Le paquet fiscal sur le pétrole continue de fournir de lourdes subventions - 3

Dans le budget de l’État qui a été présenté en octobre, le gouvernement propose de modifier une déduction dans les règles fiscales temporaires sur le pétrole qui ont été introduites pour la première fois en juin 2020, le soi-disant « paquet fiscal sur le pétrole ». Si le changement est adopté, les crédits d’impôt deviendront moins favorables pour les compagnies pétrolières. Mais les règles sont encore très favorables et impliquent une forte subvention des projets qui en relèvent.


Katinka Holtsmark

Katinka Holtsmark (Photo: Moment Studio)

Les calculs publiés dans le Dagens Næringsliv du 3 novembre montrent que les subventions résultant du paquet fiscal sur le pétrole totaliseraient 37 milliards de NOK, calculés en valeur actuelle en 2023. La réduction qui est maintenant proposée s’élève à 30 % de ce montant, ce qui signifie qu’il reste subventions de 26 milliards.


Diderik Lund

Diderik Lund (Photo: privé)

Ces estimations sont bien supérieures à l’estimation précédente des autorités de 11 milliards NOK.

Les calculs ont également montré que les investissements totaux qui, selon les estimations du ministère des Finances, relèveront du paquet dans les années à venir sont de 290 milliards, calculés en valeur actuelle.


Knut Einar Rosendahl

Knut Einar Rosendahl (Photo : Håkon Sparre)

Mais ces différentes estimations relèvent d’un « meilleur scénario ». Ils sont calculés en supposant que l’activité ne sera pas affectée par les modifications fiscales. Si l’activité du secteur n’était pas affectée par les subventions, le paquet apparaîtrait comme un cadeau inutile aux entreprises. Quand on parle de « meilleur cas », c’est parce que l’alternative est plus chère pour l’Etat.

Si l’on tient compte du fait que les subventions à l’investissement peuvent entraîner une augmentation de l’activité, les coûts estimés sont encore plus élevés. En effet, l’État couvre une grande partie du déficit des projets non rentables déclenchés par le paquet fiscal.

Un exemple peut montrer pourquoi il en est ainsi. Pour simplifier, considérons une entreprise qui est certaine qu’elle paiera l’impôt sur les sociétés pendant les six prochaines années. Supposons que l’entreprise envisage d’investir 1 000 millions de NOK en 2023.

Avec le changement fiscal que le gouvernement a maintenant proposé, l’État couvrira 85,6 % de ce coût d’investissement (calculé comme une valeur actuelle avec 10,2 % d’intérêt). La société porte 14,4 pour cent, dans ce cas 144 millions.

Du côté des revenus, cependant, l’État n’en prend que 78 %, tandis que l’entreprise en conserve 22 %. La subvention dans le système fiscal signifie que l’État supporte une part nettement plus importante des coûts d’investissement qu’il ne prélève sur les revenus d’exploitation.

Si cet investissement devait être rentable dans un monde sans impôts, le résultat d’exploitation devrait être évalué à au moins 1 000 millions, considéré comme une valeur actuelle à partir du moment de l’investissement. Selon les règles proposées, l’investissement apparaîtra rentable si le revenu est évalué aussi bas que 655 millions. Dans ce cas, l’entreprise conservera exactement 144 millions (22 % des revenus).

Tous les projets qui, avec cet investissement, génèrent des revenus compris entre 655 millions et un milliard apparaîtront rentables selon les règles proposées, alors qu’ils ne seraient pas rentables sans aucun impôt.

Grâce aux subventions, certains projets seront jugés rentables après impôts, même s’ils ne seraient pas rentables sans subventions.

On ne sait pas quelle proportion de l’investissement total, 290 milliards, a été rendue possible grâce aux subventions. Nous ne savons pas non plus à quel point ces projets auraient été non rentables en l’absence de subventions. Si, par exemple, nous supposons que la moitié des investissements ne seraient pas rentables et que ces projets se situeraient au milieu de l’intervalle de non-rentabilité, nous pouvons illustrer à quel point les coûts peuvent être élevés pour l’État.

Dans ce cas, 145 milliards seraient investis dans des projets non rentables. Le revenu de ces investissements sera alors de 120 milliards (au milieu de l’intervalle entre 65,5% et 100% du coût d’investissement).

Pour ces projets, l’Etat se retrouvera avec un coût net de 30 milliards. Cela s’ajoute à la part de subvention pour l’autre moitié des investissements, à savoir 13 milliards de NOK.

Alors que 26 milliards ont été calculés comme des subventions pour des investissements qui auraient été réalisés de toute façon, l’estimation passe à 43 milliards quand on suppose au contraire que la moitié des investissements n’auraient pas été réalisés sans subventions.

Cependant, ces chiffres doivent être interprétés avec prudence, car nous ne connaissons pas la (non)rentabilité des investissements prévus. Mais l’exemple de calcul montre que le coût pour l’État des subventions restantes contenues dans le paquet de taxes pétrolières peut être considérablement plus élevé qu’estimé précédemment.

La subvention à l’investissement contenue dans le paquet fiscal temporaire sur le pétrole, suite également à la proposition d’amendement du gouvernement, pourrait donc avoir des conséquences majeures sur les revenus de l’État dans les années à venir.(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.