Il n’y a certainement pas de limites à l’appétit de l’Arabie saoudite pour le sport. Le fonds d’investissement public du pays, ou « fonds pétrolier » en vertu de la provenance de l’argent, aurait tenté d’acheter la Formule 1 pour 20 milliards de dollars (environ 200 milliards de couronnes), écrit Bloomberg, et fait référence à des sources connaissant la question.

La tentative a jusqu’à présent été infructueuse, car le propriétaire de la Formule 1, Liberty Media, n’est pas intéressé par la vente de la marque de renom. Un éventuel accord aurait donc dû rompre avant même le début des négociations, mais le fonds est toujours intéressé, écrit l’agence de presse.

Si Liberty Media devait soudainement changer d’avis, le fonds serait prêt. L’évaluation comprend également tous les prêts que Formula 1 pourrait avoir.

« Lavage sportif »

La Formule 1 n’est pas le premier sport auquel l’Arabie saoudite s’intéresse. Depuis que le prince héritier Mohammad bin Salman a acquis un rôle plus important au sein du gouvernement saoudien, le pays s’est ouvert à davantage de formes de divertissement occidentales.

Ces dernières années, le pays a acheté le club de football anglais de Premier League Newcastle United et a accueilli un certain nombre d’événements majeurs dans les domaines de la boxe, du golf et de la Formule 1. L’Arabie saoudite est également l’un des pays qui a fortement plaidé pour remporter le rôle. d’organisateur de la Coupe du monde de football en 2030.

Fin 2022, on savait également que l’une des plus grandes stars mondiales du football, Christiano Ronaldo, avait signé un contrat avec le club de football d’Al-Nassr. Bien que l’on ne sache pas à qui appartient réellement le club, il aurait des liens étroits avec la famille royale saoudienne.

Le nouvel intérêt de l’Arabie saoudite pour le sport a été qualifié par les critiques de « blanchiment sportif ». Autrement dit, le pays utilise le sport pour détourner les violations des droits de l’homme. En 2022, le champion de Formule 1 Lewis Hamilton a déclaré qu’il se sentait obligé d’aborder les droits de l’homme lorsqu’il a assisté à une course de Formule 1 en Arabie saoudite.

Le Fonds pétrolier norvégien était en

Il y a dix ans, le Norwegian Oil Fund a réalisé un investissement controversé dans la Formule 1 en rachetant Delta Topco, alors propriétaire du cirque de Formule 1. Le fonds pétrolier a investi 1,8 milliard NOK dans la Formule 1, qui reste le seul investissement que le fonds ait réalisé dans une action non cotée en bourse.

Fondamentalement, le Fonds pétrolier est autorisé à faire des investissements dits « pré-introduction en bourse », c’est-à-dire acheter des actions dans des sociétés qui doivent être cotées en bourse. Le problème était que les plans boursiers pour la Formule 1 échouaient. L’ancien président de la Formule 1, Bernie Ecclestone, a également été impliqué dans une affaire de corruption, qui s’est terminée plus tard par le déboursement de 100 millions de dollars et la conclusion d’un règlement.

Ce n’est que quatre ans plus tard, en 2016, que la Formule 1 est introduite en bourse. (Termes)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.