Opinion : Confirmation de Stoltenberg comme Gouverneur de la Norges Bank - un nouveau scandale ? - 7

Dans ce qui était sûrement l’un des secrets les moins bien gardés du pays, Jens Stoltenberg a été officiellement confirmé comme prochain gouverneur de la Norges Bank. Le fait que l’actuel patron de l’OTAN et ancien Premier ministre dirigera la banque centrale de Norvège montre que la Norvège n’est pas à l’abri du genre d’accords en coulisses sales et obscurs (ou devrait-il s’agir de dîners) et du népotisme de parti qui afflige d’autres pays.

Un « plafond de verre » vieux de 205 ans toujours intact à Bankplassen 2

Des mois après avoir remporté une élection écrasante et être revenu au pouvoir après 8 ans dans le désert politique, il semble que le Parti travailliste (Arbeiderpartiet, AP) a encore assuré les rênes du pouvoir. L’AP a maintenant son homme à Bankplassen 2, Oslo. L’actuel secrétaire général de l’OTAN, ancien premier ministre à deux reprises et chouchou de l’AP, Jens Stoltenberg, a été confirmé comme le nouveau patron de la banque centrale de Norvège.

Avant de nous plonger dans le processus (ou son absence) de sa sélection, veuillez avoir une pensée pour (littéralement) la seule femme en lice : l’actuelle sous-gouverneure, Ida Wolden Bache. Après s’être lancée tranquillement, mais avec confiance, en gravissant les échelons de l’organisation dont elle est maintenant la numéro 2, beaucoup ont présumé qu’elle était la gouverneure en attente. Dans une décision quelque peu alarmante, une femme possédant beaucoup plus d’expérience théorique et pratique dans le fonctionnement d’une banque centrale a vu sa nomination éclipsée par… un homme. Le plafond de verre, vieux de quelque 205 ans, est encore très intact à Bankplassen 2.

Si Stoltenberg s’était tenu à l’écart de la course à deux chevaux, l’AP aurait pu prétendre, même indirectement, que c’était sous leur surveillance que ce plafond de verre avait été brisé. Cependant, ils ont maintenant troqué une victoire indirecte contre un scandale politique de leur cru. La politique de la Banque centrale, selon la Norges Bank, est apparemment encore très masculine.

La dette de Støre envers Stoltenberg

L’automne dernier, lors des premières élections de l’ère COVID en Norvège, Jonas Gahr Støre a finalement ramené l’AP au pays du lait et du miel. Ayant dirigé le parti depuis 2014, Støre était en charge des élections de 2017 où un swing de 3,4% contre l’AP a conduit à des accusations d’excès de confiance, d’arrogance et de prise pour acquise. L’homme qu’il a remplacé à la tête du parti était son mentor, ami et confident Jens Stoltenberg. Les deux hommes sont si proches, politiquement et personnellement, que beaucoup ont estimé qu’un vote pour Støre était le retour à « l’âge d’or » du gouvernement de Stoltenberg il y a une dizaine d’années.

Bien qu’il n’y ait qu’un an environ de différence d’âge, la relation (politiquement parlant) n’est pas sans rappeler un mentor et un protégé. L’ascension de Støre au pouvoir et à la notoriété nationale a été très bien planifiée et supervisée par Stoltenberg. Stoltenberg a nommé Støre ministre des Affaires étrangères, donnant à Støre son premier aperçu du véritable pouvoir politique, de l’influence et de la publicité nationale. Ce travail, pour beaucoup en Norvège, est souvent considéré comme un portefeuille vraiment clé et donne souvent aux futurs dirigeants l’exposition nationale et internationale nécessaire avant de décrocher le poste le plus élevé de Norvège.

La trajectoire de carrière de Støre a beaucoup, du moins au début, été activement influencée par la main de Jens Stoltenberg. Ainsi, lorsque Støre a ramené l’AP au pouvoir l’automne dernier, était-il surprenant que son ancien compagnon et mentor Jens vienne frapper à sa porte ?

Jens Stoltenberg
Comme des pois dans une cosse : Jens Stoltenberg et Jonas Gahr Støre ont une amitié profonde plus forte que la plupart des collègues politiques. Photo : Jon Olav Nesvold / NTB

Discussions à l’heure du dîner

Ce qui est le plus désolant dans cette saga, c’est le fait qu’il semble que la nomination de Stoltenberg ait été, en partie, planifiée. Lorsqu’on lui a demandé s’il avait discuté du poste le plus élevé avec Stoltenberg, Støre a déclaré aux médias qu’il ne l’avait pas fait. Pourtant, des détails sont apparus sur deux dîners et un voyage en avion depuis New York où Stoltenberg avait discuté du travail avec Støre, l’actuel gouverneur de la Norges Bank, Øystein Olsen, et le chef du Fonds pétrolier, Nicolai Tangen. Støre a admis plus tard que le sujet avait été discuté, mais il s’est récusé en raison du « conflit d’intérêts ».

Nous avons toujours le fait troublant que Stoltenberg a discuté de sa nomination pour le poste le plus élevé avec les poids lourds de l’économie gouvernementale des mois avant qu’il n’annonce officiellement sa nomination et peu de temps après l’élection. Stoltenberg avait-il une « liste de souhaits » pour Støre avant les élections de 2021 ? Il est clair que la nomination de Stoltenberg était un sujet de discussion quelques jours seulement après la victoire électorale écrasante.

Même si Støre n’était pas à ces discussions ou n’a pas écouté (il a, après tout, dit à plusieurs reprises aux médias qu’il s’était récusé de toute autre conversation sur ce sujet – si l’on en croit cela), il ne fait aucun doute que le le sujet et le sujet de ces « discussions » seraient revenus au bureau et à l’oreille de Støre.

La majorité du Storting ne voulait pas de Stoltenberg comme gouverneur

Ce n’est pas trop souvent dans le climat politique actuel que la majorité du Storting et le public peuvent s’entendre sur quelque chose. La nomination de Stoltenberg a été le sujet qui a réuni le public et les politiciens. Une majorité de membres du Stortinget ne voulaient pas que Stoltenberg devienne le prochain gouverneur en raison d’un flou d’indépendance politique, de neutralité et d’objectivité que le gouverneur de la Banque centrale est censé avoir.

Il est également apparu que le ministère des Finances, dirigé désormais par Trygve Slagsvold Vedum (PS), a activement encouragé Stoltenberg à postuler pour le poste. Cela va à l’encontre de l’indépendance politique du gouverneur, ce qui bénéficie du soutien de tous les partis depuis des générations. Si l’AP voulait changer de cap et avoir des nominations politiques comme gouverneurs, pourquoi n’était-ce pas une politique de parti qui aurait dû être débattue et soumise aux électeurs lors des dernières élections ? Au lieu de cela, nous avons cette prise de pouvoir furtive par l’AP qui est non seulement contraire aux précédents historiques, mais qui ressemble aussi plutôt à du copinage.

L’AP est-elle tellement ivre de pouvoir – après avoir remporté les élections de 2021 de manière convaincante – qu’elle ignore désormais le sentiment et les opinions du Storting et de la population norvégienne ? Pourquoi sa nomination n’a-t-elle été discutée que dans des avions privés et des dîners et non par l’AP, en public, avant les élections de 2021 ?

Jens Stoltenberg - OTAN
L’actuel secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg. Photo : Yves Herman / Pool Photo via AP

L’homme à 3 millions de couronnes

Stoltenberg a déclaré aux médias qu’il n’avait aucune idée du montant de ses revenus en tant que gouverneur de la Norges Bank. Ces détails devraient apparemment être finalisés dans les semaines à venir. Cependant, Nettavisen a indiqué que lorsque Stoltenberg terminera son deuxième mandat en tant que secrétaire général de l’OTAN, il recevra une indemnité de départ de 3 millions de NOK. Pas mal un peu d’argent pour un travail bien fait ? Ou était-ce?

Bien qu’il devrait recevoir beaucoup de crédit pour avoir maintenu l’OTAN ensemble pendant les années Trump, il a eu 8 années complètes pour essayer de régler les relations ukraino-russes et la candidature de Kiev pour l’adhésion à l’UE et à l’OTAN avec la Russie. Cependant, au cours des derniers mois, l’OTAN a été en crise en raison de l’afflux de troupes russes à la frontière ukrainienne. Y avait-il une chance que Stoltenberg planifiait peut-être son avenir plutôt que de se concentrer sur le danger actuel ? Compte tenu de l’état actuel des relations de l’OTAN avec la Russie, y avait-il une chance que l’esprit de Stoltenberg soit ailleurs l’année dernière et cette année, coïncidant avec la crise russe en cours ? Ces questions ont besoin de réponses.

La nomination de Stoltenberg souille le nouveau gouvernement de Støre

La nomination de Jens Stoltenberg, bien que hautement qualifié pour le poste, représente une bouffée de scandale pour le gouvernement Støre fraîchement élu. Jonas Gahr Støre lui-même, s’étant aligné si étroitement sur Stoltenberg pendant des années, devra sans aucun doute porter certaines des accusations de sexisme, de copinage, de transactions clandestines antidémocratiques et discrètes et de politisation rampante du poste de gouverneur de la banque centrale.

Cette nomination peut être considérée comme le deuxième scandale à secouer le gouvernement de Støre. Le premier concernait l’ancienne présidente du parlement norvégien (Storting) Eva Kristin Hansen (AP), qui a officiellement démissionné en novembre, après que le procureur a ordonné une enquête pour fraude contre six députés pour d’éventuelles violations des règles sur les navetteurs.

Espérons – pour le bien de la nation – que ce soit aussi le dernier scandale de ce gouvernement.

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas détenues par Norway\.mw, sauf indication contraire.

A propos de l’auteur:

Jonathan est un amoureux de l’écrit. Il croit que la meilleure façon de lutter contre cette polarisation des nouvelles et de la politique, à notre époque, est d’avoir une vision équilibrée. Les deux côtés de l’histoire sont tout aussi importants. Il aime aussi les voyages et la musique live.

Source : #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au [email protected]