Le marché estime que les banques centrales bluffent, selon le responsable de l'analyse : - Une des pires choses qui puisse arriver - 3

Une semaine boursière remplie d’actualités macroéconomiques majeures touche à sa fin. Wall Street a augmenté en début de semaine, mais a reçu une douche froide après la rhétorique agressive des principales banques centrales du monde. Vendredi, il continue à baisser en début de séance :

  • Le Dow Jones Industrial Average, composé de 30 actions soi-disant importantes triées sur le volet, a chuté de 0,7%
  • Le Nasdaq Composite, dominé par les entreprises technologiques, chute de 0,4%
  • L’indice collectif S&P 500, qui comprend 500 des plus grandes sociétés cotées aux États-Unis, chute de 0,7 %

La baisse intervient après une chute du marché boursier européen, causée par de forts effets sur les taux d’intérêt du marché suite aux signaux de la Banque centrale européenne selon lesquels les taux d’intérêt doivent augmenter nettement plus.

Le taux d’intérêt américain à dix ans, souvent désigné comme le taux d’intérêt le plus important au monde en raison de son effet sur les autres taux d’intérêt et les chiffres financiers dans le monde, augmente légèrement à plus de 3,5 %.

– Arrêté de croire aux banques centrales

Mercredi, la banque centrale américaine (Fed) a relevé ses taux d’intérêt de 0,5 point de pourcentage pour les porter à 4,25-4,5 %, tout en annonçant un pic de taux d’intérêt à 5,1 % l’an prochain. Le chef de la Fed, Jerome Powell, est clair sur le fait que les taux d’intérêt doivent être maintenus élevés et que la banque centrale ne s’écartera pas de l’objectif d’inflation de 2 %.

L’instrument de politique monétaire le plus important de la banque centrale américaine est ce que l’on appelle la «forward guidance», où la Fed donne des signaux sur la future fixation des taux d’intérêt. De cette façon, les membres de la Fed peuvent discuter des taux d’intérêt du marché et des attentes d’inflation à la hausse ou à la baisse.

Pour y parvenir, il est important que la Fed soit crédible et que le marché croie au message vendu. Nous ne le faisons pas maintenant, selon le responsable de l’analyse des taux d’intérêt de SEB, Thomas Eitzen.

– Le marché a cessé de croire aux banques centrales. C’est particulièrement le cas aux États-Unis, pas mal dans la zone euro, mais aussi un peu en Norvège. Le marché pense que les banques centrales bluffent et que les taux d’intérêt devront bientôt être réduits, dit Eitzen.

L’augmentation des taux d’intérêt réduit la valeur actualisée des bénéfices futurs des entreprises et fait des investissements sans risque dans des titres portant intérêt une bonne alternative aux actions. Prises isolément, les hausses de taux d’intérêt sont donc négatives pour les actions, et particulièrement négatives lorsque les taux d’intérêt sont relevés dans une économie où la croissance ralentit.

– La bourse évalue maintenant qu’il suffit de retenir sa respiration pendant six mois, mais le danger est que vous deviez retenir votre respiration pendant très longtemps et que vous finissiez par avoir le visage bleu. Je suis peut-être enclin à croire que le taux d’intérêt sera abaissé l’année prochaine, mais il y a un danger que nous arrivions au printemps prochain et réalisions que les banques centrales ne bluffent pas, dit Eitzen.

Le fait que le marché ne croit pas aux banques centrales peut être problématique, car il devient moins cher d’emprunter de l’argent, ce qui ne produit pas le refroidissement souhaité de l’économie et du marché du travail.

– Si tout le monde pense qu’il faut tenir bon, que les consommateurs n’ajustent pas leur consommation et que les entreprises ne font rien pour la main-d’œuvre, il se peut que la banque centrale doive freiner encore plus fort. Il se pourrait bien que la banque centrale vraiment pense que le taux d’intérêt sera réduit l’année prochaine, mais la rhétorique doit toujours être « calmez-vous, les gens ». Les gens qui ne se calment pas sont l’une des pires choses qui puissent arriver aux banques centrales et à l’économie, dit Eitzen.

– Une situation boursière difficile

Le marché anticipe un pic de taux d’intérêt de près de 5 % en 2023, mais en même temps une probabilité importante que le taux d’intérêt soit réduit de 0,5 point de pourcentage au total au second semestre. À la fin de 2024, le marché estime que le taux d’intérêt tombera à 3 %, ce qui est bien inférieur à ce que les membres de la Fed eux-mêmes ont estimé.

– Les attentes du marché en matière de taux d’intérêt évoluent dans la même direction que l’estimation de la Fed, mais sur le marché des taux d’intérêt, le taux d’intérêt baisse beaucoup plus rapidement, déclare Bjørn Roger Wilhelmsen, économiste en chef chez Nordkinn Asset Management.

Wilhelmsen souligne que c’est l’évolution de l’inflation qui sera déterminante. En novembre, l’inflation aux États-Unis a terminé à 7,1 %, en baisse par rapport au sommet de 9,1 % atteint en juin. L’inflation est toujours la plus élevée depuis 40 ans et bien au-dessus de l’objectif d’inflation de 2 %.

– La baisse est tirée par les biens, mais les services constituent la majorité de l’indice des prix à la consommation, et la croissance des prix y a légèrement augmenté – ce qui est tiré par la croissance des salaires. Par conséquent, si vous voulez réussir à réduire l’inflation, vous devez probablement avoir un marché du travail plus faible et une croissance des salaires plus faible, dit Wilhelmsen.


Économiste en chef Bjørn Roger Wilhelmsen.

Économiste en chef Bjørn Roger Wilhelmsen. (Photo : Gunnar Blondal)

Wilhelmsen note que les chiffres clés économiques jusqu’à présent cette année ont été relativement solides et dans de nombreux cas meilleurs que prévu. Dans le même temps, les indicateurs avancés, c’est-à-dire les indicateurs qui disent quelque chose sur l’évolution future, montrent qu’un ralentissement économique est en cours. Et le marché boursier doit toujours être tourné vers l’avenir.

– L’activité sur le marché du logement a beaucoup chuté, et il a été démontré précédemment qu’elle a par la suite des effets d’entraînement majeurs sur le reste de l’économie. Je pense que nous aurons le test légèrement plus important sur le marché boursier l’année prochaine. Maintenant, nous avons de nombreux indicateurs pointant vers le bas, mais une fois que vous aurez la confirmation que l’économie est en train de se contracter – et que vous constaterez que le taux d’intérêt n’est toujours pas réduit – je pense que la situation sera difficile pour le marché boursier, déclare Wilhelmsen.

– Répercussions

Jeudi, la Banque centrale européenne (BCE) a emboîté le pas en relevant ses taux directeurs de 0,5 point de pourcentage. Le taux de dépôt est maintenant de 2 %, après avoir été de moins 0,5 % il y a quelques mois.

Dans le même temps, la BCE a relevé ses prévisions d’inflation pour l’année prochaine à 6,3 %, contre 5,5 % en septembre. L’inflation sous-jacente est estimée à 4,2 % l’an prochain. Dans le même temps, la BCE a annoncé que les taux d’intérêt devront augmenter « significativement » par rapport au niveau actuel afin de ramener l’inflation à l’objectif de 1 %.

– La BCE est un acteur important et important, surtout maintenant. La BCE a envoyé un message très clair selon lequel le taux d’intérêt doit augmenter beaucoup plus, ce qui a provoqué une très importante révision des prix sur le marché. Je pense que cela conduira à une situation économique en Europe devenant très faible et aura des effets d’entraînement aux États-Unis, dit Wilhelmsen.

La Banque d’Angleterre a également relevé ses taux d’intérêt de 0,5 point de pourcentage jeudi à 3,5 %. La banque centrale n’a pas exclu de nouvelles hausses de taux d’intérêt, malgré le fait qu’elle s’attend à une récession relativement longue.(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.