Coup de pied de Vedum à Inge K. Hansen - 7

Coup de pied de Vedum à Inge K. Hansen - 9

Trygve Slagsvold Vedum, ministre des Finances et chef du SP, ne supporte pas l’industrie des communications.

Il refusera aux agences gouvernementales l’utilisation d’agences de communication et il ne recrutera personne dans l’appareil gouvernemental issu de l’industrie des relations publiques.

Personne ne devrait pouvoir acheter de l’influence politique, estime Vedum. Les hommes d’affaires qui ont quelque chose en tête ou qui veulent entrer en contact avec des politiciens peuvent le faire eux-mêmes, sans l’aide de conseillers connaissant quelque chose en politique et en communication.

Vedum lui-même, qui est un communicant bien formé, s’entoure de plusieurs conseillers, tant au ministère qu’au parti. Mon conseil est que, entre autres, il a reçu de l’aide pour écrire la réponse à Inge K. Hansen, qui est apparue dans Dagens Næringsliv le 28 octobre.

Là, Hansen apprend qu’il est un « arrêt de la vie professionnelle » qui « choisit de donner un coup de pied », et que c’est « particulièrement embarrassant » lorsqu’il « attaque » ceux qui ne font pas partie de la vie active.

Mais qu’est-ce qui fait que Hansen mérite d’être caractérisé si négativement par le ministre des Finances du pays ?

La raison en est que Hansen s’est formulé de manière un peu imprécise sur les plus de 600 000 personnes qui reçoivent des prestations liées à la santé en Norvège. Autrement dit : il s’est formulé à peu près de la même manière que les gens ordinaires et non comme quelqu’un qui a été politicien pendant 20 ans.

Vedum et son rédacteur de discours pouvaient voir à travers leurs doigts avec une formulation légèrement malheureuse et s’occupaient plutôt de la substance. Le gouvernement actuel et plusieurs gouvernements précédents sont, comme Inge K. Hansen, préoccupés par la forte proportion de bénéficiaires de prestations liées à la santé.

Mais plutôt que d’essayer d’engager un dialogue sur un sujet sérieux, Vedum choisit de se méprendre.

Le principal message d’Inge K. Hansen (publication dans DN du 25 octobre) est qu’il s’inquiète de la mauvaise compréhension des affaires en politique et du déséquilibre entre les secteurs public et privé. Il écrit un article à ce sujet, probablement sans l’aide d’une agence de relations publiques.

Vedum, d’autre part, qui pense qu’il est stupide que tant de gens d’affaires demandent conseil à l’industrie des communications, choisit une forme de débat qui effraiera encore plus de gens à contacter une agence de relations publiques avant de s’exprimer publiquement.

C’est profondément ironique.(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.