La Norvège peut fournir de l'énergie solaire à l'Europe - si nous voulons - 3

L’industrie solaire en Norvège est le plus grand producteur européen de cristaux de silicium pour cellules solaires. Ce matériau est à la base de la révolution énergétique qui est sur le point de faire de l’énergie solaire la source d’énergie la plus importante du futur.

Le monde a réalisé à quel point l’énergie solaire devient importante et détermine maintenant les nouvelles règles du jeu pour l’industrie solaire. Ici, la Norvège doit connaître son heure de visite, mais malheureusement, il ne semble pas que nous soyons entièrement en ligne.

En ce moment, l’aventure solaire norvégienne rencontre des difficultés à cause des prix élevés de l’électricité. La Norvège doit se mobiliser et regarder vers l’avenir car :

  • L’Europe a un énorme besoin de nouvelles énergies renouvelables, notamment d’énergie solaire.
  • L’UE veut que les cellules solaires dont notre continent a besoin soient fabriquées en Europe – pas seulement en Chine, qui est presque le statu quo.
  • Alors que presque toute l’industrie solaire en Europe a succombé à la concurrence chinoise il y a dix ans, notre industrie nationale a réussi.

L’industrie solaire norvégienne a survécu grâce aux conditions naturelles – en particulier à l’électricité bon marché – et à l’expertise en matière de cellules solaires que nous avons accumulée depuis les années 1980. Elle est fondée sur une centaine d’années d’exploitation de la fonderie.


Gaute Stokkan

Gaute Stokkan (Photo: Sintef)

Notre industrie solaire n’a pas eu une route facile. Elle a été menacée de faillites et de fermetures. Mais c’est une bonne idée de s’accrocher, car le paysage change maintenant radicalement :

L’UE lance son plan ambitieux – RepowerEU – qui rendra l’approvisionnement énergétique de l’Europe renouvelable. Il contient des mesures telles que l’obligation de cellules solaires sur tous les nouveaux toits résidentiels.

L’Europe est également consciente qu’il faut éviter de rendre à nouveau l’approvisionnement énergétique de notre continent dépendant d’autres grandes puissances, aujourd’hui la Chine. Le commissaire européen à l’énergie, Kadri Simson, proclame que la production de cellules solaires doit être ramenée à la maison « quoi qu’il en coûte ».

Les États-Unis ont également compris le plan. La récente loi sur la réduction de l’inflation contient des mécanismes de soutien concrets et généreux pour stimuler l’industrie solaire.

Chez nous, Rec Solar ferme ses usines en raison des prix élevés de l’électricité. Norsun adapte la production à la puissance disponible sous licence. Et Northern Silicon envisage d’investir au Moyen-Orient au lieu d’établir une usine en Norvège.

Aux États-Unis, tous les trois recevraient un soutien direct de centaines de millions de dollars. Pourquoi les gens pensent-ils si différemment de cette industrie aux États-Unis et en Norvège ?

Le ministère du Commerce et de l’Industrie devrait faire des appels stratégiques ici. Le sénateur Jon Ossoff, l’homme derrière l’investissement solaire dans la loi sur la réduction de l’inflation, a certainement des perspectives intéressantes. Quelqu’un doit au moins parler au commissaire Simson et se mettre d’accord sur ce que « quoi qu’il en coûte » devrait signifier pour la Norvège.

Elle soulignera certainement la nécessité de coûts d’électricité vivables. En outre, elle mettra probablement en lumière un arrangement existant qui permet aux pays de l’UE/EEE de contourner les réglementations en matière d’aides d’État lors de la création d’une industrie qui fait quelque chose que tout le monde considère comme important – comme résoudre la crise énergétique et climatique.

Ce vide juridique est appelé PIIEC : Projet Important d’Intérêt Européen Commun. Un titre qui souligne la gravité de la situation. La Norvège a raté cette chance lorsque le sujet était les batteries, mais pour l’hydrogène, nous avons pu nous déplacer. Cela s’est traduit par un soutien à des projets d’hydrogène de 743 millions de NOK en Norvège.

Un PIIEC pour la filière solaire est en cours. Mais malgré cela, nous avons en fait est La Norvège, nation européenne de l’industrie solaire, n’arrive pas à décider si nous devons nous joindre.

En Autriche, la première enquête d’intérêt a été réalisée. Les projets enregistrés s’élèvent à 222 millions d’euros, soit près de 2,3 milliards de NOK.

Il faut beaucoup d’argent pour construire l’industrie de l’énergie de demain, des investissements qui se feront au détriment d’autres bonnes fins lorsque l’État resserre désormais les dépenses. D’un autre côté, nous risquons de rejeter une position que nous avons mis longtemps à atteindre.

Les fonderies ont vu le jour il y a environ 100 ans parce que nous avions beaucoup d’énergie disponible au plus profond des fjords et d’autres endroits inaccessibles. Grâce à la recherche et au développement sous les auspices de la nation norvégienne et des entreprises, nous avons développé une expertise solaire unique, basée sur l’histoire de notre fonderie. Le meilleur dans le monde.

Et l’avantage financier ?

La valeur des exportations de tranches de silicium correspondant à 100 gigawatts, qui est l’objectif de l’Europe en matière d’énergie solaire pour 2030, est de 115 milliards de NOK par an. Combien de cette Norvège peut prendre est bien sûr inconnue. Mais à titre de comparaison : la valeur des exportations de saumon norvégien s’élève désormais à 80 milliards de NOK.

Les règles du jeu pour le développement de la source d’énergie la plus importante de demain sont en train de changer fondamentalement. Dans le même temps, la Norvège risque de sauter du train où nous avons tous réservé des billets de première classe. Alors donc : Quelqu’un dans l’appareil d’Etat peut-il agir ? Par exemple, prenez le téléphone ?

Par souci de simplicité, nous avons indiqué le numéro de la Commission européenne : +32 2 299 11 11. Demandez Kadri Simson.

L’Europe se rend compte que nous devons éviter de rendre à nouveau notre approvisionnement énergétique dépendant d’autres grandes puissances, maintenant la Chine


(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.