Finanstilsynet met en garde contre la baisse des prix de l'immobilier - 3

Jeudi matin, Finanstilsynet a présenté le rapport « Perspectives financières », qui est publié deux fois par an. Ici, l’inspection souligne les dangers auxquels l’économie norvégienne peut être confrontée.

On rappelle à nouveau l’endettement élevé des ménages et les prix de l’immobilier, qui ont beaucoup augmenté sur une longue période. Finanstilsynet estime que la hausse des taux d’intérêt et l’incertitude économique signifient un risque accru de chute brutale des prix de l’immobilier.

– De nombreux ménages norvégiens sont particulièrement exposés à une forte hausse des taux d’intérêt, à une perte de revenus et à une chute des prix de l’immobilier. Les problèmes d’endettement du secteur des ménages auront des répercussions économiques et financières majeures, déclare le directeur de la supervision financière Morten Baltzersen dans un communiqué.

Stress test : les pertes peuvent être importantes

Il n’y a pas que les prix des maisons qui ont beaucoup augmenté ces dernières années. Les prix de l’immobilier commercial ont également fortement augmenté au cours de la dernière décennie en raison de la croissance des prix des loyers et des faibles exigences de rendement. Les banques ont des prêts importants aux sociétés immobilières commerciales.

– Une forte hausse des taux d’intérêt et une augmentation des primes de risque peuvent entraîner une baisse significative du prix de l’immobilier commercial et un risque de crédit accru pour les banques. Il y a aussi beaucoup de dettes dans les sociétés immobilières commerciales qui arrivent à échéance dans les prochaines années, et qui impliquent un risque de refinancement important, explique Baltzersen.

Le Finanstilsynet souligne toutefois que les banques norvégiennes satisfont aux exigences réglementaires en matière de fonds propres, mais souligne également que des taux d’intérêt plus élevés et un développement économique plus faible augmentent le risque que les pertes sur prêts augmentent à l’avenir.

L’autorité de surveillance soumet régulièrement les banques norvégiennes à des tests de résistance. Les tests de juin et maintenant de décembre montrent que les pertes peuvent être importantes et consommer une grande partie du capital des banques.

– Une bonne solvabilité est cruciale pour la résilience des banques face à des pertes accrues et leur permet d’accorder des prêts à des clients solvables même en période de crise. Le Finanstilsynet s’attend à ce que les banques norvégiennes tiennent compte, dans leur planification du capital, des pertes qui pourraient survenir dans un scénario de stagflation avec une forte hausse des taux d’intérêt, une augmentation du chômage et un effondrement des marchés immobiliers, explique Baltzersen.

Dans le rapport, l’inspection fait référence à une analyse du marché de l’immobilier commercial réalisée par la Norges Bank. Cette analyse montre que les banques en Norvège ont des privilèges sur 49 pour cent de la valeur marchande totale estimée de la zone de construction pour les propriétés commerciales. En outre, 82 pour cent de la valeur marchande estimée des immeubles sur lesquels les banques ont des hypothèques sont nantis par des sociétés immobilières commerciales.

En cas de grave revers de l’économie norvégienne, la valeur de l’hypothèque pourrait chuter de manière significative et les banques pourraient devoir comptabiliser des pertes sur prêts importantes, écrit l’autorité.

C’est de combien la charge d’intérêts peut augmenter

Finanstilsynet estime que les ménages norvégiens sont particulièrement vulnérables à une forte hausse des taux d’intérêt. Lorsque les banques accordent des prêts, elles doivent tenir compte du fait que vous, en tant qu’emprunteur, pouvez supporter une augmentation des taux d’intérêt de cinq points de pourcentage.

En cas d’augmentation des taux d’intérêt de cinq points de pourcentage par rapport au niveau de 2020, Finanstilsynet a calculé que la charge d’intérêt moyenne pour l’ensemble des ménages passerait d’environ 6 % à 15 % du revenu après impôt. Pour ceux qui ont le plus emprunté, ce sera plus sévère :

  • Pour ceux dont la dette est quatre fois supérieure à leur revenu après impôt, la charge d’intérêts moyenne passera de 12 à 32 %. Cela représentait environ 20 % des ménages en 2020.
  • Pour les ménages dont la dette est supérieure à cinq fois leur revenu après impôt, la charge d’intérêts passera d’environ 14 à près de 37 %. Ce groupe représentait 12 % des ménages norvégiens en 2020.

Risque accru de stagflation

C’est loin d’être la première fois que Finanstilsynet met en garde contre un endettement élevé et des prix élevés de l’immobilier. Il l’a fait aussi l’été dernier.

Ces derniers mois, la forte hausse des prix a monté l’économie mondiale comme une jument, et les banques centrales ont tout mis en œuvre pour refroidir l’économie dans l’espoir d’un atterrissage en douceur. La Norvège ne fait pas exception. La dette élevée et les prix élevés de l’immobilier étaient également des facteurs que la Norges Bank a mis en évidence lorsque la banque centrale a présenté son rapport annuel sur la stabilité financière en Norvège il y a un mois.

Selon l’autorité de tutelle, il existe désormais un risque accru que l’économie stagne en même temps que l’inflation reste élevée. Le phénomène est connu sous le nom de stagflation. Dans un tel scénario, les autorités chargées de la politique budgétaire et monétaire auront des possibilités limitées de contrer un revers économique en stimulant la demande de biens et de services, écrit l’inspection.(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.