La situation sécuritaire dans le Grand Nord est stable, selon un chercheur de la défense à Norway Today - 3

L’exercice militaire « Cold Response 2022 » dirigé par la Norvège est en cours. Des soldats de l’OTAN et des pays partenaires viennent en Norvège pour participer à l’exercice.

L’exercice militaire, qui a lieu en Norvège tous les deux ans, aura lieu en mars et avril.

Selon le programme officiel, l’activité militaire se déroulera principalement dans le sud-est, le centre et le nord du pays.

Découvrez les Aurores Boréales

Cold Response 2022 (CR22) testera des éléments militaires aériens, maritimes et terrestres, et des unités de toutes les branches des forces armées norvégiennes devraient participer à l’exercice, ainsi qu’un certain nombre de directions et d’organisations civiles.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

L’exercice revêt une importance particulière cette année – dans le contexte de la guerre en Ukraine et de la détérioration de la situation sécuritaire en Europe.

La Norvège aujourd’hui contacté un chercheur de la défense et lieutenant-colonel Tormor Heierprofesseur au Norwegian Defence University College, pour en savoir plus sur les avantages et les risques attendus associés à Cold Response 2022.

NT : Le nombre de participants à l’exercice militaire Cold Response dirigé par la Norvège est réduit de 35 000 à 30 000, sur la base des informations disponibles au moment de la rédaction. Comment interprétez-vous cette baisse du nombre de participants ?

E: « Mon interprétation est que les réductions de forces dans Cold Response 22 sont dues à des engagements alliés ailleurs – en particulier dans la région de la mer Baltique, où la Pologne et les alliés baltes s’attendent à une présence américaine accrue afin de maintenir une assurance crédible envers la Russie.

NT : Anticipez-vous une réaction russe à l’exercice qui irait au-delà des efforts d’observation ?

E: « Oui, je pense qu’il est probable que la vigilance, la présence et les activités de renseignement russes augmentent dans la zone d’exercice. C’est en partie parce que la Russie est plus anxieuse en raison de la guerre en Ukraine. Mais aussi parce que la Russie peut vouloir signaler son assurance et une dissuasion robuste afin de maintenir les forces de l’OTAN à une distance appropriée.

NT : Comment évaluez-vous l’importance du CR22 à ce stade ?

E: « Cold Response 22 est particulièrement important cette année. En effet, la situation sécuritaire en Europe se détériore. Même si la Russie n’a pas la capacité d’intensifier la guerre ukrainienne dans le Grand Nord, l’imprévisibilité suscite de vives inquiétudes parmi les petits membres de l’OTAN à la périphérie de la Russie.

« Le CR 22 est donc hautement nécessaire pour afficher la détermination et l’engagement de l’OTAN sur le flanc nord, en partie pour dynamiser l’interopérabilité entre les forces alliées dans l’Atlantique Nord, mais aussi pour s’entraîner à la gestion de crise et aux compétences de combat nécessaires pour dissuader efficacement.

« Le risque pourrait être que l’exercice Cold Response augmente la paranoïa et l’anxiété russes au sein de l’état-major général, du district militaire du Nord et de la flotte du Nord, ce qui peut à nouveau augmenter le risque de malentendus et de perceptions erronées sur les intentions de chacun. »

NT : Comment évaluez-vous la situation sécuritaire dans le Grand Nord ?

E: « La situation sécuritaire dans le Grand Nord est stable. Nous ne voyons aucune indication d’une augmentation des préparatifs de guerre russes. La Flotte du Nord est, bien sûr, en état d’alerte légèrement plus élevé, faisant preuve de plus de vigilance et de conscience dans ses propres zones d’opérations.

« Mais plusieurs forces de la péninsule de Kola sont déployées sur le théâtre ukrainien, ce qui peut indiquer que la Russie ne prépare pas d’opérations militaires dans la région nord. Au contraire, en raison de sa capacité militaire limitée, la Russie ne sera pas intéressée par une escalade horizontale de l’Europe de l’Est jusqu’à l’Arctique », a déclaré Heier à Norway\.mw.

Robin-Ivan Capar est contributeur et éditeur de Norway\.mw.

Source : #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no