SAS rapporte de forts chiffres de passagers mais reste vigilant en raison des "incertitudes qui prévalent" - 3

Scandinavian Airlines (SAS) a annoncé des chiffres solides pour mars – environ 1,4 million de passagers ont voyagé avec la compagnie le mois dernier, le nombre le plus élevé depuis le déclenchement de la pandémie en mars 2020.

Le chiffre est une augmentation de plus de 50% par rapport à février. Par ailleurs, SAS a également augmenté sa capacité de 30% au cours du mois.

Début avril, le transporteur a annoncé qu’il introduirait davantage de liaisons directes cet été en réponse à la demande croissante de voyages, assurant plus de 200 liaisons directes depuis la Scandinavie vers plus de 100 destinations.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Alors que l’industrie aéronautique se remet lentement des effets dévastateurs de la pandémie mondiale de COVID-19, les dirigeants de l’industrie préviennent qu’il faudra du temps pour atteindre les niveaux d’activité pré-pandémiques.

Allez voir les Baleines en Catamaran

La Norvège aujourd’hui (NT) a contacté SAS pour savoir comment l’entreprise travaille à la normalisation des opérations et à la restauration de sa position sur le marché.

Jean Eckhoffresponsable des relations avec les médias chez SAS, nous a déclaré que la société restait prudente en raison des incertitudes qui prévalent.

NT : Pouvez-vous décrire comment la pandémie de coronavirus a affecté les opérations commerciales de SAS en Norvège ? Quels étaient les principaux défis et comment SAS les a-t-il relevés ?

J. E. : Nous avons commencé notre exercice en novembre 2019 avec un fort vent arrière, une forte demande, un nombre élevé de passagers, une augmentation des revenus et une amélioration des parts de marché. Mais en mars 2020, la situation a changé du jour au lendemain lorsque tous les effets de la pandémie de COVID-19 sont devenus évidents et ont rapidement entraîné des fermetures, des frontières fermées et des restrictions de voyage strictes.

L’ensemble de l’industrie aéronautique a été fortement touchée, et SAS n’a pas fait exception. La quasi-totalité de notre flotte a été clouée au sol à partir de fin mars et pendant tout le mois d’avril. La demande de voyages aériens a commencé à se redresser quelque peu pendant la saison estivale, malheureusement, pour être à nouveau brusquement interrompue par la deuxième vague de cas de COVID-19 signalés en septembre et octobre.

Cela a conduit à la réintroduction de restrictions de voyage et à une réduction spectaculaire de la demande. Les plans de licenciement temporaire proposés par les gouvernements scandinaves ont été utiles pour retenir le plus grand nombre possible de nos employés. Les programmes nous ont également permis de mieux augmenter et réduire le trafic en fonction de la volatilité de la demande. Cependant, nous avons malheureusement dû procéder à 5 000 licenciements au cours de l’année, nécessaires à la pérennité de notre activité.

En Norvège, nous avons maintenu presque tout le temps toutes les routes, mais avec une fréquence moindre. Nous avons pu le faire grâce à l’achat de routes par l’État pendant une période pour sécuriser d’importantes infrastructures.

NT : Vous avez publié des chiffres solides pour le mois de mars. Pensez-vous que la tendance se poursuivra dans les mois à venir ?

J. E. : Oui. Comme indiqué dans le dernier rapport sur les chiffres du trafic, le nombre de passagers en mars est le plus élevé depuis que la pandémie a frappé en mars 2020. La montée en puissance se poursuit et nous augmentons notre capacité vers la haute saison estivale, également grâce à l’amélioration des ventes. les tendances. Nous avons ajouté des vols et des destinations vers la Méditerranée ainsi que vers l’Amérique du Nord qui seront opérés avec notre nouvel avion A321LR économe en carburant.

NT : Y a-t-il quelque chose que vous voudriez accentuer pour un contexte supplémentaire ?

J. E. : Nous restons prudents en raison des incertitudes qui prévalent. La demande sous-jacente est saine une fois les restrictions levées pour les voyages d’affaires et de loisirs, et il existe une demande refoulée de voyages. Financièrement, nous avons été durement touchés par la pandémie, et ce n’est pas encore fini.

Robin-Ivan Capar est contributeur et éditeur de Norway\.mw.

Source : #Norway\.mw / #NorwayTodayFinance

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no