Rec Solar annonce un possible démarrage - 3

Le PDG Jan Enno Bicker du groupe REC en a informé les employés lors d’une assemblée générale qui a débuté jeudi après-midi à 13 heures.

– Je ne peux pas garantir que ce sera le résultat final, mais c’est l’objectif vers lequel nous travaillons intensément. Plusieurs éléments doivent se mettre en place et le conseil doit également approuver une telle solution. Nous pensons qu’il existe de bonnes opportunités de réussite, déclare Bicker dans un communiqué de presse de la société.

Plus tôt cette semaine, les employés ont été informés que REC prolongeait la période de congé de trois semaines.


Au total, 250 employés de Rec Solar à Herøya et à Kristiansand (photo) ont été licenciés depuis septembre de l'année dernière.

Au total, 250 employés de Rec Solar à Herøya et à Kristiansand (photo) ont été licenciés depuis septembre de l’année dernière. (Photo : Tor Erik Schrøder/NTB)

Clarification avant le 26 mars

La société écrit dans le communiqué de presse que Bicker a informé lors de la réunion qu’il reste encore des conditions à clarifier avant qu’un éventuel démarrage partiel puisse avoir lieu.

– Nous voulons être clairs à la fois sur l’objectif et sur le risque que nous n’arrivions pas à une telle solution. La période de mise à pied prolongée nous aide dans nos efforts, a déclaré Bicker, selon le communiqué de presse.

– Il est important pour REC de conserver des employés qualifiés et de renforcer la chaîne d’approvisionnement solaire européenne, dont nos opérations en Norvège constituent une partie importante. L’ensemble de la direction travaille intensément pour trouver de bonnes solutions à long terme pour l’entreprise en Norvège, a-t-il déclaré, ajoutant qu’il s’attend à ce qu’une dernière clarification liée à un démarrage partiel ait lieu avant l’expiration de la période de congé pour les employés le 26 Mars.

Lorsque DN s’est entretenu avec le délégué syndical en chef Andreas Hadland peu de temps avant la réunion, il était optimiste.

– Jusqu’à présent, on nous a seulement dit que les licenciements avaient été prolongés de trois semaines. Mais force est de constater que nous espérons aujourd’hui de bonnes nouvelles concernant le démarrage de la production.


Le ministre de l'Industrie Jan Christian Vestre (Ap) a rendu visite à l'entreprise solaire Rec Solar à Kristiansand en août lorsque l'entreprise a annoncé des licenciements massifs de ses employés en raison des prix élevés de l'électricité.

Le ministre de l’Industrie Jan Christian Vestre (Ap) a rendu visite à l’entreprise solaire Rec Solar à Kristiansand en août lorsque l’entreprise a annoncé des licenciements massifs de ses employés en raison des prix élevés de l’électricité. (Photo : Tor Erik Schrøder/NTB)

Possédé par l’un des plus riches du monde

Les 250 employés de Rec Solar Norge, qui possède des usines à Kristiansand et Herøya, ont été licenciés depuis début septembre de l’année dernière en conséquence directe de la flambée des prix de l’électricité. Alors que la facture d’électricité de l’entreprise au cours d’un mois normal était de 6,5 millions de NOK, elle était de 60 millions de NOK en juillet de l’année dernière, a déclaré l’entreprise lorsque les licenciements sont devenus un fait à l’automne dernier.

Rec Solar appartient à Reliance Industries contrôlée par l’Indien Mukesh Ambani. Il est estimé par le magazine financier Forbes comme le 8e homme le plus riche du monde.

Rec produire du silicium à partir des déchets issus de la production de cellules solaires, ce qu’on appelle le kerf. Lorsque des blocs de silicium sont coupés en tranches très fines (wafers), la sciure de bois représente souvent plus de 30 % du bloc d’origine. C’est ce que Rec Solar a développé une technologie pour récupérer et refondre afin que cela puisse à nouveau être utilisé pour produire de nouvelles cellules solaires. La technologie, qui a été soutenue à hauteur de 110 millions de NOK par Enova en 2019, signifie, entre autres, que les émissions de carbone sont réduites de 60 % tandis que la consommation d’électricité est réduite de 30 %.

(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.