Entreprises haut débit avides - ou importantes ? - 7

Entreprises haut débit avides - ou importantes ? - 9

Dans un article du Dagens Næringsliv du 18 novembre, Inger Lise Blyverket et Finn Myrstad du Conseil des consommateurs se plaignent de la cupidité des entreprises haut débit et du manque de concurrence sur le marché du haut débit.

C’est un débat à la fois intéressant et important. Mais c’est un débat avec beaucoup plus de dilemmes que ce que le Conseil des consommateurs met en avant dans son argumentation.

Le système que nous avons en Norvège depuis de nombreuses années, dans lequel les promoteurs privés assument la totalité ou la quasi-totalité du coût de l’expansion du haut débit, a été une réussite. Les développeurs de réseaux mobiles et à large bande en Norvège ont investi plus de dix milliards de NOK chaque année depuis 2015. L’année dernière, un total de 13,2 milliards de NOK a été investi. Le résultat est un réseau haut débit de classe mondiale, qui maintient les rouages ​​de la société en mouvement – ce qui n’a pas été le moins décisif pour notre gestion de la pandémie – et qui contribue à faire de la Norvège l’une des nations les plus numérisées au monde.

Plus de 93 % des ménages norvégiens ont désormais accès au haut débit avec une vitesse de 100 Mbit/s ou plus. Cela s’est produit presque sans cofinancement public.

Avec des investissements privés aussi importants, les développeurs sont tenus d’obtenir un retour. Il n’est donc pas sans problème qu’un investissement réalisé par un développeur puisse automatiquement être utilisé par d’autres qui n’ont pas investi un centime dans le réseau. Ce n’est pas une compétition à armes égales.

Si l’investissement avait été réalisé par le secteur public, comme c’est le cas dans le réseau électrique, ou alors que le réseau de cuivre a été construit par Televerket, alors entièrement détenu par l’État, le problème aurait été complètement différent.

Il n’est pas non plus vrai que la grande majorité d’entre nous n’a pas de concurrence ou plusieurs fournisseurs parmi lesquels choisir en matière de haut débit. Environ 14 % seulement des ménages n’ont qu’un seul fournisseur ou prestataire. Le reste d’entre nous ont deux ou plus à choisir.

L’introduction du haut débit sans fil fixe via le réseau mobile a également créé une toute nouvelle dynamique sur le marché du haut débit en termes de concurrence.

D’un autre côté, il n’est pas non plus évident que la construction de réseaux parallèles pour parvenir à la concurrence soit particulièrement intelligente. D’un point de vue climatique et environnemental notamment, cela n’a aucun sens de creuser deux ou trois fois les mêmes fossés. D’un point de vue climatique et environnemental – et d’un point de vue concurrentiel – plusieurs fournisseurs des mêmes câbles à fibres optiques sont logiques.

En tant qu’organisation d’intérêt, ikt-Norge compte des membres qui croient à la fois qu’Internet doit être ouvert à tous, comme le préconise le Conseil des consommateurs, et des membres qui ont investi des milliards de dollars dans le développement du réseau et qui l’ont fait dans l’hypothèse de un rendement attendu et une évaluation de la situation concurrentielle.

Nous ne sommes pas d’avis que l’un ou l’autre a raison. Nous estimons cependant que le principe d’un développement autant que possible basé sur le marché doit être fixé et qu’il est important d’avoir des conditions-cadres politiques qui facilitent également un niveau élevé d’investissement par les développeurs de réseaux commerciaux dans les années à venir, tout en assurant la compétition entre les joueurs.

Il reste encore 160 000 foyers qui ne disposent pas d’offre haut débit. Les développeurs privés sont très importants pour qu’ils disposent eux aussi d’une offre de haut débit de qualité et de débits adaptés.

L’alternative est que l’État doit être responsable de l’ensemble du développement. Ce n’est ni particulièrement réaliste ni souhaitable.

… le haut débit sans fil via le réseau mobile a créé une toute nouvelle dynamique sur le marché du haut débit


(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.