Les responsables norvégiens rencontrent les talibans aujourd'hui. Ils prévoient de présenter des revendications concrètes - 3

Le secrétaire d’État Henrik Thune (AP) au ministère des Affaires étrangères rencontrera mardi la délégation talibane. Il compte présenter des revendications concrètes aux islamistes.

Lundi après-midi, Thune a eu des réunions avec des représentants de la société civile afghane et a reçu des informations sur les demandes qui devraient être faites.

« Ce n’est pas le début d’un processus ouvert. Nous présenterons des exigences mesurables que nous pourrons suivre et voir si elles répondent (à celles-ci) », a déclaré Thune à NTB.

Découvrez les Aurores Boréales

Les talibans rencontreront également des représentants du ministère des Affaires étrangères à 10h30. Le thème de ces entretiens sera en grande partie la situation humanitaire dans le pays.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Plus tard mardi, les organisations humanitaires norvégiennes rencontreront la délégation talibane à l’hôtel Soria Moria à Oslo.

Scolarisation des filles

Outre l’amélioration de la situation économique et la garantie de l’accès à l’aide humanitaire, les droits de l’homme figurent en bonne place à l’ordre du jour des réunions des talibans à Oslo.

« Il existe plusieurs questions cruciales liées aux droits des minorités et des femmes. Nous avons beaucoup parlé de l’école, mais c’est aussi de la liberté de mouvement, de l’accès aux services de santé et du droit au travail. Il y a des éléments mesurables qui sont cruciaux pour de nombreuses personnes de la société civile qui participent aux réunions ici à Oslo », a déclaré Thune.

L’une des revendications est le droit à l’éducation pour les filles. Plus précisément, les écoles doivent être rouvertes pour les filles après la 7e année lorsque les vacances scolaires sont terminées en mars.

Une autre est qu’un processus politique inclusif doit être lancé. Une suggestion est que cela devrait passer par un soi-disant loya jirga, une assemblée légale.

Les diplomates talibans et norvégiens ont également évoqué la position de deux militantes, Zaryabi Paryani et Parwana Ibrahimkhel. Les deux hommes auraient été arrêtés la semaine dernière après avoir participé à une manifestation.

« Grand risque »

Thune souligne que plusieurs militantes venues à Oslo pour rencontrer les talibans prennent un gros risque.

« Beaucoup d’entre eux ont subi des brutalités directes contre leur propre famille », a-t-il déclaré.

Néanmoins, il estime qu’ils soutiennent les pourparlers entre les pays occidentaux et les talibans.

Lundi soir, le ministère des Affaires étrangères s’est efforcé de définir les exigences de la Norvège lors des réunions. Thune pense que la Norvège a des attentes très réalistes.

« Tout processus positif devra au mieux être étape par étape », a-t-il déclaré.

« La rencontre avec les Etats-Unis est cruciale »

Les talibans auront également une réunion bilatérale avec les États-Unis, dirigée par l’envoyé spécial Thomas West. Thune décrit les conversations comme importantes.

« La position américaine sera cruciale pour l’évolution (de la situation) », a-t-il déclaré.

Il souligne que les Américains contrôlent une grande partie des fonds qui ont été gelés après la prise du pouvoir par les talibans en août.

Les habitants du pays reçoivent toujours de l’aide par le biais d’organisations humanitaires, mais l’énorme soutien étranger qui était auparavant accordé aux autorités afghanes a été bloqué. Il constituait l’essentiel du budget de l’État afghan.

Salaires des fonctionnaires

L’un des sujets abordés parmi les donateurs internationaux est de savoir comment garantir que les employés publics, tels que les enseignants, sont payés, a noté Thune. C’est-à-dire comment ces salaires peuvent être payés sans passer par des bureaux contrôlés par les talibans.

« Cela n’aide pas si les filles obtiennent le droit d’aller à l’école s’il n’y a pas d’enseignants », a souligné Thune.

Le gouvernement a reçu à la fois des soutiens et des critiques pour avoir facilité les rencontres avec le groupe extrémiste, qui est connu pour ses actes terroristes et son oppression des femmes.

Lundi, le ministre taliban des Affaires étrangères Amir Khan Muttaqi a tenu une conférence de presse. Il a décrit la réunion comme une réussite et a souligné qu’elle a donné aux islamistes « une scène ». Thune appelle cela un «mouvement rhétorique».

« Il est inévitable, lorsqu’ils viennent dans un pays démocratique, qu’ils soient autorisés à s’exprimer librement », a déclaré Thune.

Source : © NTB Norway\.mw / #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no