La Norvège cherche à intensifier l'exploration dans les eaux arctiques - 3

La Norvège semble rester fermement attachée à ses opérations pétrolières et gazières malgré de premier plan la transition verte. La Norvège utilise depuis longtemps presque exclusivement des énergies renouvelables pour alimenter sa consommation domestique, mais elle reste l’un des plus grands producteurs mondiaux de pétrole et de gaz destinés à l’exportation. Étant donné que les revenus tirés de l’exploitation des combustibles fossiles ont permis à la Norvège d’amasser d’énormes richesses, sous la forme du fonds souverain du pays, il n’est pas étonnant que la Norvège se consacre à l’exploitation du pétrole et du gaz. Mais la Norvège étant l’un des précurseurs de la transition verte, avec des objectifs climatiques ambitieux, le fait d’être à la fois un producteur de pétrole et de gaz et un grand promoteur des énergies renouvelables peut-il vraiment s’aligner ?

La Norvège est un pays riche en énergie, avec de vastes ressources pétrolières et gazières en mer du Nord, ainsi que des sources d’énergie hydroélectrique et éolienne. Cela lui a permis d’exploiter ses vastes revenus issus des combustibles fossiles pour les réinvestir dans la diversification économique, y compris dans le développement de ses projets d’énergie verte. En 2020, la Norvège exportera 87 % de son énergie et était le septième exportateur mondial de gaz naturel, fournissant 3 % du gaz mondial. Elle a également fourni 2,3 % du pétrole mondial en 2020. Au niveau national, sa production d’hydroélectricité couvre 92 % de la demande nationale. Ces dernières années, le pays a réinvesti ses revenus pétroliers et gaziers dans des projets écologiques, en particulier dans les infrastructures nationales, ce qui lui permet aujourd’hui d’atteindre un niveau élevé d’électrification. L’électricité représente près de la moitié de la consommation finale totale (CFT) du pays, soit la part la plus élevée des pays membres de l’Agence internationale de l’énergie (AIE). En savoir plus : L’élection d’aujourd’hui en Alberta pourrait façonner les politiques climatiques du Canada pendant des années


Avec une industrie des énergies renouvelables déjà forte et un niveau élevé d’électrification, la Norvège pourrait être l’un des chefs de file de la transition verte mondiale, avec le potentiel de mener le monde sur les nouvelles technologies pour décarboniser les secteurs difficiles à abattre. Par exemple, si les politiques et les incitations adéquates sont mises en place, l’adoption des véhicules électriques, des technologies de captage et de stockage du carbone (CSC) et de l’hydrogène vert pourrait être significative, selon l’AIE.

Malgré ces progrès, la Norvège reste très attachée à ses activités pétrolières, qui constituent une source majeure de revenus, alors que la demande mondiale reste élevée. Le gouvernement norvégien a récemment demandé aux entreprises énergétiques d’intensifier leurs activités d’exploration pétrolière et gazière dans des zones reculées, telles que la mer de Barents, malgré les pressions exercées par les défenseurs du climat pour qu’ils réduisent leurs activités pétrolières et gazières. Ce soutien à une plus grande exploration répond aux pénuries d’énergie de 2022, suite à l’invasion russe de l’Ukraine et aux sanctions subséquentes sur le pétrole et le gaz russes.

Norvège dépasse la Russie L’année dernière, la Russie est devenue l’un des principaux fournisseurs de gaz naturel de l’Europe et elle cherche à conserver cette place pour assurer la sécurité énergétique de l’Europe et réduire le rôle de la Russie sur le marché européen de l’énergie. Ses revenus ont augmenté de manière substantielle, le pays ayant gagné près de 131 milliards de dollars de revenus nets provenant du pétrole en 2022, contre 29 milliards de dollars en 2021. À cette fin, le ministre norvégien du pétrole et de l’énergie, Terje Aasland, aurait déclaré que l’industrie devrait « […]ne négliger aucune piste« dans la recherche de nouvelles découvertes d’hydrocarbures dans la mer de Barents. La plus grande compagnie pétrolière et gazière du pays, Equinor, ainsi que VÃ¥r Energi, une importante société d’exploration et de production, ont confirmé cet appel à l’action.

Le plateau continental norvégien compte déjà plusieurs gisements de pétrole et de gaz en production ou en cours de développement, après 50 ans d’exploitation fructueuse dans la région. Toutefois, on estime que la mer de Barents, dans l’Arctique, recèle encore beaucoup plus de pétrole non découvert. Une grande partie de cette région reste inexplorée en raison des coûts élevés des nouveaux projets et des possibilités d’exportation limitées. Toutefois, la demande croissante de l’Europe en gaz non russe pourrait changer la donne. Et la Norvège devrait offrir un nombre record de blocs d’exploration pétrolière et gazière dans l’Arctique pour que les entreprises puissent commencer l’exploration.

Sans surprise, plusieurs groupes de défense de l’environnement ne sont pas d’accord avec cette décision, appelant la Norvège à cesser toute nouvelle exploration et à développer davantage son potentiel en matière d’énergies renouvelables. De nombreuses organisations estiment que les actions de la Norvège vont à l’encontre de ses engagements climatiques et de son rôle en tant que signataire de l’Accord de Paris. Frode Pleym, responsable de Greenpeace Norvège a déclaré « La Norvège et les compagnies pétrolières doivent cesser d’exploiter cyniquement la guerre de la Russie en Ukraine ». M. Pleym a expliqué que « la politique pétrolière agressive et avide de la Norvège ne fait pas que consolider la position d’Oslo en tant que principal fournisseur d’énergie de l’Europe, elle enferme tout un continent dans une future dépendance aux combustibles fossiles. L’alternative au pétrole et au gaz n’est pas plus de pétrole et de gaz, c’est plus d’efficacité énergétique et d’énergie renouvelable ».

La Norvège est le plus grand pays hydroélectrique en Europe, et sa capacité éolienne et éolienne flottante en mer est importante et en constante augmentation. La Norvège développe également ses ressources solaires flottantes et utilise la chaleur directe dans ses villes. Plusieurs grandes entreprises norvégiennes, comme Equinor, investissent massivement dans des projets d’énergie renouvelable à l’étranger afin de soutenir la transition verte et de devenir des leaders mondiaux en matière d’énergie verte. Mais malgré les progrès réalisés dans le domaine des énergies renouvelables, la Norvège refuse tout simplement de laisser son potentiel pétrolier et gazier inexploré. Si cela peut contribuer à renforcer la sécurité énergétique de l’Europe, cela pourrait aussi conduire à une dépendance au pétrole et au gaz plus longue qu’il n’est nécessaire.

Par Felicity Bradstock pour Oilprice.com

Plus d’informations sur Oilprice.com :