L'ambassadeur de Norvège en Inde écrit : "Mme Chatterjee contre la Norvège" ne représente pas l'attention profonde que la Norvège porte aux familles. - 3

Un nouveau film, Mme Chatterjee contre la Norvègeest sorti sur grand écran vendredi. Le film est un histoire puissante et émouvante sur une mère indienne qui se bat pour la garde de ses enfants en Norvège. Compte tenu des prouesses d’actrice de Rani Mukerji, il est difficile de rester insensible à ce film, et les spectateurs pourraient en ressortir en pensant que la Norvège est un pays indifférent. Mais en tant qu’ambassadeur de Norvège en Inde, il est important pour moi de présenter le point de vue officiel de la Norvège et de corriger les inexactitudes factuelles que ce film dépeint malheureusement.

L’affaire dont s’inspire le film a été résolue il y a dix ans en coopération avec les autorités indiennes et un accord a été conclu entre toutes les parties concernées. Ce film est une représentation fictive de l’affaire.

Les affaires de protection de l’enfance ne sont pas faciles. Certainement pas pour les enfants, ni pour les parents, ni pour le service de protection de l’enfance chargé de trouver la bonne solution. La prise en charge alternative est une question de grande responsabilité, et une décision sur la prise en charge alternative ne sera jamais motivée par des paiements ou des profits.

Le film présente les différences culturelles comme le facteur principal de l’affaire, ce qui est totalement faux. Sans entrer dans les détails de ce cas particulier, je nie catégoriquement que le fait de nourrir les enfants avec les mains et de dormir dans le même lit soit la raison pour laquelle les enfants sont placés dans des structures d’accueil alternatives. Ni dans ce cas, ni dans aucun autre.

Oui, nous avons des pratiques culturelles différentes. Oui, nous pouvons avoir des traditions parentales différentes en Norvège. Mais nos instincts humains ne sont pas différents. L’amour d’une mère en Norvège n’est pas différent de l’amour d’une mère en Inde.

En tant que père de trois enfants, j’ai de beaux souvenirs de l’époque où mes enfants grandissaient, où je les nourrissais avec mes mains, où je leur lisais des histoires à l’heure du coucher alors qu’ils se blottissaient contre nous et dormaient dans le même lit que nous. C’est pourquoi il m’est insondable de voir se répéter des récits erronés. Cela m’inquiète d’imaginer que nos amis indiens nous considèrent comme des tyrans au cœur froid, ce que nous ne sommes absolument pas.

Je suis fière du système que je représente, où nous sommes constamment désireux d’apprendre par l’expérience et d’écouter les critiques. Les dossiers de protection de l’enfance sont souvent complexes, mais l’intérêt supérieur de l’enfant est toujours le principe primordial dans tout le travail.

Les parents sont les premiers responsables de l’éducation de leurs enfants et les Norvégiens considèrent que les enfants doivent avant tout grandir avec leurs parents. Le service de protection de l’enfance ne peut intervenir que lorsque la négligence, la violence ou les abus sont confirmés.

Le principe fondamental de la protection de l’enfance en Norvège est de sauvegarder l’intérêt supérieur de l’enfant. Ce principe est fortement reflété dans nos lois et notre constitution et est basé sur nos obligations en vertu de la Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant. Lorsque les droits d’un enfant sont en conflit avec les intérêts des parents, ce sont les droits de l’enfant qui priment.

La Norvège est une société démocratique et multiculturelle. En Norvège, nous apprécions et respectons les différents systèmes familiaux et les pratiques culturelles, même lorsqu’ils sont différents de ce à quoi nous sommes habitués. Mais nous n’avons aucune tolérance pour la violence, sous quelque forme que ce soit. Une gifle occasionnelle n’entraînera toutefois pas automatiquement le retrait de l’enfant de sa famille. Dans ce cas, le service de protection de l’enfance offrira aux parents une aide et des conseils sur d’autres pratiques parentales bénéfiques pour l’enfant. La loi norvégienne sur la protection de l’enfance s’applique à tous les enfants du royaume, indépendamment de leur origine ethnique, de leur nationalité ou de leurs croyances religieuses.

Les autorités norvégiennes ont un devoir légal de confidentialité et de protection de la vie privée dans tous les cas de protection de l’enfance. Pour protéger les enfants et leur droit à la vie privée, le gouvernement ne fera aucun commentaire sur un cas particulier. Ni le ministère ni le ministre ne peuvent intervenir dans une affaire.

Venons-en maintenant au débat culturel. Je suis en poste en Inde depuis près de quatre ans. J’ai pu constater de visu la fierté profonde des Indiens pour leur culture et leur patrimoine, et ce à juste titre. Le multiculturalisme et la tolérance sont au cœur de la nation indienne. C’est un exemple à suivre.

Plus de 20 000 Indiens vivent actuellement en Norvège. Les Indiens représentent le plus grand nombre de travailleurs immigrés en Norvège en dehors de l’UE et contribuent à notre croissance économique, sociale et culturelle. Des événements annuels tels que le festival Bollywood Norvège, Oslo Durga Puja et le festival Mela sont très populaires.

J’espère sincèrement que ce film ne découragera pas les Indiens de venir en Norvège. J’espère que ce film sera perçu pour ce qu’il est, et je fais confiance aux spectateurs pour comprendre qu’il s’agit d’une représentation fictive. Pour les personnes concernées, il est indéniable que l’expérience a été traumatisante.

Par conséquent, j’espère que lorsque les Indiens pensent à la Norvège, ils peuvent également se concentrer sur la bonne histoire, sur notre croyance commune en la valeur de la vie familiale et apprécier ce que la Norvège et l’Inde ont réalisé ensemble grâce à des années de compréhension et de respect mutuels.

L’auteur est l’ambassadeur de Norvège en Inde.