Borr Drilling de Tor Olav Trøim a perdu 550 millions NOK au troisième trimestre - 3

La société de forage de Tor Olav Trøim, Borr Drilling, a perdu 54,9 millions de dollars au troisième trimestre, selon le rapport sur les résultats de la société publié jeudi matin. Cela correspond à 550 millions NOK au taux de change actuel.

La perte est fortement réduite par rapport au trimestre précédent où l’entreprise avait perdu 165,3 millions de dollars, plombée par des dépréciations.

Le chiffre d’affaires de 107,9 millions de dollars au troisième trimestre est un nouveau record. Le chiffre d’affaires pour les neuf mois de l’année s’élève désormais à 295,2 millions de NOK, contre 176,2 millions de NOK à la même période l’an dernier.

– Les résultats du troisième trimestre ont montré une amélioration robuste des bénéfices, tandis que les bénéfices sont restés relativement stables par rapport au deuxième trimestre en raison du changement de clients de plusieurs plates-formes. L’objectif de l’équipe opérationnelle a été de rationaliser davantage nos coûts d’exploitation, ce qui a contribué à une solide augmentation de l’Ebitda ajusté d’un trimestre à l’autre, a déclaré le PDG Patrick Schorn.

Le bénéfice avant impôts s’est terminé à moins 50,4 millions de dollars, contre moins 27,9 millions de dollars à la même période l’an dernier.

Borr Drilling estime que le résultat ajusté avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (ebitda ajusté) en 2022 finira par être supérieur à l’estimation précédente de 115 à 140 millions de dollars. La société déclare également que le chiffre d’affaires du quatrième trimestre 2022 devrait être supérieur de plus de 25 % à celui du troisième trimestre.

– Nous continuons à voir une activité d’appel d’offres élevée avec une durée moyenne de contrat croissante, ce qui indique clairement un sentiment où nous nous attendons à ce que les taux continuent d’augmenter, indique le rapport.

Après avoir accepté de vendre quatre plates-formes dans le cadre du refinancement de la société, celle-ci a désormais contracté la majeure partie de sa flotte disponible. La société n’a que deux flottes restantes à proposer à plusieurs clients, et ils déclarent qu’il est peu probable qu’elle soit en mesure de satisfaire toute la demande actuelle.

Cependant, après l’ouverture, la part de Borr sur Oslo Børs est en baisse et en baisse d’environ 3% à l’heure du déjeuner.

Accord avec les créanciers

Si le résultat après impôt de l’entreprise est toujours dans le rouge six ans après sa création, le chiffre d’affaires repart à la hausse après des années difficiles dans l’industrie du rig. Borr a également déclaré il y a un peu moins d’un mois que la société avait obtenu de nouveaux contrats au Mexique pour plus de sept milliards de NOK.

L’amélioration du marché a également aidé Borr à faire face à la situation de la dette, qui pose problème depuis des années. Jusqu’à présent cette année, l’action a augmenté de près de 160 % à la Bourse d’Oslo.

Plus tôt cette année, la société a pu annoncer qu’il ne restait que quelques éléments dans un accord global avec les créanciers qui repoussera le prêt dû plusieurs années dans le futur. Dans le rapport trimestriel, la société écrit que le refinancement de l’emprunt obligataire convertible de 350 millions de dollars n’est toujours pas achevé, mais qu’un accord a été trouvé avec les créanciers pour prolonger les accords de prêt, afin qu’ils puissent repousser les échéances de 2023 à 2025. La société souligne également qu’elle dispose encore de trois appareils de forage qui n’ont pas été utilisés en garantie, en vue d’un financement futur.

– Sur la base de l’augmentation des valeurs et des taux journaliers de nos plates-formes, nous sommes bien placés pour saisir les obligations convertibles à mesure qu’elles approchent de leur échéance, déclare Schorn.

Tour difficile

En d’autres termes, il semble plus brillant qu’il ne l’a été depuis longtemps pour le bébé de la plate-forme de Trøim, qu’il a fondé fin 2016, lorsqu’il a pris d’assaut le pire de l’ensemble de l’industrie des services pétroliers après un effondrement historique des prix du pétrole qui a commencé en 2014. .

L’idée commerciale était d’aspirer un marché brisé pour les soi-disant plates-formes auto-élévatrices bon marché, qui forent pour le pétrole et le gaz dans des eaux relativement peu profondes, et récoltent les fruits lorsque l’activité reprend. Cependant, la reprise a été lente et la situation s’est encore aggravée avec la pandémie en 2020.

Cependant, Borr a à plusieurs reprises persuadé les créanciers d’assouplir les conditions et de pousser la dette, certes en levant des fonds dans de nombreuses émissions au fil des ans. Il a dilué de nombreux investisseurs, et peut-être surtout le géant américain des services pétroliers Schlumberger, qui était autrefois le principal actionnaire, mais a perdu espoir l’année dernière et s’est laissé diluer à moins de cinq pour cent.

Il y a également eu des tensions avec les prêteurs, comme au tournant de l’année 2020-21, lorsque DNB et le fonds Hayfin ont élaboré un plan B pour l’entreprise, dont DN a publié le contenu. réussi à persuader toutes les parties de continuer.

DN a écrit il y a un peu plus d’un mois que toutes les banques historiques de Borr, la DNB norvégienne, sauf une, ont vendu leurs créances sur la société l’année dernière. Ils l’ont fait avec des pertes, mais après tout moins que ce qu’ils auraient dû endurer quelques mois plus tôt. De l’autre côté, les acheteurs de la même dette, probablement des fonds spécialisés, ont été remboursés de la totalité du nominal, et ont ainsi réalisé ce qui semble être un bon investissement.(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.