Le pétrole dans le nord arrête l'accord industriel vert avec l'UE - 3

Dagens Næringsliv a récemment révélé comment la Norvège est sur une trajectoire de collision avec l’UE sur un accord de coopération industrielle verte, et comment les bureaucrates norvégiens travaillent activement pour faire du pétrole et du gaz un domaine prioritaire de coopération.

Les représentants de l’UE, d’autre part, veulent des formulations pour maintenir le pétrole et le gaz de l’Arctique dans le sol, conformément à l’offre verte de l’UE, et ont à plusieurs reprises supprimé des points proposés par la Norvège concernant le soutien à long terme de l’UE à la poursuite de l’exploration pétrolière norvégienne et investissements.


Frédéric Hauge

Frédéric Hauge (Photo: Skjalg Böhmer Vold)

Le gouvernement utilise la sécurité énergétique européenne comme argument pour extraire des ressources dans l’Arctique, à la fois dans le débat public norvégien et dans le lobbying auprès de l’UE, même si toute découverte aujourd’hui prendra environ 15 ans avant que la production ne démarre. Le nouveau pétrole et gaz de l’Arctique n’a aucun rapport avec la crise énergétique actuelle. L’UE en est également consciente.

La position de l’UE dans un accord sur l’industrie verte avec la Norvège doit être conforme aux autres politiques de l’UE, y compris la stratégie arctique, présentée l’année dernière. Ici, ils soulignent clairement que le pétrole, le gaz et le charbon doivent rester sous terre dans les zones arctiques et que l’UE doit éviter d’acheter de l’énergie fossile de l’Arctique.

Lorsque la stratégie arctique a été adoptée par tous les pays de l’UE l’année dernière, elle a été rejetée et ridiculisée par les politiciens norvégiens et l’industrie pétrolière. Bellona a alors cru que c’était quelque chose que le gouvernement norvégien devait réellement gérer. Les négociations en cours nous rappellent que l’UE est sérieuse.

Le bureau de Bellona à Bruxelles, qui compte aujourd’hui 18 personnes, enregistre important frustration dans le système de l’UE face aux positions de la Norvège sur le pétrole et le gaz.

D’après ce que nous comprenons, l’UE n’a pas encore répondu à la demande de la Norvège concernant une nouvelle réunion. Il semble que les négociations se soient pratiquement arrêtées parce que l’UE demande à la Norvège de choisir – l’industrie verte avec l’UE, ou le pétrole et le gaz de l’Arctique seuls.

Après une réunion en juin de cette année, l’UE et la Norvège ont élaboré une déclaration commune, ou « déclaration conjointe », dans laquelle la Commission européenne reconnaît que la Norvège peut encore être un fournisseur majeur de pétrole et de gaz pour l’Europe, également après 2030, et que l’UE soutient la poursuite de l’exploration pour livrer sur le marché européen. Des tentatives sont actuellement faites pour l’utiliser afin d’intégrer également la coopération sur le pétrole et le gaz dans l’accord industriel.

Mais la déclaration de juin ne dit rien sur l’Arctique, la commission devant évidemment s’occuper de la stratégie arctique. Il convient également de noter que la Norvège n’a pas reçu d’approbation pour des références concrètes à 2040 ou 2050 sur le pétrole. La Commission européenne n’y participera pas.

Pendant de nombreuses années, les politiciens norvégiens ont cherché à établir des accords environnementaux sous diverses formes avec l’UE. Par le biais d’un éventuel accord industriel, la partie norvégienne veut résoudre le problème tarifaire des batteries qui s’est posé à la suite du Brexit. L’accord facilitera un meilleur dialogue et l’accès des autorités norvégiennes, des entreprises et de la société civile aux processus internes de l’UE, mais il n’implique pas de nouveaux marchés, subventions ou privilèges.

Dans le projet de texte de l’accord, l’UE exige que l’accord porte sur la dimension extérieure de la contribution verte de l’UE – pour préciser que la Norvège ne doit pas être traitée comme si nous étions à l’intérieur du marché unique.

Ce sera néanmoins une défaite majeure pour les intérêts commerciaux norvégiens, et pour le ministre de l’Industrie Jan Christian Vestre, si l’accord échoue. Enfin et surtout, cela pourrait nuire considérablement aux relations de la Norvège avec l’UE et renforcer l’impression que les autorités norvégiennes ne sont que le porte-parole du pétrole et du gaz, au détriment des autres industries vertes.

Pour le gouvernement et le Premier ministre Jonas Gahr Støre, il doit être embarrassant que le jeu sur le pétrole soit divulgué aux médias. Il est rare que vous obteniez des preuves aussi claires du comportement de la Norvège envers l’UE à huis clos et de la force avec laquelle la Norvège fait pression pour le pétrole en dehors des frontières du pays.

C’est un signal très important que l’UE semble maintenant tenir cette ligne. Le débat norvégien doit également en tenir compte.

L’accord n’implique pas de nouveaux marchés, subventions ou privilèges


(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.