Le gouvernement norvégien présente ses excuses aux éleveurs de rennes samis - 3

COPENHAGUE, Danemark (AP) – Le gouvernement norvégien s’est excusé jeudi auprès des éleveurs de rennes après que des activistes ont protesté pendant une semaine contre un parc éolien qui, selon eux, entrave les droits du peuple autochtone Sami dans le centre et l’Arctique de la Norvège.

« J’ai présenté mes excuses aux propriétaires de rennes au nom du gouvernement », a déclaré le ministre du Pétrole et de l’Energie, Terje Aasland, après avoir rencontré la présidente du Parlement sami, Silje Karine Mutoka, qui compte 39 sièges.

« Ils se trouvent depuis longtemps dans une situation difficile et peu claire. J’en suis désolé », a-t-il déclaré.

Mutoka a déclaré que recevoir des excuses était « un souhait de ma part ».

« Il est crucial pour nous d’aller de l’avant. Il est important que nous soyons tous d’accord sur le fait qu’il s’agit d’une violation des droits de l’homme », a-t-elle déclaré à l’issue de la réunion, qui devait durer une heure, mais qui s’est prolongée pendant 90 minutes.

Bien que les discussions n’aient pas abouti à un accord pour résoudre le litige concernant le parc éolien, Mme Aasland a déclaré « que nous n’excluons aucune solution pour le moment ».

Mutoka doit rencontrer la semaine prochaine le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre, qui prévoit de se rendre dans le nord de la Norvège pour une visite déjà programmée.

Les militants, principalement des adolescents, ont commencé à manifester il y a une semaine et ont bloqué l’entrée de plusieurs ministères à Oslo, la capitale de la Norvège, depuis lundi. Jeudi, la police a emmené les militants loin des ministères des finances et de la culture, tandis que d’autres ont entonné un chant sami.

La police a déclaré à la chaîne norvégienne NRK que les militants qui ont été emmenés devront payer une amende. Aucune précision n’a été donnée sur le montant des amendes.

Au centre du conflit se trouvent 151 turbines du plus grand parc éolien terrestre d’Europe, situé dans le district de Fosen, à quelque 450 kilomètres au nord d’Oslo. Les militants affirment que la transition vers l’énergie verte ne doit pas se faire au détriment des droits des populations autochtones.

Ils affirment que le parc éolien est toujours en activité malgré un arrêt rendu en octobre 2021 par la Cour suprême de Norvège, qui a déclaré que la construction d’éoliennes violait les droits des Samis, qui utilisent ces terres pour l’élevage de rennes depuis des siècles.

Après l’arrêt de la Cour suprême, le ministère norvégien du pétrole et de l’énergie a demandé aux propriétaires des deux parcs éoliens de déterminer si des mesures pouvaient être prises pour garantir l’élevage des rennes à proximité des éoliennes. Mais les Samis ont refusé de participer à un tel processus.

Plusieurs des militants qui ont manifesté à Oslo portaient les vêtements traditionnels aux couleurs vives des Samis, que les organisations internationales reconnaissent comme le seul peuple autochtone d’Europe en raison de leurs racines culturelles uniques, antérieures à la création des États-nations.

Anciennement connus sous le nom de Lapons, les Samis seraient originaires d’Asie centrale et se seraient installés avec leurs troupeaux de rennes dans l’Europe arctique il y a environ 9 000 ans. Ils vivaient traditionnellement en Laponie, qui s’étend du nord de la Norvège à la Russie en passant par la Suède et la Finlande.

Dans la région arctique, la majorité vit du côté norvégien de la frontière. Entre 40 000 et 60 000 Sami vivent dans le centre et le nord de la Norvège.

Autrefois, ils étaient confrontés à l’oppression de leur culture, notamment à l’interdiction d’utiliser leur langue maternelle. Aujourd’hui, ils ont leurs propres parlements, écoles, journaux et émissions dans leur langue à la radio et à la télévision nationales. Les nomades ont un mode de vie essentiellement moderne, mais ils élèvent toujours des rennes.