Opinion: la réunion des talibans à Oslo est à la fois un gaspillage de l'argent des contribuables et un désastre de relations publiques - 7

La récente visite des talibans à Oslo, pour des entretiens avec des représentants norvégiens, européens et américains, a été présentée comme une chance de réinitialiser les relations et de rechercher conjointement des solutions à une crise humanitaire qui se détériore et qui engloutit l’Afghanistan. En réalité, ce n’était rien de plus que 7 millions de NOK perdus et une chance pour les talibans de revendiquer une sorte de légitimité et de reconnaissance gouvernementale.

L’Afghanistan a vu deux décennies de progrès anéanties en 2021

Plus de 6 mois se sont écoulés depuis la chute de Kaboul et la fin d’un gouvernement civil modéré (bien que fortement corrompu). Rappelant ce vieil adage selon lequel l’histoire ne se répète pas mais rime, les talibans – comme il y a 3 décennies – ont pris le pouvoir et ont pris le contrôle de l’Afghanistan.

Le président Joe Biden a annoncé, en avril dernier, que les États-Unis mettraient fin à leur « guerre éternelle » après deux décennies d’implication dans le pays. L’intervention avait laissé à l’Afghanistan des résultats sociétaux généralement positifs. L’annonce du retrait de Biden a quelque peu pris les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN au dépourvu – dont la Norvège n’est pas seulement un partenaire, mais a dépensé d’innombrables ressources et vies pour aider à libérer les Afghans de l’emprise des talibans.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Il y a eu ensuite les scènes déchirantes et vraiment douloureuses, sans doute sans précédent depuis la chute du Vietnam aux mains des communistes en 1975, de milliers d’Afghans, qui s’étaient relevés et avaient reconstruit un pays brisé depuis le 11 septembre, se précipitant aux ambassades étrangères pour avoir une chance de partir sur les quelques vols d’évacuation restants.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Les talibans ont réduit à néant les acquis civils des femmes et des minorités ethniques et religieuses

Depuis ces journées éprouvantes du mois d’août de l’année dernière, la vie en Afghanistan est devenue incontrôlable pour la population générale. Les talibans ont lentement grignoté les gains que la société civile – en particulier les femmes, les minorités ethniques et religieuses – ont obtenus depuis l’intervention des États-Unis et de l’OTAN à la fin de 2001.

Aucun gouvernement étranger n’a encore reconnu les talibans comme le gouvernement de facto de l’Afghanistan.
Pourquoi alors la Norvège voudrait-elle faire venir des hauts responsables talibans pour une discussion de grande envergure sur la détérioration de la crise humanitaire ?

Scènes poignantes d’Afghans essayant de s’échapper sur des vols étrangers hors du pays. Aéroport de Kaboul, 2021. Photo : AP Photo / Shekib Rahmani

La Norvège affirme que l’invitation était « essentielle » pour le dialogue entre la communauté internationale et les talibans

Lorsque le ministère norvégien des Affaires étrangères a annoncé qu’il avait envoyé une invitation aux talibans à venir à Oslo pour des entretiens avec des représentants norvégiens, européens et américains, cela a été accueilli avec le mépris le plus public.

Anniken Huitfeldt, ministre des Affaires étrangères, a expliqué le raisonnement derrière la visite dans un communiqué de presse. Le gouvernement était d’avis qu’« il est essentiel que la communauté internationale et les Afghans de divers secteurs de la société engagent un dialogue avec les talibans. Nous serons clairs sur nos attentes vis-à-vis des talibans, notamment en ce qui concerne l’éducation des filles et les droits humains, comme le droit des femmes à participer à la société.

Huitfeldt a également souligné que ces pourparlers ne contribueraient en aucune façon à légitimer le régime taliban. Pourtant, lorsque la nouvelle a éclaté la semaine dernière que les talibans se dirigeaient vers ici, elle a été forcée, sous la pression publique et politique, d’annuler sa comparution aux pourparlers – bien que ce revirement ait été nié par le gouvernement. Il y avait un représentant officiel, en quelque sorte, puisque la secrétaire d’État Henrike Thune (AP) a été envoyée aux pourparlers pour discuter des droits des femmes, de l’éducation et du paiement des salaires des employés publics.

L’argent par les fenêtres

Alors, qu’est-ce que ces pourparlers ont apporté à la Norvège ? Tout d’abord, nous devons examiner le coût financier élevé de la visite. Quelque 7 millions de NOK ont été dépensés pour transporter (dans un avion privé loué) 15 membres de haut rang des talibans à venir pour une visite de 3 jours à Oslo. Ils ont séjourné à l’hôtel Soria Moria, mais pas au Ritz, c’était assez confortable, niché au milieu des forêts avec une vue imprenable. La sécurité était primordiale, ce qui signifiait une présence policière constante. Tout cela a bien sûr été payé par le contribuable norvégien.

Alors, quel a été le résultat des pourparlers de 3 jours ? La Norvège a-t-elle contribué à forcer les talibans à améliorer le rôle des femmes dans la société afghane ? La Norvège a-t-elle contribué à atténuer une partie de l’extrême pauvreté qui est devenue la caractéristique principale du régime taliban ? La Norvège a-t-elle imposé des garanties écrites de protection et de sécurité pour les minorités ethniques et religieuses ? Malheureusement, la réponse à toutes ces questions est non. Le seul résultat tangible, des pourparlers pour la Norvège, était une étiquette de prix de 7 millions de NOK et un « merci pour l’accueil » des talibans.

Compte tenu du coût ridicule de l’électricité ces derniers mois, on se demande si ces 7 millions de NOK auraient pu être mieux dépensés par le gouvernement norvégien pour ses citoyens et non pour subventionner une bande de voyous pour des vacances d’hiver.

Avion de la délégation talibane
L’arrivée de la délégation talibane à l’aéroport de Gardermoen. Photo : Terje Bendiksby / NTB

Ces pourparlers ont-ils contribué à légitimer les talibans ?

Indépendamment du fait que le gouvernement a souligné à plusieurs reprises que les pourparlers ne légitimeraient pas le régime taliban, cela s’est effectivement produit. Le choix des talibans de tenir des pourparlers séparés avec plusieurs représentants a joué à leur avantage – ils ont divisé et conquis. La Norvège, en tant qu’hôte, aurait dû insister pour que les délégations occidentales fassent front uni et mènent des pourparlers ensemble. Au lieu de cela, la Norvège a été littéralement exclue de la salle des pourparlers entre les talibans et les autres pays occidentaux.

Bien que le ministre Huitfeldt n’ait pas eu de rencontre avec les talibans, un personnage a rencontré les talibans. Le fait que la Norvège ait organisé tout leur voyage – du jet affrété à la sécurité et à l’hébergement – ​​place les talibans sur un pied d’égalité avec toute autre délégation gouvernementale étrangère en visite.

Ces pourparlers saperont-ils les objectifs de la politique étrangère de la Norvège ?

La Norvège a été active, depuis le tournant du millénaire, dans la promotion d’une politique étrangère basée sur l’égalité des sexes, les droits des femmes et le renforcement de l’éducation des filles dans le monde. Ces objectifs de politique étrangère ont été à la base de la candidature réussie de la Norvège à un siège non permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Au lieu de cela, le gouvernement a maintenant emmené les membres d’un régime qui traite les femmes comme presque « sous-humaines » à l’autre bout du monde pour des discussions sur l’égalité des sexes, l’éducation des filles et les droits des femmes. Aucune femme ne faisait partie des délégations talibanes. Cela parlait d’un autre groupe d’hommes prenant des décisions sur et pour les femmes… bien qu’avec une touche fanatique.

Comment la Norvège peut-elle espérer pousser ses objectifs ambitieux et valables de politique étrangère concernant les femmes et les filles ayant sali leur réputation en parlant à des misogynes, des sexistes et des fanatiques purs et durs ?

FARYAB, AFGHANISTAN
La Norvège a exploité une base militaire à Faryab pendant l’intervention militaire dirigée par l’OTAN en Afghanistan. Photo : Lise Åserud / scanpix NTB

Cependant, le pire résultat a peut-être été pour la communauté afghane ici en Norvège. Il y a environ 11 000 Afghans vivant ici en Norvège et les racines de la diaspora dans ce pays remontent au moins à la révolution Saur en 1979. Suite à la chute de Kaboul l’année dernière, des centaines d’autres se sont réinstallés dans ce pays. Ils vivent désormais dans une société fondée sur la (presque) égalité des sexes, la tolérance religieuse et la liberté totale d’expression. Une société multiculturelle forte de ses nombreuses différences – qu’il s’agisse de peuples, de cultures, de religions ou de modes de vie.

La vue des talibans atterrissant à l’aéroport de Gardermoen aurait certainement été un scénario traumatisant pour de nombreux Afghans ici, quelle que soit la durée de leur vie en sécurité en Norvège. Les groupes de défense des droits des femmes, les sociétés civiles et d’autres organisations non gouvernementales ont eu l’occasion de rencontrer les talibans, mais ce n’était guère plus que du bout des lèvres. Comment pouvez-vous espérer parler de la nécessité de l’éducation des jeunes filles à un groupe de voyous qui ont supervisé un apartheid sexuel, une guerre constante contre les femmes depuis leur arrivée au pouvoir national en 1996 ?

Les représentants afghans qui ont rencontré les talibans, en particulier les femmes militantes, ont désormais mis leur propre vie et celle de leurs familles en grand danger. Mahbouba Seraj, du Réseau des femmes afghanes, a déclaré lors d’une conférence de presse lundi soir que « le pire scénario est que lorsque je rentrerai chez moi [to Afghanistan] ils me tirent dessus. Bien qu’elle ait un peu ri en parlant, on espère qu’elle ne prévoyait pas son avenir.

La Norvège a rencontré le groupe responsable de la mort et de la destruction

Les pourparlers représentaient également le groupe directement responsable de la mort de 10 membres des forces armées norvégiennes et de 26 autres victimes arrivant sur le sol norvégien. De plus, Anas Haqqani – un terroriste recherché – a réussi à passer entre les mailles du filet et a fait partie de la délégation. Cela n’a été remarqué que grâce à un journaliste afghan qui était sûrement une mise en accusation accablante de l’état des institutions norvégiennes de sécurité et de renseignement.

Le Premier ministre Støre a également une longue histoire avec les talibans. Il est témoin de la violence brutale qu’il a déclenchée sans discernement lors de l’attaque de l’hôtel Serena en 2008 qui a entraîné la mort du journaliste norvégien Carsten Thomassen. Son premier grand acte de politique étrangère à faire la une des journaux mondiaux a été d’inviter ce groupe en Norvège.

L’ensemble de la réunion – bien qu’un noble effort pour tenter d’atténuer la crise humanitaire et les souffrances du peuple afghan – n’a guère fait plus que présenter une victoire de relations publiques pour les talibans. Espérons que la Norvège a tiré les leçons de cette réunion.

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas détenues par Norway\.mw, sauf indication contraire.

A propos de l’auteur:

Jonathan est un amoureux de l’écrit. Il croit que la meilleure façon de lutter contre cette polarisation des nouvelles et de la politique, à notre époque, est d’avoir une vision équilibrée. Les deux côtés de l’histoire sont tout aussi importants. Il aime aussi les voyages et la musique live.

Source : #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no