MISE À JOUR DE 10 H : La Russie lance des attaques massives contre des cibles en Ukraine - voici les dernières mises à jour - 3

La Russie a attaqué un certain nombre de cibles militaires en Ukraine et envoyé des forces terrestres de l’autre côté de la frontière, provoquant une forte condamnation du monde extérieur.

Mercredi soir, les dirigeants des deux républiques séparatistes ukrainiennes de Donetsk et de Louhansk, dans l’est de l’Ukraine, ont demandé à la Russie de l’aider à « faire face à l’agression » des forces gouvernementales ukrainiennes.

Quelques heures plus tard, le président russe Vladimir Poutine a annoncé dans un discours télévisé que les forces russes viendraient à leur secours. Peu de temps après, de puissantes explosions ont été entendues dans plusieurs villes ukrainiennes.

Découvrez un magnifique Fjord

« Il s’agit d’une invasion à grande échelle. Le monde peut et doit arrêter Poutine », a déclaré le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Réunion urgente à l’ONU

Le Conseil de sécurité de l’ONU a été convoqué à une réunion d’urgence et l’ambassadeur russe à l’ONU, Vassili Nebenzia, a confirmé qu’une opération militaire russe avait été lancée contre l’Ukraine.

« Je veux juste dire que nous ne sommes pas agressifs contre le peuple ukrainien, mais contre la junte au pouvoir à Kiev », a-t-il déclaré.

L’envoyé ukrainien de l’ONU, Sergij Kyslytsya, a riposté avec fureur.

« Il n’y a pas de purgatoire pour les criminels de guerre. Ils vont directement en enfer », a-t-il dit en s’adressant à Nebenzia.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a supplié Poutine d’annuler l’attaque.

« Au nom de l’humanité, rappelez les soldats en Russie », a-t-il déclaré après la réunion d’urgence du Conseil de sécurité.

Attaque sur les bases aériennes

Peu de temps après, l’agence de presse russe Interfax a rapporté que les forces russes avaient débarqué dans les villes portuaires d’Odessa sur la mer Noire et de Marioupol sur la mer d’Azov dans l’est de l’Ukraine. Mais cela a d’abord été rejeté comme une fausse nouvelle par les dirigeants militaires ukrainiens.

Cependant, de puissantes explosions ont été signalées dans ces deux villes et dans d’autres villes d’Ukraine, dont la capitale Kiev.

Les dirigeants militaires russes ont affirmé que les attaques visaient des cibles militaires et que l’armée de l’air ukrainienne et les installations de défense aérienne du pays avaient été neutralisées.

« Les forces armées russes n’effectuent pas d’attaques à la roquette ou à l’artillerie contre des villes ukrainiennes. Des armes de précision sont utilisées pour détruire les infrastructures militaires, les aéroports militaires, les avions, les installations de défense aérienne et la défense ukrainienne », indique un communiqué.

Rapports contradictoires

La direction militaire ukrainienne, pour sa part, affirme avoir abattu cinq avions russes et un hélicoptère de combat dans l’est de l’Ukraine, à proximité de zones contrôlées par des séparatistes soutenus par la Russie. Ce n’est « pas conforme à la réalité », a noté Moscou.

Les gardes-frontières ukrainiens ont également signalé dans la matinée qu’ils avaient répondu aux attaques d’artillerie russe depuis la Biélorussie et la péninsule de Crimée, mais cette idée a également été rejetée par les dirigeants de la défense russe. Selon la Russie, les gardes-frontières n’ont pas résisté lorsque les forces terrestres russes sont intervenues.

Des images du poste frontière de Senkivka, situé à environ 230 kilomètres au nord-est de la capitale ukrainienne Kiev, ont montré un grand nombre de chars russes traversant la frontière depuis la Biélorussie, où ils ont participé à un exercice militaire majeur ce mois-ci.

Sirènes et explosions

Alors que la vie quotidienne dans plusieurs villes ukrainiennes le matin semblait se dérouler comme d’habitude, le maire de Kharkiv, la deuxième ville du pays, a demandé aux quelque 1,5 million d’habitants de rester chez eux.

« S’il vous plaît, ne quittez pas vos maisons aujourd’hui. En raison de la situation compliquée, les écoles, les jardins d’enfants et d’autres institutions resteront fermés aujourd’hui, jusqu’à ce que la situation soit davantage clarifiée », a écrit Igor Terekhov sur Facebook.

À Kharkiv et dans d’autres villes, des sirènes de la défense civile ont retenti et des explosions ont été signalées. Selon le ministère ukrainien de la Défense, sept soldats gouvernementaux ont été tués dans les attaques russes. Aucune victime civile n’a été signalée.

A Kiev, de nombreux habitants se sont réfugiés dans les stations de métro le matin par peur des frappes aériennes. Il y avait aussi de longs embouteillages à la sortie de la ville.

Les autorités ukrainiennes ont fermé l’espace aérien à tout trafic civil et l’aéroport de Kiev a été évacué.

Appeler à l’aide

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyj demande à la communauté internationale d’agir pour forcer la Russie à battre en retraite. Pourtant, il n’y a eu jusqu’à présent que des protestations verbales de la part de la communauté internationale.

Dans la matinée, Zelenskyj s’est entretenu avec un certain nombre de dirigeants occidentaux, dont le président Joe Biden, qui a promis « un soutien continu à l’Ukraine » sans entrer dans les détails de ce soutien.

« Nous construisons une coalition anti-Poutine. Le monde doit forcer la Russie à (accepter) la paix », a tweeté Zelensky après la conversation avec le président américain.

L’instance décisionnelle de l’OTAN, le Conseil de l’Atlantique Nord, a été convoquée en urgence et le secrétaire général de l’Alliance de défense, Jens Stoltenberg, a annoncé une conférence de presse à midi.

Source : © NTB Norway\.mw / #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no