Au moins 20 000 personnes pourraient être mortes à la suite des inondations en Libye. C'est pour ça que ça s'est si mal passé. - 13

Un été chaud, deux barrages brisés et un conflit prolongé pourraient avoir exacerbé le désastre en Libye.

Des membres de la Croix-Rouge au travail à Derna en Libye. La photo a été prise le 12 septembre.

Des pluies extrêmes ont provoqué la rupture de deux barrages dans l’est de la Libye. D’énormes masses d’eau ont ainsi frappé Derna et les 100 000 habitants de la ville.

Plus de deux jours après la catastrophe, le bilan est toujours aussi alarmant : le ministre de l’Aviation, Hichem Abou Chkiouat, du gouvernement de l’Est libyen, a déclaré mercredi que 5 300 personnes avaient été retrouvées mortes. Peu de temps auparavant, le ministre de la Santé, Othman Abduljaleel, avait déclaré au sein du même gouvernement que plus de 2 000 personnes avaient été confirmées mortes.

De toute façon, ce nombre devrait augmenter et, selon Chkiouat, le bilan final pourrait être élevé. Il affirme que de nouveaux corps sont constamment découverts dans la mer à l’extérieur de Derna.

Le maire de Derna a déclaré mercredi soir à Al-Arabyia que le nombre de morts atteindrait 20 000.

Au moins 10 000 personnes sont portées disparues, selon la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR). Une recherche intense des disparus se poursuit.

Comment est-il possible que tant de personnes soient tuées par de fortes pluies en Libye, un pays que nous considérons habituellement comme un pays désertique ?

Voici les principales raisons :

Voilà à quoi ressemblait Derna avant et après les inondations catastrophiques.  L'image satellite en haut date du 2 septembre.  Celui du bas date du 12 septembre.

Voilà à quoi ressemblait Derna avant et après les inondations catastrophiques. L’image satellite en haut date du 2 septembre. Celui du bas date du 12 septembre.

1. La tempête Daniel a encore frappé

La catastrophe s’est produite après que la tempête Daniel a frappé la Libye dimanche. Au cours d’une journée, plusieurs villes ont été touchées par 150 à 240 mm de précipitations.

Le pire a été enregistré dans la ville d’Al-Bayda, où 414,1 mm de pluie ont été mesurés en 24 heures, selon les sites Internet de l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

5 à 6 jours auparavant, Daniel avait semé la mort et la destruction en Grèce et dans les pays voisins. Une station météorologique a signalé 750 mm de pluie en une journée. Cela correspond à autant de précipitations que vous en avez normalement pendant 18 mois.

Il peut être difficile d’imaginer l’ampleur des précipitations. Pour illustrer, nous pouvons imaginer que les précipitations sont arrivées sous forme de neige. Il serait alors tombé 7,5 mètres de neige en une journée.

On savait d’avance que Daniel frapperait la Libye. 72 heures à l’avance, le service météorologique national a annoncé des conditions météorologiques extrêmes. L’état d’urgence a été déclaré dans l’est de la Libye.

Une question est de savoir si tout le monde a reçu cette notification. La catastrophe montre à quel point il est important que chacun reçoive une alerte précoce, écrit l’OMM. En collaboration avec plusieurs partenaires, l’ONU a lancé une campagne « Alerte précoce pour tous ». L’objectif est de garantir qu’une alerte précoce parvienne à tout le monde et conduise à des mesures préventives.

Une autre question est de savoir si une alerte précoce a vraiment aidé. Les destructions à Derna sont si énormes qu’il est difficile de voir comment on pourrait s’y préparer.

Il y a une semaine, des pluies torrentielles tombées sur Daniel ont provoqué une énorme inondation en Grèce.

Il y a une semaine, des pluies torrentielles tombées sur Daniel ont provoqué une énorme inondation en Grèce.

2. Le changement climatique pourrait avoir intensifié la tempête

La tempête Daniel est devenue si dangereuse parce qu’elle a gagné en puissance en raison des températures très élevées en Méditerranée. Le climatologue Davide Faranda s’en explique au journal français Le Monde. Il est spécialiste des événements météorologiques extrêmes et de leur lien avec le changement climatique.

Les masses d’air sont devenues très humides en raison de l’évaporation de la Méditerranée. De la même manière que les eaux chaudes des océans créent souvent des ouragans dans le golfe du Mexique, les eaux chaudes de la Méditerranée ont dynamisé Daniel.

La température moyenne de la mer cet été était de 28 degrés Celsius. Il fait deux à trois degrés de plus que la normale, explique Karsten Haustein à AP. Il est chercheur en climatologie et météorologue à l’Université de Leipzig en Allemagne et souligne que Daniel n’a pas encore été étudié de près.

Il dit que les conditions météorologiques qui ont créé Daniel auraient été façonnées même sans le changement climatique. Mais les conséquences n’auraient sans doute pas été aussi graves, estime-t-il.

– Dans un monde plus froid, Daniel ne se serait pas développé aussi vite, dit Haustein. – Et cela n’aurait pas frappé la Libye avec une force aussi extrême.

Mardi, il y a eu des morts dans les rues de nombreux endroits de Derna.

Mardi, il y a eu des morts dans les rues de nombreux endroits de Derna.

3. Le sol sec peut avoir contribué à l’inondation

Les fortes pluies ont atterri sur un sol désertique rendu encore plus sec par des mois de chaleur extrême.

Vers la fin de la saison, les cours d’eau regorgent également de déchets naturels ou humains qui empêchent le bon écoulement de l’eau. Cela peut contribuer au débordement d’une rivière.

– On l’a déjà vu en Sicile, dit Faranda au Monde.

4. Deux barrages éclatent

Les précipitations ont atteint des niveaux record et deux vieux barrages au sud de Derna, donc plus à l’intérieur des terres, se sont effondrés.

– Les barrages n’ont pas été entretenus depuis 2002 et ils n’étaient pas très grands, explique l’adjoint au maire Ahmed Madroud à Al Jazeera.

Le fait qu’ils n’aient pas été maintenus peut être lié à la situation politique en Libye. Le pays est plongé dans le chaos depuis le renversement du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.

L’inondation a emporté avec elle des parties de la ville.

L’inondation a emporté avec elle des parties de la ville.

La Libye compte deux gouvernements, un à l’ouest et un à l’est du pays.

La rupture des barrages a sans doute aggravé les destructions. Le raz-de-marée qui a frappé la ville est qualifié de tsunami. Les vagues de crue atteignaient sept mètres de haut, selon Yann Fridez du Comité international du Rouge Rouge.

Le raz-de-marée a emporté des quartiers entiers dans la mer, selon le New York Times.

Les divisions politiques, l’instabilité économique, la corruption, la dégradation de l’environnement et le délabrement des infrastructures pourraient avoir contribué à intensifier le désastre lorsque les barrages au sud de la ville se sont effondrés, écrit le journal.

La région de Derna a déjà été touchée par la guerre.  Pendant une période entre 2014 et 2015, la ville a été contrôlée par ce qu’on appelle l’État islamique.

La région de Derna a déjà été touchée par la guerre. Pendant une période entre 2014 et 2015, la ville a été contrôlée par ce qu’on appelle l’État islamique.

5. De nombreux bâtiments étaient situés près de la rivière

Au moins 20 pour cent de Derna a été détruite, selon l’adjoint au maire de Derna.

Il affirme que de nombreux bâtiments moins solides se sont dressés les uns contre les autres dans des rues étroites, très proches des endroits où l’eau a coulé.

– Lorsque le fleuve est sorti de son lit, il a emporté avec lui tous les bâtiments, alors que les familles se trouvaient à l’intérieur, raconte Ahmed Madroud à Al Jazeera.

Il peut être difficile de déterminer combien de personnes ont été tuées, car on suppose que bon nombre des morts pourraient avoir été emportés par la mer.

La difficile reconstruction peut être renforcée par le fait que Derna a longtemps été une ville peu prioritaire. Même si la ville comptait 100 000 habitants, elle ne disposait pas d’un véritable hôpital, écrit Al Jazeera.

La ville a été contrôlée pendant une période en 2014-2015 par ce qu’on appelle l’État islamique (EI). Après l’EI, s’ensuit une période de guerre entre deux milices.