Maintenant, il faut arrêter de parler des avantages du gaz naturel - 3

La pénurie de gaz due à la guerre en Ukraine et la flambée des prix de l’énergie qui en découle en Norvège et en Europe ont redonné vie à de vieux arguments. Aujourd’hui, beaucoup de gens répètent à quel point c’est mieux avec l’énergie au gaz au lieu de redémarrer les centrales au charbon comme le fait l’UE. Et cela à la suite d’un sommet sur le climat à Charm el-Cheikh qui – au désespoir de beaucoup – n’a pas pu s’entendre sur l’élimination progressive des combustibles fossiles dans la déclaration finale.


Nils A. Røkke

Nils A. Røkke (Photo : Sintef)

Désespoir, car planifier l’utilisation continue des combustibles fossiles sans solutions qui réduisent et suppriment les émissions efface l’objectif de 1,5 degré.

Regardons donc les chiffres du charbon et du gaz naturel.

Il est vrai que les centrales au gaz n’émettent que la moitié des émissions de gaz à effet de serre des centrales au charbon. Mais seulement 30 % de notre gaz est utilisé pour la production d’électricité. La majorité va au chauffage général et à l’usage industriel. Pour le premier objectif, l’alternative est l’électricité, qui est de plus en plus renouvelable.

Le gaz de chauffage produit 2 à 3 fois plus de CO2 par kilowattheure de chaleur fournie que lorsque les pompes à chaleur fonctionnent avec de l’électricité provenant de centrales à gaz. Cela s’applique également si les pompes à chaleur tirent leur électricité du mix énergétique actuel dans l’UE, qui comprend également du charbon et un degré croissant d’énergie renouvelable.

Le gaz naturel pour le chauffage est donc une mauvaise idée pour atteindre les objectifs climatiques.

CO2-un des poêles et cuisinières à gaz ne peut pas être pris dans chaque cheminée ou ventilateur d’extraction. Dans la pratique, le chauffage à faibles émissions ne peut donc être assuré que par une utilisation efficace et économique de l’électricité, des pompes à chaleur, de la bioénergie ou de l’hydrogène.

La pratique actuelle de conversion du gaz naturel en hydrogène dans l’industrie (sans CO2-manutention – CCS), émet du CO2 en quantités correspondant à 2,5 % du CO mondial2– émissions et environ 18 fois les émissions de la Norvège.

Ce n’est donc que si le gaz naturel est converti en hydrogène avec le captage et le stockage associés du sous-produit CO2que le gaz naturel devient un pont vers la société renouvelable.

Je reviens récemment du sommet sur le climat où l’ambition était la mise en place de mesures climatiques. Dans le même temps, nous savons qu’il n’y a pas eu de signature de coopération industrielle verte entre l’UE et la Norvège au cours de ces négociations. Il peut y avoir plusieurs raisons à cela, mais il est clair que la Norvège souhaite une coopération et un soutien plus contraignants pour poursuivre le développement et la livraison de pétrole et de gaz.

L’hydrogène a été désigné par l’AIE, l’UE et les États-Unis, entre autres, comme l’un des piliers de la transition verte. Ensuite, il est imprudent de s’écraser sur le mur des négociations avec des œillères liées au gaz naturel, dont nous savons qu’il causera des dommages irréparables au climat. Nous devons avoir une solution durable à proposer pour aller de l’avant.

Hydrogène du gaz naturel avec CO2-la manipulation peut atteindre une empreinte climatique qui réduit les émissions de la production actuelle d’hydrogène à base de gaz de plus de 95 %. C’est une bonne mesure, surtout dans la phase de transition où l’Europe développe de plus en plus d’énergies renouvelables. Dans le même temps, nous reconnaissons que dans la société renouvelable, l’hydrogène issu de l’énergie renouvelable et de l’électrolyse dominera complètement.

Nous pouvons commencer par une collaboration contraignante avec les pays de l’UE – notre plus important client énergétique – pour remplacer progressivement le gaz naturel dans les canalisations vers l’Europe par de l’hydrogène. Plus précisément, par une montée en gamme progressive. Par exemple, en fournissant 20 % du gaz naturel sous forme d’hydrogène en 2028, puis en fournissant 90 % d’hydrogène et 10 % de gaz naturel en 2040.

L’ambition doit être 100% hydrogène. Mais du gaz naturel sera nécessaire dans les processus industriels où le carbone peut être soit stocké dans le produit, soit sous terre/fond marin en utilisant la gestion du CO2.

Cette recette contribuera à la capacité de stockage du CO2 devient disponible en mer du Nord, et pour la construction d’une infrastructure européenne commune pour le CO2-manutention. Un effet secondaire important, car il n’y aura pas de neutralité climatique sans CO2-manutention ou hydrogène. Nous avons également besoin d’une telle capacité de stockage pour éliminer le CO2 de l’atmosphère.

Cette leçon d’énergie est utile pour les Norvégiens à garder à l’esprit lorsque nous entendons de Paris que le président Macron utilise une rhétorique de profiteur de guerre envers la Norvège. En d’autres termes, la critique qu’il adresse au fait que nous nous enrichissons grâce à l’exportation actuelle de gaz naturel – avec CO2– les émissions en tant que sous-produit – à des prix élevés. Et cela au détriment d’une économie et d’une solidarité dont nous dépendons.

La recette pour commencer est d’initier une coopération pratique en matière d’éducation, de recherche et d’innovation avec notre plus grand pays exportateur de gaz : l’Allemagne – précisément là où les sociétés énergétiques norvégiennes flairent maintenant de manière louable les possibilités d’exportation d’hydrogène. Les deux pays voient la mer du Nord comme une plate-forme pour la transformation verte. Le modèle peut ensuite être exporté vers nos autres partenaires commerciaux en Europe.

Mais le monde est plus que l’Europe. Nous devons également partager notre expertise dans tout cela avec la majorité mondiale – les pays sur lesquels portait une grande partie du sommet sur le climat.

Le gaz naturel pour le chauffage est donc une mauvaise idée pour atteindre les objectifs climatiques


(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.