Opinion: la ministre du Parti travailliste Hadia Tajik démissionne - un nouveau chapitre dans le même vieux scandale du logement - 5

La démission très tardive de Hadia Tajik en tant que ministre du Travail et de l’Inclusion sociale mais pas nécessairement en tant que chef adjoint du parti travailliste montre que les derniers habitants du Storting sont tout aussi incompétents et/ou corrompus que les précédents. Le dernier chapitre du « scandale du logement des navetteurs » met en lumière le comportement et les actions arrogantes apparemment désormais courantes de la classe politique norvégienne.

Tadjik assume la responsabilité de ses actes et démissionne… en quelque sorte

Pour ce qui semble être la millionième fois, un autre membre du Storting a été pris dans un «scandale du logement des navetteurs» apparemment sans fin. Sûrement pas encore, non ?

Albert Einstein, qui savait une chose ou deux, a un jour plaisanté en disant que « la folie, c’est de faire la même chose encore et encore et d’attendre des résultats différents ». Cela fait sûrement de certains membres (et ex-membres) du Storting certaines des personnes les plus folles de ce pays. Ils ont toujours fait la même chose encore et encore (escroquer les contribuables) et s’attendaient à tous ces résultats différents – aucune réaction de la presse, aucun retour de bâton politique, aucune enquête et aucune perte de confiance ou de foi en eux par l’électorat.

Découvrez les Aurores Boréales

Cette fois a vu la chute (quelque peu) de Hadia Tajik – qui a démissionné de son poste de ministre du Travail et de l’Inclusion sociale mais a refusé avec optimisme de démissionner de son poste de chef adjoint du Parti travailliste (Arbeiderpartiet, AP). Il est trop tôt pour juger comment cela affectera l’étoile montante de l’AP, l’une des rares femmes de couleur à occuper un poste de direction dans un grand parti politique norvégien.

Découvrez un magnifique Fjord

Ainsi, quelques mois seulement après le dernier chapitre, il a été révélé qu’un nouveau politicien avait abusé d’un système financé par les contribuables – soit par, comme elle le prétend, par pure incompétence et oublis, soit, très probablement, délibérément. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas un bon look pour le gouvernement Støre fraîchement élu qui vient tout juste de mettre la controverse autour de la nomination de Jens Stoltenberg comme prochain gouverneur de la Norges Bank derrière eux.

Les racines de ce scandale remontent à 2006

Hadia Tajik a fait face à la musique le 2 mars et a annoncé qu’elle démissionnerait de son poste de ministre du Travail et de l’Inclusion sociale après avoir admis qu’elle avait « complètement mal jugé » les règles entourant le logement des navetteurs de la période 2006-2010.

Son cas remonte à plus de 15 ans, jusqu’au 1er décembre 2006. C’est à cette date que Tadjik, alors conseiller politique, a demandé un logement pour les navetteurs. Elle était alors étudiante et vivait dans un dortoir mais était inscrite chez ses parents à Rogaland. Lors de la première demande de logement de banlieue, elle a déclaré qu’elle n’avait pas de frais de logement. On lui a alors dit qu’elle devait payer des impôts sur le logement de banlieue qu’elle recevait.

Le journal VG a révélé que 6 jours APRÈS ce résultat, elle a déposé une nouvelle demande où elle a été enregistrée dans un nouvel emplacement (un appartement au sous-sol) avec un bail signé par les anciens voisins de ses parents.

Tadjik ici dans une autre résidence où elle est basée mais où elle ne vit pas – le Storting. Photo : Terje Bendiksby / NTB

Un nouveau dossier déposé, deux appartements achetés

Tadjik a alors déposé une nouvelle demande qui a vu sa situation fiscale s’inverser. Sa nouvelle situation de vie lui donnait droit à un logement de banlieue exonéré d’impôt alors qu’elle se rendait à la maison de son enfance à Rogaland (la maison de ses parents) où elle avait des dépenses. Elle n’a pas encore fourni d’informations détaillées sur la nature ou le montant de ces dépenses. Tadjik était censée payer son premier loyer, pour cet appartement en sous-sol, le 1er décembre 2006, mais les déclarations de VG ont révélé qu’elle n’y avait jamais résidé.

Ce qui aggrave encore cette situation, c’est que pendant cette période – où elle vivait avec ses parents mais bénéficiait d’un logement de banlieue exonéré d’impôt – elle a acheté deux appartements, avec son frère, et a reçu entre 8 500 et 10 500 NOK par mois en revenus locatifs. Elle a vendu un appartement en 2010 et a vendu sa participation dans l’autre appartement à son frère la même année. Après dépenses, elle a affirmé n’avoir réalisé qu’un petit bénéfice. Lorsqu’on lui a demandé si elle aurait pu se permettre d’acheter ces appartements si elle n’avait pas bénéficié d’un logement de banlieue exonéré d’impôt, Tadjik n’a offert aucune réponse à VG.

Il n’en reste pas moins que Tadjik a reçu un logement de banlieue financé par les contribuables sur la base de la location d’un appartement dans lequel elle n’a jamais vécu. Pendant ce temps, elle a investi dans deux appartements à Stavanger. C’est, pour le dire dans ses mots, une « erreur de jugement ».

Encore une « erreur de jugement » d’un membre du Storting sur le logement des pendulaires

Son cas est à la fois typique et atypique par rapport aux autres politiciens pris, disons-le, dans l’escroquerie du contribuable norvégien. Ce n’est que deux mois après les dernières élections que la présidente nouvellement élue du Storting, Eva Kristin Hansen (Ap), a démissionné alors qu’elle était «victime» de la même «erreur de jugement» en matière de logement pour les navetteurs. C’était quelques mois seulement après qu’il est apparu que Kjell Ingstad Ropstad, alors chef du Parti chrétien-démocrate (Kristelig Folkeparti, KRF) avait commis des fautes similaires envers Tadjik en obtenant un logement de banlieue tout en étant enregistré chez ses parents et en louant un appartement qu’il possédait.

Il semble que, quelles que soient leurs convictions politiques, de nombreux membres du Storting se sont retrouvés empêtrés dans ce scandale. Tadjik, comme Ropstad et Hansen, a gravi les échelons jusqu’à un poste de direction au sein de l’AP. Il est certain que quiconque procède à l’examen des candidats potentiels à la direction devrait également démissionner, car cette « anomalie » a été, comme la loi sur le logement des navetteurs elle-même, délibérément ou maladroitement ignorée.

Jonas Gahr Støre - Hadia Tajik
Des temps plus heureux: Tadjik photographié avec le Premier ministre nouvellement élu, Jonas Gahr Støre, en 2021. Photo: Heiko Junge / NTB

Pourquoi ce scandale est-il pour elle une tragédie pour la politique norvégienne ?

Ce qui rend le cas de Tadjik différent, et encore plus tragique, c’est qu’elle fait partie d’une race rare dans la politique norvégienne : une jeune femme de couleur. Fille d’immigrés pakistanais, elle est clairement exceptionnellement brillante puisqu’elle est titulaire de deux masters après avoir étudié le droit et les droits de l’homme à l’université d’Oslo et en Angleterre. En tant que juriste, experte en droit, même en 2006, on aurait pu penser qu’elle était assez brillante pour comprendre, interpréter et appliquer correctement les règles et règlements entourant l’habitation des navetteurs.

La Norvège n’a pas seulement besoin de plus de femmes en politique, un récent rapport Kommunal a montré que 20% des municipalités du pays ont jamais été gouverné par une femme, mais plus de femmes de couleur. La Norvège est une société moderne, diversifiée et multiculturelle et, dans une certaine mesure, cela ne se reflète tout simplement pas dans les couloirs du pouvoir à l’échelle nationale.

Sa démission partielle et sa tirade contre la presse montrent de l’arrogance

Alors confronté à de nombreuses interrogations depuis l’annonce de la nouvelle, Tadjik n’a que partiellement pris ses responsabilités et partiellement démissionné. Elle est la première ministre du gouvernement Støre à démissionner de son portefeuille, mais elle a décidé de rester en tant que chef adjoint. Ce résultat est complètement absurde. Comment peut-elle avoir la confiance de son parti, de ses collègues et des gens qui l’ont élue, alors qu’elle a été surprise en train de frauder les contribuables.

Ce qui est aussi troublant, c’est qu’au lieu d’admettre qu’elle s’est trompée, a démissionné, a passé un certain temps hors des projecteurs, puis a lentement reconstruit sa carrière, elle s’est lancée dans une tirade contre les médias, un peu comme une enfant gâtée. Elle a accusé Aftenposten, bien que traditionnellement le centre-droit n’était guère un bastion du sentiment anti-gauche, de « scandaliser » l’affaire et a qualifié toute la saga de « scandale de la presse d’Aftenposten ». Elle a tout simplement poussé le blâme sur certains dans les médias, se libérant ainsi de toute sorte de responsabilité réelle pour les erreurs de jugement et la mauvaise application de la loi.

Avec la liberté d’expression en déclin dans le monde entier (surtout en Russie où de récents manifestants anti-guerre ont été enfermés) et les valeurs démocratiques attaquées (littéralement maintenant en Ukraine), ce n’est pas le genre de tirade, contre une presse libre faisant son travail et rapporter les nouvelles, qu’un politicien dans un rôle de haute direction, en Norvège, devrait faire.

Qui sera au centre du prochain chapitre de cette saga ?

Alors que la poussière retombe sur un autre chapitre sordide de ce scandale sans fin, Tadjik ne démissionnera toujours pas de son rôle de leader dans l’AP. Il reste à voir comment cela affectera sa carrière à long terme et sa promotion au poste le plus élevé de l’AP. Cependant, une étoile montante de la politique norvégienne, une politicienne qui représente et reflète la diversité et le multiculturalisme de la Norvège moderne, a vu sa trajectoire gravement modifiée en étant prise dans un scandale si facile à éviter.

La question est de savoir qui sera au centre du prochain chapitre de cette histoire sans fin de corruption, de fraude et d’incompétence.

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas détenues par Norway\.mw, sauf indication contraire.

A propos de l’auteur:

Jonathan est un amoureux de l’écrit. Il croit que la meilleure façon de lutter contre cette polarisation des nouvelles et de la politique, à notre époque, est d’avoir une vision équilibrée. Les deux côtés de l’histoire sont tout aussi importants. Il aime aussi les voyages et la musique live.

Source : #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no