Støre insiste sur le fait qu'il n'y aura pas de bases de l'OTAN dans le nord - 3
Photo : Johan Falnes / NTB

L’OTAN renforce sa présence militaire sur le flanc est. Mais le Premier ministre Jonas Gahr Støre (AP) ne reviendra pas sur la politique concernant les bases militaires en Norvège.

Jeudi, Støre a participé à un sommet extraordinaire au siège de l’OTAN à Bruxelles pour discuter de la réponse des Alliés à la guerre en Ukraine.

Allez voir les Baleines en Catamaran

L’OTAN a répondu à l’invasion par un important renforcement des forces à l’est.

Mais quelque chose de similaire en ce qui concerne la présence alliée dans le nord n’est pas une option pour la Norvège, selon Støre.

Découvrez un magnifique Fjord

« La combinaison de l’histoire et de la géographie peut conduire à des besoins différents en matière de sécurité », a-t-il déclaré.

«Nous avons réussi à maintenir de faibles tensions dans le nord en ces temps. C’est une expérience que nous voulons sauvegarder. Nous n’avons pas signalé de besoin ou de désir de changer cela.

Déclaration norvégienne sur les bases militaires

La déclaration norvégienne sur les bases militaires de 1949 stipule que la Norvège ne s’engagera jamais à ouvrir des bases pour les forces militaires étrangères sur le territoire norvégien en temps de paix.

En outre, la Norvège s’est abstenue d’organiser des exercices alliés près de la frontière avec la Russie.

« Je pense que les principes que nous avons eus pour les exercices alliés en Norvège… ont bien servi la Norvège, le voisinage et l’OTAN », a déclaré Støre à NTB.

Ce printemps, le Storting décidera d’un nouvel accord de défense avec les États-Unis. Il donnera aux Américains le droit de mettre en place des infrastructures dans plusieurs bases militaires norvégiennes, mais le gouvernement a déclaré que l’accord n’est pas en conflit avec la politique norvégienne sur les bases militaires.

Source : © NTB Norway\.mw / #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no