Un homme de 76 ans reçoit 134 millions sur son compte - distribue la majeure partie de l'argent - 3

Il y a exactement un an, le fabricant d’emballages coté en bourse Bewi asa à Frøya dans le Trøndelag a soumis une offre pour l’entreprise familiale Jackon à Gressvik près de Fredrikstad, qui produit, entre autres, des emballages, des matériaux d’isolation et de construction. L’offre était de 3,1 milliards de NOK en espèces, ou d’actions Bewi, qui valaient alors 3,6 milliards de NOK.

L’offre a été rapidement acceptée, mais les vendeurs ont choisi deux solutions totalement différentes. Une famille a choisi le règlement en espèces, tandis que l’autre a choisi le règlement sous forme d’actions Bewi.


Jackon a été acquis par Bewi coté en bourse pour plus de trois milliards de NOK après 66 ans de propriété familiale.

Jackon a été acquis par Bewi coté en bourse pour plus de trois milliards de NOK après 66 ans de propriété familiale. (Photo: Mikaela Berg)

Distribuant des millions

Les amis Jacob Solgaard et Konrad Akselsen ont créé Jackon en 1956. Aujourd’hui, les actions sont détenues par les deuxième et troisième générations des familles respectives. Les descendants de Jacob Solgaard sont aujourd’hui appelés Solgaard et Bergstøl, et un total de neuf des héritiers de Solgaard détiennent des actions Jackon.

Les neuf descendants de Solgaard, qui détiennent des actions, se partagent 1,55 milliard de NOK, qui vont aujourd’hui dans leurs comptes.

Magne Solgaard (76 ans), fils du co-fondateur Jacob Solgaard, est porte-parole de la branche familiale qui a choisi de s’installer en liquide. Lui-même était à la direction de Jackon jusqu’à sa retraite en 2013, et la famille en est depuis propriétaire passif.

Il dit que c’est triste de vendre l’héritage du père, mais que la famille a choisi cette solution car il y a tellement d’héritiers qui sont dans des situations de vie et des âges différents, avec des besoins et des souhaits différents.

Solgaard, qui vit à Kråkerøy, a lui-même réparti ses parts héritées à parts égales entre lui et ses quatre enfants, 4,33 % chacun. L’un des prochains jours, il recevra 134 millions de NOK sur son compte, sa part des 1,55 milliard.

– Que vas-tu faire de l’argent ?

– J’ai presque 77 ans et j’ai tout ce dont j’ai besoin. Je vis dans la même maison, où j’ai de bons amis et voisins. Je donnerai la majeure partie de l’argent à des organisations chrétiennes, en pleine entente avec ma femme et mes enfants, dit Solgaard.


L'usine de Jackon fabrique des emballages et des isolants pour l'industrie de la construction

L’usine de Jackon fabrique des emballages et des isolants pour l’industrie de la construction (Photo : Mikaela Berg)

Il est secret sur les organisations qui en bénéficieront.

– Je veux garder un profil bas. Il y a probablement un millier de bonnes causes, mais j’ai examiné une vingtaine d’organisations, dit Solgaard.

Bien qu’il ait choisi l’argent, il est optimiste quant à l’avenir de Jackon et Bewi, même si le titre a fortement chuté ces derniers mois.

– La part va fluctuer, mais j’ai une grande confiance en Bewi, et je crois que les effets de synergie seront grands, dit Solgaard.

Actions sélectionnées comme règlement

La famille Akselsen, par l’intermédiaire de sa société Haas as, a choisi le règlement en actions Bewi, bien plus de 32 millions d’actions nouvellement émises correspondant à une participation dans Bewi de 16,76 %. Andreas M. Akselsen (45 ans), petit-fils du co-fondateur Konrad Akselsen, rejoint le conseil d’administration de Bewi.

Le cours de l’action de Bewi a grimpé en flèche à l’automne de l’année dernière, et pendant longtemps, il a semblé que la famille Akselsen avait fait de loin la meilleure affaire, car l’actionnariat valait près de 2,5 milliards de NOK aussi récemment que fin mai. Mais depuis lors, le cours de l’action de Bewi a chuté d’environ 40 % et ces actions valent désormais environ 1,58 milliard de NOK.

La perte de papier pour la famille Akselsen dépasse donc 900 millions de NOK. L’accord stipule qu’Akselsen et Haas ont une période de blocage d’un an. Charlotte Knudsen, directrice du contact avec les investisseurs et de la communication chez Bewi, a déclaré à DN que la période de blocage commence dès l’émission des nouvelles actions, ce qui se produira dans une à deux semaines.


Christian Bekken i Bewi asa.

Christian Bekken dans Bewi asa. (Photo : Ole Morten Melgård)

Bewi est contrôlée par la famille Bekken à Frøya et est actuellement dirigée par Christian Bekken (39 ans). L’entreprise est importante pour les boîtes à poisson en polystyrène et l’isolation, entre autres, et a connu une forte croissance ces dernières années grâce à un certain nombre d’acquisitions, dont l’achat de Jackon est de loin la plus importante.

Pas inquiet de la baisse des stocks

Andreas M. Akselsen dit à DN qu’il ne s’inquiète pas de la chute du marché boursier, mais souligne plutôt qu’il est très à l’aise d’être parmi les plus grands fournisseurs d’isolation en Europe, à un moment où les Européens doivent réduire leur consommation d’énergie.

Il signale également que la famille continuera à s’impliquer bien au-delà de la période de blocage d’un an.

– La valeur en bourse fluctue avec l’image macro, et en tant que propriétaire industriel, nous regardons au-delà. Nous nous soucions de la création de valeur à long terme – et cela correspond également à notre horizon temporel, déclare Akselsen.

Il dit qu’il a été difficile de rester dans les limbes pendant plus d’un an en attendant l’approbation des autorités de la concurrence de plusieurs pays. Il dit que cela lui a donné beaucoup de temps pour se préparer à la fin de 66 ans de partenariat avec les familles Solgaard et Bergstøl.

– C’est un chapitre qui se ferme, et un nouveau voyage qui commence dans un nouveau partenariat pour nous. Nous avons maintenant eu beaucoup de temps pour nous préparer à cela, et nous sommes impatients de poursuivre la construction industrielle norvégienne avec la famille Bekken, déclare Akselsen.(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.