Le doublé 1500/3000m d'Ingebrigtsen propulse la Norvège en tête du tableau des médailles à Istanbul - 3

A présent, tous les rivaux de Jakob Ingebrigtsen savent exactement ce qu’il va faire dans les grandes finales, mais avoir cette connaissance et être capable d’en faire quelque chose sont deux choses très différentes.

Dimanche (5) soir à Istanbul, lors de la séance finale des Championnats d’Europe d’athlétisme en salle, ils ont fait de leur mieux pour s’en tenir au Norvégien de 22 ans, qui a mis ses rivaux au supplice avec l’une de ses performances typiques, textuelles, de course de tête dans le 3000 m masculin.

Ils ont essayé et échoué, bien sûr.

Non pas que perdre contre Ingebrigtsen soit quelque chose de honteux, étant donné que c’est, et restera probablement, le statu quo dans la course de distance européenne dans un avenir prévisible. Il a déjà accumulé 11 titres – entre la course en salle, la course en plein air et le cross-country – et son dernier doublé d’or, ici à Istanbul, a été réalisé une fois de plus avec le genre de hausses de rythme impressionnantes et irrépressibles qu’il fait paraître si faciles.

Ingebrigtsen a échangé la tête avec son principal rival, l’Espagnol Adel Mechaal, au terme d’un premier 1000m piéton en 2:41.87, et il a lentement pressé l’accélérateur dans les tours qui ont suivi, atteignant 2000m en 5:15.45. Un par un, ils ont commencé à s’éloigner alors qu’Ingebrigtsen augmentait le rythme, son deuxième 1500m en 3:40.59 étant un temps que beaucoup de ses rivaux auraient eu du mal à réaliser avec un nouveau départ.

Ingebrigtsen a attendu le dernier tour pour vraiment enfoncer le clou, le parcourant en 26.54 pour atteindre la ligne en 7:40.32. Mechaal a pris l’argent en 7:41.75, tandis que le Serbe Elzan Bibic a pris le bronze en 7:44.03, juste devant l’Irlandais Darragh McElhinney (7:44.72).

« J’ai l’impression d’avoir couru contre moi-même aujourd’hui », a déclaré Ingebrigtsen, qu’on ne pourra jamais accuser de douter beaucoup de lui-même. « J’aimerais avoir un peu plus de compétition mais peut-être que c’est juste moi, j’en attends trop. Je suppose que les autres coureurs ont essayé de faire une bonne course pour eux-mêmes et de ne pas se battre pour la deuxième place. »

Ingebrigtsen a déclaré qu’il n’était « pas heureux » de sa saison en salle. « J’ai eu un bon mois d’octobre, de novembre et de décembre en allant aux championnats de cross-country. Après cela, je n’ai rien fait. Mais les deux dernières semaines ont été bonnes. Je suis vraiment impatient d’avoir un bon entraînement. »

Hodgkinson défend son titre sur 800m avec une tactique de type « gun-to-tape ».

S’il y avait un favori plus écrasant qu’Ingebrigtsen ici à Istanbul, c’était bien Keely Hodgkinson, et la brillante Britannique s’est montrée encore plus inégalable en remportant son deuxième titre consécutif au 800m féminin en 1:58.66.

Hodgkinson aurait pu gagner comme elle le voulait, mais elle a choisi de minimiser les problèmes potentiels en restant très simple et en courant à un rythme que personne dans le peloton n’a jamais soutenu sur 800m. Elle a parcouru le premier tour en 28.36, a atteint le 400m en 58.22 et le 600m en 1:28.58. Elle avait alors quelques mètres d’avance, et cet avantage n’a fait que croître lorsqu’elle a parcouru le dernier tour, franchissant la ligne dans un splendide isolement en 1:58.66.

« Je sais ce que je dois attendre de moi, donc c’était comme : Vas-y, fais mon truc », a déclaré Hodgkinson. « Je vais avoir quelques jours de repos maintenant et je me préparerai ensuite à courir après d’autres victoires. J’en ai encore tellement. Je veux juste continuer avec ma régularité. »

La Slovène Anita Horvat a remporté la bataille pour l’argent, avec un temps de 2:00.54, tandis que la Française Agnes Raharolahy est revenue de l’arrière pour prendre le bronze en 2:00.85. L’Espagnole Lorea Ibarzabal a terminé quatrième avec un temps record de 2:00.87, juste devant l’étoile montante de la Suisse Audrey Werro, qui a vu la médaille de bronze lui échapper dans les derniers mètres avec un temps de 2:00.91 pour la cinquième place.

Le saut à la perche masculin a apporté plus de succès à la Norvège grâce à Sondre Guttormsen, qui a aidé sa nation à prendre la tête du tableau des médailles avec quatre médailles d’or, s’imposant dans une compétition très serrée qui a vu cinq hommes terminer avec un record de 5,80m. C’est la première médaille norvégienne jamais obtenue aux championnats dans le saut à la perche masculin.

Le Grec Emmanouil Karalis et le Polonais Piotr Lisek ont partagé l’argent, une cinquième médaille européenne en salle pour ce dernier. Deux des non-médaillés les plus malchanceux de ces championnats ont été l’Allemand Torben Blech et le Français Ethan Cormont, écartés des médailles au compte-gouttes.

Guttormsen s’est imposé grâce à une série sans faille jusqu’à 5,80 m inclus, ce qui lui a permis de prendre le contrôle de la barre à 5,85 m, où personne n’a réussi. Karalis n’a enregistré qu’un seul échec avant cela, à 5,60m, tandis que l’unique échec de Lisek est survenu à 5,70m.

« Je savais que j’avais de bonnes chances de gagner et ce n’était certainement pas prévu, mais but accompli », a déclaré Guttormsen, qui a pleinement profité de l’absence du Suédois Armand Duplantis. « Je ne fais pas partie des listes de départ, donc qui veut se montrer, se montre », a-t-il dit. « Je suis là où je dois être. Et aujourd’hui, j’étais le meilleur et c’est ce qui compte. »

Quant aux éventuelles célébrations du dimanche soir ? Guttormsen a déclaré qu’il n’y en aurait pas, étant donné qu’il devait prendre un vol de retour matinal vers les États-Unis lundi, alors qu’il se prépare pour les Championnats en salle NCAA du week-end prochain.

Cathal Dennehy pour European Athletics