Diesen sacrifiera-t-il le Finnmark ? - 5

L’ancien chef de la Défense Sverre Diesen (photo) est coincé dans une image de menace dépassée avec un opposant soviétique, estime Tomas Beck.

Beaucoup se sont trompés sur la puissance militaire russe. Mais rares sont ceux qui, en dehors du Kremlin, avaient autant tort que Sverre Diesen.

C’est une chronique. Toutes les opinions exprimées dans le texte engagent la responsabilité de l’auteur. Si vous souhaitez envoyer une proposition d’article, vous pouvez lire comment procéder ici.

L’ancien chef de la défense, Sverre Diesen, sort actuellement un nouveau livre. Le général craint une « défaite catastrophique » si l’armée ne change pas radicalement et souligne à quel point les choses se sont mal passées avec la Russie en 2022. Il s’oppose également à une défense plus large, comme le proposent la Commission de défense et l’actuel chef de la défense.

Ironiquement, Diesen a participé à un podcast avec Teknisk Ukeblad le jour où la Russie a lancé son invasion à grande échelle l’année dernière. Ici, il « fait honte » à la puissance militaire russe. Il affirme, entre autres, qu' »ils (les Russes) se sont améliorés dans pratiquement tous les domaines, tant sur le plan technologique qu’en termes d’équipement et de performances sur le terrain ».

Lorsque le présentateur lui demande si c’est ce que l’on a vu dans les films américains, il répond avec enthousiasme : « Les Russes rattrapent progressivement leur retard ».

Beaucoup se trompaient sur la puissance militaire russe, mais rares étaient ceux, en dehors du Kremlin, qui se trompaient autant que Diesen. Il a pratiquement prédit une défaite ukrainienne. Sa prédiction de notre défaite doit être prise avec des pincettes.

Très malheureux

Diesen affirme que le concept actuel de défense du Finnmark est irréaliste, à moins que l’armée dans le comté ne passe à trois brigades permanentes. Il affirme que cette question a fait l’objet d’une enquête menée par l’Institut norvégien de recherche sur la défense (FFI).

J’ai moi-même été associé à l’institut en 2019-2020 et je suis par ailleurs un lecteur assidu de ses rapports. Néanmoins, je n’ai pas constaté que cette question ait fait l’objet d’une enquête sérieuse. Si le général pousse l’institut devant lui sans couverture, c’est bien sûr très dommageable pour la crédibilité du général et l’intégrité de l’institut.

Tomas Beck, brigadier et ancien commandant de la défense terrestre du Finnmark.

Tomas Beck, brigadier et ancien commandant de la défense terrestre du Finnmark.

Mon expérience, notamment en tant qu’ancien chef de la défense terrestre du Finnmark, est que la zone peut et doit être défendue.

Pour citer le lieutenant-général Kjell Grandhagen, aujourd’hui décédé, « le Finnmark est difficile à défendre, mais encore plus difficile à attaquer ».

Malgré le fait que le Finnmark soit plus grand que le Danemark, la géographie et le climat offrent de très bonnes opportunités pour un défenseur. La réalisation des plans et des recommandations d’aujourd’hui nous donnera une défense adéquate en coopération avec le reste de la défense totale et l’OTAN. La Russie verra qu’une attaque dans le nord entraînera une défaite catastrophique – pour la Russie.

Bien que le Finnmark soit plus grand que le Danemark, la géographie et le climat offrent de très bonnes opportunités pour un défenseur.

Le concept alternatif de Diesen repose principalement sur des armes de précision à longue portée et des drones, la Norvège assurant en pratique la défense territoriale du Finnmark. Le concept repose sur un certain nombre d’erreurs et de pures illusions.

Image de menace obsolète

Avec le concept de Diesen, toute la population du Finnmark se retrouverait rapidement en territoire occupé en cas de conflit. Nous avons vu comment cela peut se produire, par exemple à Butsja et Irpin.

Le choix d’un concept de défense est une question hautement morale et politique, et non un problème technique purement militaire comme le suggère Diesen. Il est clairement coincé dans une image de menace dépassée envers un adversaire soviétique. La conséquence est un concept de défense « sans valeur ».

Son concept permet aux forces russes d’entrer rapidement dans le Finnmark et d’attaquer le sud. Le fait que nous exposions une telle vulnérabilité à notre nouvel allié, la Finlande, serait perçu comme déloyal. Ce n’est probablement pas le genre d’allié que la Finlande souhaite dans le Nord.

Dans le même temps, ce concept repose sur une mauvaise compréhension du cœur du Pacte atlantique. Diesen affirme que le concept vise uniquement à déclencher l’article 5, en n’ayant « aucune autre ambition tactique plus élevée que celle de pouvoir périodiquement frapper des cibles dans la zone exposée pour prétendre qu’un conflit armé est en cours », comme il l’exprime dans une note de Civita. .

Le cœur de l’alliance réside cependant dans l’article 3, qui souligne clairement que les nations doivent « maintenir et développer leur capacité individuelle et commune à résister aux attaques armées ». Il y a là une différence fondamentale qu’un ancien chef de la défense devrait comprendre.

Une grossière idée fausse

Les derniers mois ont également montré à quel point la Russie s’accroche aux territoires occupés. Attendre que nos alliés libèrent le Finnmark après des mois d’occupation et de préparatifs russes repose sur des hypothèses fragiles.

La question est de savoir si l’OTAN dispose de forces suffisantes pour mener de telles opérations dans un climat arctique exigeant, dans des zones propices à un conflit défensif.

Attendre que nos alliés libèrent le Finnmark après des mois d’occupation et de préparatifs russes repose sur des hypothèses fragiles.

Une dernière erreur que je voudrais souligner est la croyance selon laquelle « la Norvège doit se contenter d’infliger des pertes à l’attaquant tant qu’il se trouve sur le territoire norvégien », comme l’affirme Diesen dans Aftenposten le 30 août. Cela montre une incompréhension flagrante de la volonté russe de sacrifier d’énormes quantités de personnes et de matériel.

Les conséquences pour la population du Finnmark et notre nature seront dramatiques et très coûteuses.

Ampleur et flexibilité

Diesen appelle à un débat critique. À mon avis, ce débat est parfois si critique qu’il empêche les choix de voie et les progrès nécessaires.

Parfois, il faut faire des choix importants et les défendre pendant plus de six mois. Vous ne pouvez pas courir après chaque innovation.

Par exemple, les drones turcs Bayraktar TB2 ont été salués comme ayant « changé la donne » en Ukraine. Quelques semaines plus tard, ils n’étaient presque plus pertinents.

C’est ainsi que se déroule le développement en temps de guerre. La défense ne peut donc pas se construire autour de capacités individuelles et d’une conception étroite. Toutefois, il doit être suffisamment large et flexible.

La guerre en Ukraine montre que quelque chose est nouveau, mais que beaucoup de choses sont bien connues. Le danger est de se concentrer uniquement sur le nouveau et d’ignorer le plus familier. Il semblerait que Diesen soit tombé dans ce piège.

Le mantra de Diesen, qui consiste à ne pas demander une défense plus importante que le budget prévu, constitue une entrée dangereuse dans le débat sur la défense. C’était peut-être pertinent il y a 20 ans, lorsque les gens croyaient en la paix éternelle. Il nous faut désormais un débat sur une défense pertinente, adaptée aux menaces auxquelles nous sommes confrontés. Des dangers bien plus grands aujourd’hui que dans le passé. Alors les anciennes solutions de Diesen n’aident pas.