Les petits actionnaires veulent jeter le conseil d'administration du DOF après avoir renversé le plan de sauvetage - 7

Les petits actionnaires veulent jeter le conseil d'administration du DOF après avoir renversé le plan de sauvetage - 9

L’affaire est mise à jour.

Deux des principaux actionnaires de la société de transport maritime offshore Dof, frappée par la crise, ont demandé à la société de tenir une assemblée générale extraordinaire pour remplacer le conseil d’administration, indique-t-on dans une annonce boursière jeudi matin.

La réclamation provient des actionnaires Bjarte Brønmo et Sans Invest, qui appartient à Georg Wilhelm Bjørnestad. Les deux détiennent respectivement un peu moins de cinq pour cent et quatre pour cent des actions.

La demande de remplacement du conseil d’administration de l’entreprise intervient quelques jours seulement après que les actionnaires ont rejeté le plan de sauvetage de la direction de l’entreprise. Le plan avait besoin des deux tiers des voix pour passer, mais n’a reçu que 56 pour cent.

Il y a longtemps que les petits actionnaires de Dof grondent bruyamment. Déjà au début de cette année, un groupe d’entre eux a signalé qu’ils détenaient une minorité de blocage du capital social et qu’ils étaient en mesure d’annuler une restructuration de l’entreprise s’ils pensaient qu’elle ne traitait pas les actionnaires de manière égale. Ce groupe a fait valoir qu’une amélioration du marché signifie qu’il n’y a pas besoin d’une conversion massive de la dette en actions, ce qui conduira à une dilution des propriétaires actuels.

De son côté, le principal actionnaire, la famille Møgster avec 32 %, a soutenu le plan de la direction. Cela aurait conduit à la conversion d’une partie de la dette totale de l’entreprise d’environ 20 milliards de NOK en actions, mais les actionnaires d’aujourd’hui conserveront après tout 4% des actions. La société a averti que si elle était rejetée, elle procéderait à un soi-disant processus de reconstruction. Cela aura un impact encore plus négatif sur les actionnaires, qui ne se retrouveront alors qu’avec un pour cent des actions, selon la société.

Néanmoins, ce sont 44% des actionnaires qui ont rejeté le plan la semaine dernière. La société a déclaré précédemment qu’une reconstruction forcée ne nécessiterait que 50% des voix des actionnaires. S’il échoue également, la dernière option est la faillite.

Les deux actionnaires qui souhaitent désormais remplacer le conseil d’administration, actuellement dirigé par Hans Olav Lindal, proposent Leif Salomonsen comme nouveau président. Une assemblée générale extraordinaire sera convoquée le 14 décembre, selon l’annonce de la bourse.

Avertit une nouvelle fois les actionnaires

Depuis des mois, la direction de l’entreprise met en garde les actionnaires minoritaires de l’entreprise contre le rejet du plan de sauvetage et estime qu’il existe une autre issue qu’une restructuration complète de la dette. Pour souligner à nouveau ce point, le Dof joint une lettre des créanciers à l’annonce boursière de jeudi, dans laquelle ils soulignent qu’il n’y a « pas de place pour de nouvelles négociations ».

« Il a été expressément précisé par les créanciers financiers qu’il n’y a pas d’autre solution que la solution de restructuration négociée, sans règlement de l’intégralité de la dette en souffrance », écrit la société dans le rapport.

« Il est en outre souligné dans la même lettre que les actions contraires aux intérêts du groupe Dof asa, y compris les parties prenantes de Dof asa (une proportion importante d’actionnaires, de créanciers, etc.) impliquent la responsabilité personnelle d’un conseil d’administration de Dof asa à tout moment. . »

(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.