L'Ecosse bat la Norvège 2-1 - 3

OSLO, 17 juin (Reuters) – Lyndon Dykes et Kenny McLean ont tous deux inscrit des buts en fin de match. L’Ecosse a remonté un retard d’un but grâce à un penalty d’Erling Haaland pour arracher une victoire 2-1 sur la Norvège dans son match de qualification pour le Championnat d’Europe 2024 dans le groupe A, samedi.

Alors que Chypre doit affronter la Géorgie plus tard dans la soirée, cette victoire permet aux Écossais de prendre la tête du groupe avec neuf points, soit six de plus que l’Espagne, deuxième, qui a joué un match de moins. La Norvège est quatrième avec un point.

Bien qu’elle ait dominé la possession du ballon, la Norvège a eu du mal à se créer des occasions décentes, mais Haaland, qui a remporté la Ligue des champions la semaine dernière avec Manchester City, est venu à la rescousse lorsqu’il a été repoussé dans la surface de réparation par Ryan Porteous.

Le géant norvégien se relevait, s’époussetait et envoyait le ballon au fond des filets à droite du gardien à la 61e minute, déclenchant des célébrations folles dans le stade d’Ullevaal.

Alors que ce but semblait avoir mis son équipe sur la voie de la victoire, Haaland était retiré par l’entraîneur Stale Solbakken à la 84e minute, une erreur qui allait s’avérer coûteuse.

Une erreur défensive de Leo Ostigard permettait à l’attaquant Dykes d’égaliser trois minutes avant la fin du temps réglementaire, et il servait ensuite le remplaçant McLean pour marquer le but de la victoire deux minutes plus tard, permettant à l’Ecosse de remporter une victoire improbable qui faisait taire le public.

« Le caractère pour revenir après cela est remarquable. Je pense que nous pouvons encore faire mieux avec le ballon, mais écoutez, je prendrai ça toute la journée », a déclaré un McLean jubilant à la BBC Scotland.

Le capitaine norvégien Martin Odegaard est resté sans voix après l’effondrement de son équipe en fin de match.

« Je ne peux pas mettre de mots sur cette défaite. C’est dur, c’est comme ça que le football est parfois, c’est brutal », a déclaré Odegaard à la chaîne norvégienne TV2.

« La seule chose que nous puissions faire est de nous excuser, de nous serrer les coudes et de continuer à nous battre », a-t-il ajouté.

Reportage de Philip O’Connor
Rédaction : Christian Radnedge

Nos normes : Les principes de Thomson Reuters Trust.