La Norvège suscite la colère des défenseurs du climat avec ses projets d'exploitation des combustibles fossiles - 3

Le ministre du pétrole et de l’énergie, Terje Aasland, a déclaré que les projets garantiraient des emplois et « jetteraient les bases » de la technologie nécessaire au développement de l’énergie éolienne, de l’hydrogène et de la capture et du stockage du carbone.

« Les projets constituent également une contribution importante à la sécurité énergétique de l’Europe », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Grand producteur de pétrole et de gaz, la Norvège est devenue le premier fournisseur de gaz de l’Europe l’année dernière en dépassant la Russie, qui a réduit ses livraisons à la suite de la guerre en Ukraine.

Les 19 projets concernent l’ouverture de nouveaux gisements, l’extension de gisements de pétrole et de gaz existants et des investissements visant à augmenter le taux de récupération des hydrocarbures en mer du Nord et en mer de Norvège.

La plupart des projets seront réalisés par les groupes norvégiens Equinor et Aker BP, l’allemand Wintershall Dea et l’autrichien OMV.

« Avec ces projets, nous garantirons une nouvelle production à partir de la seconde moitié des années 2020 afin de pouvoir maintenir les livraisons norvégiennes à un niveau élevé », a déclaré M. Aasland.

Les organisations de défense de l’environnement ont critiqué cette décision, affirmant qu’elle allait à l’encontre de la transition verte et qu’elle ralentirait les efforts de développement des énergies renouvelables.

« Un triste jour pour le climat », a écrit sur Twitter la directrice du WWF Norvège, Karoline Andaur.

« Ce sont 200 milliards de couronnes investis pour renforcer la crise climatique et détruire notre avenir commun », a déclaré Halvard Haga Raavand de Greenpeace.

En 2021, l’Agence internationale de l’énergie a recommandé de ne pas ouvrir de nouveaux gisements de pétrole et de gaz afin d’atteindre la neutralité carbone d’ici le milieu du siècle et de contenir le réchauffement climatique.