Croissance de la dette la plus faible depuis plus de 20 ans : - Une bonne nouvelle pour la Norges Bank, selon l'économiste en chef - 3

– Il peut sembler que la hausse des taux d’intérêt freine l’empressement des ménages à emprunter. La croissance de la dette intérieure des ménages continue de baisser et nous devons remonter au milieu des années 1990 pour trouver une croissance plus faible sur douze mois, déclare Even Oppedal, conseiller principal de la section des statistiques du marché financier, dans un communiqué de presse de Statistics Norway.

La croissance sur douze mois de la dette intérieure des ménages était de 4,1% jusqu’à la fin octobre 2022, contre 4,3% le mois précédent. Il s’agit de la plus faible croissance sur douze mois enregistrée par Statistics Norway pour le secteur des ménages dans les années 2000.

L’endettement des ménages s’élevait à 4 134 milliards NOK fin octobre.

– Bonne nouvelle pour la Norges Bank

L’économiste en chef Harald Magnus Andreassen de Sparebank 1 Markets affirme que le ralentissement de la croissance de la dette est tout à fait naturel, car les taux d’intérêt ont augmenté et les niveaux d’endettement sont élevés.

– C’est une bonne nouvelle pour la Norges Bank, car la croissance du crédit est en fait inférieure de quelques dixièmes à l’estimation de septembre. Nous n’étions pas censés atteindre ce niveau avant fin 2023, dit-il.

– Cela vous inquiète-t-il d’une quelconque manière ?

– La Norges Bank veut freiner le niveau d’activité, mais elle sera préoccupante si la baisse de la dette est trop forte. Et c’est tout simplement parce qu’elle coïncidera avec des ménages qui réduiront leurs dépenses plus qu’il n’est bon.

Andreassen affirme que ce n’est pas le chiffre du crédit en tant que tel qui déclenche un revirement complet de la Norges Bank.

– Ce qui affectera la Norges Bank, c’est si l’économie devient trop faible et surtout si le chômage augmente. Le crédit est un indicateur important, mais ce n’est pas ce chiffre qui régit la banque centrale.

Retour au calme

L’économiste en chef Marius Gonsholt Hov de Handelsbanken écrit dans le rapport du matin de la banque que l’évolution doit être considérée dans le contexte de
le refroidissement continu du marché du logement.

– La croissance des prix des logements a non seulement ralenti, mais a montré une tendance négative plus marquée au cours des deux derniers mois. La baisse des prix en septembre et en octobre a été clairement plus forte que ce qui est normal à cette période de l’année, écrit-il.

Hov souligne également la dernière enquête sur les prêts de la Norges Bank, qui montre une attitude un peu plus prudente parmi les banques, en référence à une image macroéconomique plus incertaine, et une baisse de la demande de prêts est également attendue à l’avenir.

– En d’autres termes, les flèches pointent assez clairement vers le bas pour le marché du logement, écrit-il.

Chute des prix de l’immobilier

Les prix des logements à Oslo ont chuté de 3,2 % en octobre en termes nominaux. Il s’agit du mois d’octobre le plus faible dans la capitale depuis la crise financière de 2008, lorsque les prix de l’immobilier ont chuté de 3,8 % en octobre.

C’est ce que montrent les statistiques nationales des prix des logements d’occasion pour octobre, qui ont été préparées par Eiendomsverdi pour Eiendom Norge.

Corrigés des variations saisonnières, les prix ont baissé de 1,9 %.

Les prix corrigés des variations saisonnières indiquent si l’évolution est plus forte ou plus faible que la normale pour le mois.

À l’échelle nationale, les prix des maisons ont chuté de 1,9 % en valeur nominale et de 0,8 % corrigés des variations saisonnières en octobre.

Taux directeur de 2,5 %

Début novembre, le taux directeur a été relevé de 0,25 point de pourcentage.

Ainsi, le taux d’intérêt directeur est de 2,5 pour cent avant la dernière réunion sur les taux d’intérêt de l’année à la banque centrale, qui aura lieu le 15 décembre. Vient ensuite le dernier rapport sur la politique monétaire de l’année.

La Banque centrale est consciente que l’inflation a augmenté plus que prévu et que le marché du travail semble être légèrement plus tendu que prévu.

Croissance pour les entreprises

Mais pour les entreprises non financières, le tableau est quelque peu différent. Pour ceux-ci, la dette augmente.

La dette intérieure des entreprises non financières s’élevait à 2 167 milliards NOK fin octobre. La croissance sur douze mois était de 7,8 % jusqu’à la fin octobre, contre 7,1 % le mois précédent.

– La tendance de la croissance de la dette des entreprises non financières est donc en sens inverse de celle des ménages, et se situe à un niveau élevé par rapport aux dernières années, indique Oppedal de Statistics Norway.(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.