problèmes existentiellement complexes qui se sont propagés depuis des générations maintenant.

Le public a un appétit pour les émissions se déroulant au Proche-Orient à en juger par la popularité de la série israélienne »Fauda« ou la série suédoise »Califat“. « La fille d’Oslo” essaie de puiser dans cette ambiance mais est bien en deçà du niveau élevé fixé par ces deux autres excellentes séries. Pour ceux qui veulent un regard plus approfondi sur les négociations qui ont conduit aux accords de paix d’Oslo, « Oslo » (sorti en 2021 sur HBO) est un incontournable.

Il est cependant agréable de voir plus de contenu norvégien sur Netflix.

Verdict: Pas génial, pas terrible.
But: 4 avertissements de voyage « probablement mieux pour éviter les bains de soleil dans le Sinaï » sur 6.

Source : #Norway\.mw / #NorwayTodayTravel

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au [email protected]