L'escalade potentielle de la grève pourrait affecter 13% des exportations de gaz de la Norvège - 3

Selon l’Association norvégienne du pétrole et du gaz, environ 13 % des exportations de gaz à l’étranger pourraient s’arrêter si aucun accord n’est conclu avant que la grève ne s’intensifie davantage.

Environ 13% de la production totale de gaz sur le plateau norvégien seront arrêtés dans une escalade mercredi, a déclaré l’organisation. Cela équivaut à 292 000 barils d’équivalent pétrole par jour. La grève entraînera également une perte de production de pétrole de 130 000 barils par jour.

« La Norvège est connue comme un fournisseur fiable et stable de gaz naturel pour l’Europe à une époque de troubles et d’incertitude. La conséquence de cette grève est très grave, en particulier pour le Royaume-Uni, qui tire une grande partie de son gaz d’Aasta Hansteen », a déclaré à NTB Kolbjørn Andreassen, responsable des communications pour la vie professionnelle et les conditions opérationnelles à l’Association norvégienne du pétrole et du gaz.

Découvrez un magnifique Fjord

Les parties peuvent encore parvenir à un accord avant que la grève ne dégénère, mais l’Organisation norvégienne des managers et cadres (Lederne) a informé NTB qu’elle n’avait pas encore reçu d’offres concrètes de la part des employeurs.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

« Il y a une grève à partir de minuit. Les pourparlers du week-end n’ont rien donné de concret », a déclaré à NTB le dirigeant syndical Audun Ingvartsen à Lederne.

Plusieurs champs fermés

Mardi, Lederne avait éliminé 74 membres de Gudrun, Oseberg Sør et Oseberg Øst en grève.

Les trois champs ont maintenant été fermés, a déclaré Equinor dans un communiqué de presse. Au total, les trois gisements produisent chaque jour environ 89 000 barils d’équivalent pétrole, dont 27 500 de gaz.

Mercredi, 117 membres de Lederne sur Heidrun, Aasta Hansteen et Kristin se mettront en grève. Tous ces champs devront également fermer la production, tandis que Tyrihans devra fermer à la suite de la fermeture de Kristin, selon Equinor. Ces plateformes produisent environ 330 000 équivalents pétrole par jour, dont 264 000 de gaz.

Une nouvelle escalade de la grève a été annoncée à partir du 9 juillet.

« Les conséquences de cette escalade n’ont pas encore été clarifiées », a noté Equinor.

Proposition de médiation opposée

Les membres de Lederne ont voté contre le résultat de la médiation lors d’un référendum jeudi.

« Je n’ai aucun commentaire sur la quantité d’exportations de gaz qui sont affectées. Du côté des employés, nous n’utilisons les instruments convenus que lorsqu’un accord n’est pas trouvé. Les employeurs savent très bien que cela pourrait être la conséquence », a déclaré le dirigeant syndical Audun Ingvartsen à Lederne à NTB.

« Lederne espère que les deux parties pourront faire preuve de suffisamment de volonté pour trouver une solution. »

Le dirigeant syndical a ajouté que l’employeur détient la clé pour régler la situation avant que la grève ne dégénère.

Source : © NTB Norway\.mw / #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au [email protected]