Un fonds de rachat avec 150 milliards investira en Norvège - n'a pas peur de la politique fiscale du gouvernement - 7

Un fonds de rachat avec 150 milliards investira en Norvège - n'a pas peur de la politique fiscale du gouvernement - 9

Le fonds de rachat néerlandais Waterland, qui gère 14 milliards d’euros (150 milliards de NOK), n’est pas totalement inconnu en Norvège. Le fonds détient le danois All Things Live, qui a réalisé plusieurs acquisitions dans l’industrie du divertissement dans ce pays. Le plus célèbre est probablement Stand up Norge, et plus récemment l’été dernier, la société a racheté le groupe Stageway.

Désormais, Waterland établira également un bureau en Norvège, où le fonds a l’intention d’acheter au moins cinq entreprises norvégiennes dans les prochaines années.

Après les changements fiscaux du gouvernement Støre l’automne dernier, sur tout, de la pisciculture aux énergies renouvelables et aux ajustements du programme d’incitations de l’industrie pétrolière, plusieurs acteurs du monde des affaires, tels que NHO et la grande banque DNB, ont averti que les investisseurs étrangers avoir peur.

Mais le Danois Kaspar Kristiansen, directeur général et associé de Waterland et qui dirigera le bureau d’Oslo depuis Copenhague, n’est pas intimidé – bien qu’il souligne qu’il aurait pu l’être sans les bouleversements.

– Ce n’est bien sûr pas optimal, mais on voit que notre stratégie a encore un bon potentiel. Nous n’avons pas peur, mais nous aurions préféré qu’ils ne fassent pas ces changements.

En même temps que Waterland annonce l’implantation du bureau d’Oslo et l’investissement en Norvège, la société annonce qu’elle vient d’obtenir de nouveaux capitaux pour deux nouveaux fonds, avec respectivement 3,5 milliards et 500 millions d’euros. Selon un communiqué de presse, les investisseurs viennent d’Europe et d’autres continents et se composent de gestionnaires d’actifs, de fonds de pension publics et privés, de compagnies d’assurance, de fonds publics, de dotations, de fondations et de family offices.

Les fonds, d’un montant total de quatre milliards d’euros, sont destinés à investir dans des entreprises à travers l’Europe, y compris la nouvelle entreprise en Norvège. Kristiansen ne peut pas donner une estimation claire du montant qui finira par être investi en Norvège.

Miser sur l’énergie verte

La stratégie de Waterland est d’investir dans des entreprises de taille moyenne, et le gestionnaire de fonds indique que trois domaines se distinguent en particulier en Norvège : la numérisation/l’externalisation, la santé et l’énergie verte.

– Nous avons déjà investi dans l’énergie verte au Danemark et aux Pays-Bas, et nous attendons avec impatience d’autres investissements, déclare Kristiansen.

L’énergie verte a gagné en popularité ces dernières années, tant auprès des entrepreneurs que des investisseurs. Avec une popularité accrue vient la concurrence.

– La concurrence pour investir dans ces entreprises est rude. Nous espérons décrocher deux investissements dans de nouvelles industries au cours de cette année civile.

Pour l’instant, le bureau d’Oslo comptera deux employés, en plus de Kristiansen, qui gère depuis le Danemark : Caspar Seip Blakstad et Martin Stette Jessen.

Waterland a un total de neuf fonds et a réalisé 900 investissements depuis sa création aux Pays-Bas en 1999. La société a des bureaux aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne, en Pologne, en Grande-Bretagne, au Danemark, en Suisse, en Irlande, en France, en Espagne et maintenant Norvège.(Termes)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.