Le PDG de SAS avant la saison d'hiver : - Toutes les compagnies aériennes ont besoin d'autant de liquidités que possible - 3

L’affaire est mise à jour.

Lorsque la grève des pilotes chez SAS a été annulée cet été, il a été annoncé que les syndicats du personnel navigant commercial engageraient des négociations en septembre. À ce moment-là, celles-ci avaient déjà été reportées, et soudain une date limite est apparue pour ces négociations devant un tribunal de New York – où SAS fait l’objet d’une procédure de mise en faillite.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Au cours de ce refinancement, SAS dépend d’un financement par prêt relais d’environ sept milliards de NOK, et le prêteur Apollo Capital Management a fixé comme exigence la tranquillité d’esprit au sein de l’entreprise. Le paiement d’Apollo est décrit en deux paiements partiels, où SAS a reçu le premier des 3,5 milliards de SEK, mais où une date limite a été fixée pour recevoir le deuxième transfert.

La demande d’Apollo est que tous les accords avec les syndicats soient conclus à l’automne, mais le délai de fin octobre a été prolongé. S’il ne suffisait pas que la discussion avec la cabine soit sans progrès – l’hiver approche. Dans quelques semaines, les vacances de Noël arriveront, ce qui, pour toute compagnie aérienne d’Europe du Nord, est le dernier point lumineux avant l’arrivée de la longue saison d’hiver de deux mois. Comme on s’attend à ce que tout le monde soit déficitaire.

– J’espère que les syndicats du personnel navigant commercial ne laisseront pas tourner l’horloge pour des raisons tactiques afin de nous mettre la pression. Nous dépendons entièrement d’un bon accord avec eux afin que nous puissions assurer à nos investisseurs financiers que SAS est une entreprise dans laquelle il vaut la peine d’investir », a déclaré le PDG Anko van der Werff.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

« Le plus d’argent possible »

– Nous avons un accord en place avec les pilotes pour 5,5 ans, et nous dépendons d’un accord similaire avec le personnel de cabine et qu’il se met en place rapidement, ajoute van der Werff.

Il déclare à DN que le délai d’octobre était « interne », mais il ne cache pas le fait que SAS est désormais en heures supplémentaires. Personnellement, cependant, il ne consacre pas beaucoup de temps aux négociations en Norvège, car il est trop occupé à travailler avec les sociétés de leasing et autres créanciers :

– Je dois passer mon temps à réduire notre dette et à mettre en place des accords avec les sociétés de crédit-bail. Nous négocions maintenant littéralement avec le monde entier.

– Et lorsque nous négocions avec le monde entier, le personnel navigant doit également convenir d’une solution, poursuit van der Werff.

Seuls quelques longs week-ends seront les vacances que van der Werff a prises après le conflit déchirant avec les syndicats de pilotes en juillet. La raison en est la situation financière très tendue dans laquelle SAS se trouve. En même temps que la dette doit être réduite, il est urgent de mettre en place le prêt relais, qui a la particularité et dans la terminologie financière aux États-Unis est référé à titre de débiteur exploitant (DIP).

– Nous devons avoir une coopération entre SAS et le personnel de cabine afin que nous puissions avoir accès à la deuxième partie du prêt DIP qui peut nous financer à travers la restructuration. J’espère que le personnel navigant voit qu’il s’agit d’une véritable restructuration financière que nous menons aux États-Unis, où nous réduirons d’un milliard de couronnes suédoises les dépenses annuelles des maisons de leasing.

– Combien de temps la SAS peut-elle tenir sans la deuxième partie du prêt relais ?

– Je ne peux pas entrer dans les détails, car nous sommes dans une période calme avant de publier nos prochains chiffres trimestriels. Mais qu’on se le dise : toutes les compagnies aériennes dépendent d’autant d’argent que possible avant l’arrivée de la saison hivernale.

Pas de mise à jour pendant deux semaines

D’après ce que DN comprend, il est perçu des deux côtés que les négociations côté cabine traînent en longueur. Deux semaines se sont déjà écoulées depuis que le médiateur national a réuni les syndicats norvégiens et la direction de SAS pour une négociation volontaire sans nouvelles mises à jour.

– Les dernières négociations ont fait un an de dépassement, nous sommes donc habitués à ce que cela prenne du temps. Aucun délai n’a été fixé par l’entreprise, indique le responsable de la SAS Norway Cabin Association, Martinus Røkkum.

Il a précédemment déclaré à DN que « le dialogue a été bon, mais nous sommes loin l’un de l’autre ». Røkkum a ensuite ajouté que le personnel de cabine de SAS était « très en retard en termes de rémunération » par rapport à d’autres sociétés en Norvège et qu’une grande partie du désaccord avec la direction concernait la rémunération.

– Depuis la médiation volontaire, nous avons eu un dialogue avec la direction, mais aucune nouvelle négociation n’est prévue pour le moment, déclare Røkkum.

Le Médiateur est connecté

Le médiateur Mats Wilhelm Ruland, qui a été au centre des négociations entre la direction de SAS et les quatre associations de pilotes du Danemark, de Suède et de Norvège cet été, n’a pas encore répondu à l’enquête de DN jeudi. Ruland a assisté les parties – la direction locale de SAS en Norvège et les deux associations de cabines norvégiennes – lorsqu’elles se sont rencontrées à la mi-novembre. Ensuite, les premières séries de pourparlers n’avaient pas produit le résultat escompté.

– Pour qu’une médiation forcée soit pertinente, il faut d’abord qu’il y ait un avis de démission, et celui-ci n’a pas encore été déposé, a déclaré Ruland il y a deux semaines.

Un avis de résiliation doit être soumis 14 jours avant le début de toute grève.

Au début de l’année, van der Werff a lancé le plan de sauvetage SAS Forward, qui comprend un programme de coûts visant à réduire de 7,5 milliards de couronnes suédoises les coûts annuels.

Pour l’instant, seules les deux associations de cabines norvégiennes entreront en médiation volontaire, car elles portent sur une convention collective qui est ouverte. Il court jusqu’à ce que les parties s’entendent sur un nouveau, mais au Danemark et en Suède, les dates des accords ne sont pas encore connues car ils dureront jusqu’en mars de l’année prochaine.

Envie d’avions électriques et d’hydrogène

Jeudi, le chef du SAS était à Oslo pour participer à la conférence Zero où il devait aider à promouvoir l’investissement dans l’hydrogène dans l’aviation. Comme DN l’écrivait mi-septembre, SAS a signé une lettre d’intention pour la livraison de deux nouveaux avions électriques avec livraison en 2028.

– Avant tout, il s’agit du rôle de l’aviation dans la société et nous voulons montrer à la jeune génération que nous investissons dans les futures solutions de mobilité, a alors déclaré van der Werff à DN.

Lorsqu’on lui a demandé combien d’avions de ce type – qui, avec une autonomie de 400 kilomètres, peuvent couvrir des routes plus courtes à l’intérieur des côtes norvégiennes et suédoises – van der Werff a répondu qu’il envisageait que les avions électriques pourraient représenter 20 à 25 % de la flotte.

Cet automne, SAS dispose d’une flotte de 100 petits et gros jets, en plus d’autres avions qu’elle loue à des tiers. Cependant, les négociations devant le tribunal américain des faillites pourraient conduire à une réduction de la flotte, ce qui affectera probablement les modèles plus anciens et les avions long-courriers.

– Il s’agit de durabilité, et nous nous y engageons fortement. Nous voulons consacrer du temps et des efforts à avancer dans ce domaine, déclare le chef du SAS à propos de son indulgence en une journée à la conférence sur l’énergie à Oslo.

Il souligne que le président Joe Biden a déclaré que le secteur public devait investir massivement pour mettre les États-Unis sur une voie plus respectueuse de l’environnement.

– Notre envie d’avions électrifiés est une chose, mais nous voulons au moins autant avoir accès à un carburant plus respectueux de l’environnement. Aujourd’hui, cela coûte cinq à dix fois plus cher que le carburant traditionnel, et la production de carburant alternatif est bien trop faible. (Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.