Venstres Sveinung Rotevatn : – Manipulation incroyablement maladroite d'informations hautement sensibles - 3

Mise à jour lundi 13h30 avec une réponse de la Primature.

– J’ai du mal à comprendre qu’un gouvernement puisse être si maladroit. Lorsque des informations sensibles sur les marchés boursiers sont traitées au ministère, et j’y ai participé à de nombreuses reprises en tant que ministre, c’est explosif, incroyablement précieux pour les investisseurs. Cette affaire illustre bien que le gouvernement n’a pas été assez bon, déclare le député Sveinung Rotevatn (V).

DN a écrit lundi comment environ 200 personnes de l’appareil gouvernemental et des employés de plusieurs ministères, ainsi que des politiciens parlementaires et le secrétaire du parti Aps, avaient eu accès à des informations privilégiées sur la prochaine taxe sur le saumon avant qu’elle ne soit présentée lors d’une conférence de presse à la fin de Septembre.

Il existe des règles très strictes sur la manière dont les informations privilégiées, les informations qui peuvent affecter le cours des actions des sociétés cotées et qui ne sont pas connues sur le marché, doivent également être traitées pour les organismes publics, tels que les ministères.

Le professeur de droit Morten Kinander de BI a critiqué le fait que des personnes qui n’étaient pas impliquées dans le traitement réel de l’affaire, que ce soit politiquement ou administrativement, avaient été intégrées.

Dans les semaines et les jours précédant la publication, des bribes d’informations sur la taxe à venir ont été divulguées. Certains acteurs du marché ont vendu des parts de saumon parce qu’ils pensaient qu’une telle taxe arriverait et ont évité des pertes de 20 à 30 %. Lorsque la proposition a été présentée, la valeur des entreprises de saumon a augmenté de plus de 50 milliards de NOK.

– Manipulation incroyablement maladroite d’informations hautement sensibles, est la conclusion de Rotevatn.

Vers la Nouvelle-Zélande ?

Rotevatn met en évidence trois conditions auxquelles il réagit :

  1. Le nombre qui avait accès à l’information au préalable.

– Est-il vraiment nécessaire que tant de personnes soient informées à l’avance de cette question ? Plus il y a de personnes au courant du sujet, plus il y a de chances que des informations soient divulguées. Il est évident que ceux qui travaillent sur le sujet dans les ministères et les décideurs au sein du gouvernement doivent le savoir. Mais qu’environ 200 personnes, dont dix au Storting et le secrétaire du Parti travailliste, aient quoi que ce soit à voir avec cela, je ne peux pas l’imaginer, dit Rotevatn.

2. Chronique du Premier ministre Jonas Gahr Støre dans DN où il écrit que les industries qui gagnent beaucoup doivent contribuer davantage à la communauté.

– Pourquoi Støre a-t-il ressenti le besoin de laisser cet indice dans la chronique ? Pourquoi l’a-t-il écrit là ?

3. L’appel à une conférence de presse au milieu des heures d’ouverture d’Oslo Børs.

– Ensuite, ils justifient cela en disant que les journalistes avaient besoin de temps pour planifier comment ils allaient se rendre à Blaafarveværket. Jusqu’à présent, ce n’est pas à Blaafarveværket, ce n’est pas la Nouvelle-Zélande, c’est à quelques minutes en voiture d’Oslo.

Question écrite

En tant que ministre du gouvernement Solberg, Rotevatn lui-même a de l’expérience dans le traitement d’informations privilégiées. Il souligne les changements apportés au régime fiscal pétrolier comme un cas similaire qu’il connaît lui-même du bureau du gouvernement.

– Autant que je m’en souvienne, il n’y avait aucune paperasse ni spéculation au préalable. C’est un exemple d’un processus qui a été bien géré, dit-il.

Il va maintenant envoyer une question écrite au ministre des Finances dans laquelle il consignera le nombre de personnes qui ont eu accès à l’information privilégiée.

SMK répond

La responsable de la communication Anne Kristin Hjukse au Cabinet du Premier ministre (SMK) écrit ceci dans un e-mail :

– Le point principal de la chronique du Premier ministre « Il est temps de tourner la couronne » (DN, 09.09.2022) était que l’utilisation de l’argent du pétrole doit être réduite si nous voulons surmonter la forte augmentation des prix. La chronique parlait de la nécessité d’un budget redistributif serré et puissant. Le premier ministre a tenu à préciser que ce ne sont pas seulement les gens qui gagnent beaucoup qui doivent contribuer davantage, mais aussi le monde des affaires. Au cours des six derniers mois, le débat public a été caractérisé par une hausse des prix et beaucoup ont du mal à joindre les deux bouts. Dans ce débat, il est naturel de parler également de la nécessité de redistribuer, afin que ceux qui ont et gagnent beaucoup contribuent davantage.

– Le contenu de la chronique n’a pas été évalué comme boursier sensible.

– La chronique du Premier ministre traitait, entre autres, de la nécessité de la redistribution. Il n’est donc pas anormal de constater que certaines parties de l’entreprise ont des revenus et des profits plus importants que d’autres parties, et que cela pourrait avoir des conséquences sur la politique du gouvernement.

Le ministère des Finances n’a pas encore répondu aux critiques de Rotevatn. (Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.