Il assurera la place de la Norvège dans l'espace. La décision sensationnelle de Trump en est en grande partie la cause. - 11

Les nouveaux chasseurs offrent de nouvelles opportunités à l’armée de l’air. Désormais, ils visent encore plus haut.

Eskild Kristiansen (44 ans) entreprend un travail pionnier pour l’armée de l’air norvégienne en collaboration avec le port spatial d’Andøya.

La version courte

L’investissement des forces armées norvégiennes dans l’espace est perçu par beaucoup comme l’une des choses les plus importantes qui se soient produites depuis longtemps.

Les nouvelles technologies fonctionnent à plein régime. Le chasseur F-35 a succédé au F-16. L’avion de surveillance maritime P-8 a remplacé l’avion Orion.

Une telle évolution bouleverse les procédures de gestion et de contrôle. Toutes les composantes des Forces armées doivent pouvoir « parler ensemble ». Principalement numérique.

Et c’est ici qu’Andøya entre en scène.

Collaboration unique avec un nouveau port spatial norvégien

Le premier port spatial de Norvège, Andøya Spaceport, pourrait devenir le premier en Europe occidentale à lancer des satellites en orbite autour de la Terre. Cela peut ouvrir un nouveau monde à la fois pour la défense et pour les affaires.

Et maintenant, une collaboration pratique commence : l’armée de l’air entrera dans la salle de contrôle d’Andøya et fera partie de l’appareil responsable du lancement, ce qu’on appelle le contrôle de lancement.

Mais d’abord, un peu d’histoire : c’est Donald Trump qui, le premier, a lancé la défense dans l’espace.

Le coup de pouce de Trump – et Star Trek

En 2018, le président de l’époque avait lancé l’idée d’une « Space Force ». En décembre 2019, la force spatiale a été créée en tant que branche distincte de la défense.

Trump a qualifié l’espace de « domaine de guerre le plus récent au monde ».

Cela a mis l’imagination en mouvement. Les caricaturistes de journaux ont montré Trump dans une combinaison spatiale. Les comédiens se sont plaints des extraterrestres et des menaces imaginatives venues de l’espace. Le logo Space Force donne de fortes associations à la série de science-fiction Star Trek.

Netflix a lancé la série comique dramatique « Space Force » en 2020. Elle a eu deux saisons.

Le président Donald Trump dévoile le nouveau drapeau de la Space Force en 2020. Certains aimaient souligner la similitude avec l'emblème de

Le président Donald Trump dévoile le nouveau drapeau de la Space Force en 2020. Certains aimaient souligner la similitude avec l’emblème de « Starfleet » de la série de science-fiction Star Trek.

Ce ne sont toujours pas des extraterrestres

Les ambiguïtés entourant les tâches de la nouvelle force étaient répandues. L’expert militaire Todd Harrison a expliqué en clair ce que Space Force ne fait pas devrait être:

« Il ne s’agit pas d’envoyer du personnel militaire dans la salle. Cela n’a rien à voir avec la NASA. Il ne s’agit pas de protéger la Terre des astéroïdes ou des extraterrestres. »

Les Alliés ont emboîté le pas

Depuis lors, l’espace est devenu un élément important de la pensée militaire. En 2019, l’OTAN a défini l’espace extra-atmosphérique (« Espace ») comme le cinquième domainele cinquième domaineLes quatre autres sont la terre, la mer, l’air et le cyberespace. dans les Forces armées.

Les alliés de l’Amérique ont emboîté le pas. Les Britanniques et les Français ont tous deux obtenu un commandement spatial – « Space Command » – en 2019. Le Danemark a annoncé en 2020 qu’il souhaitait une force spatiale. L’Italie, l’Allemagne et le Canada ont suivi. Ce qu’ils ont en commun, c’est leur lien étroit avec l’armée de l’air.

En Norvège, l’espace est soumis le service électroniquele service électroniqueService de renseignement extérieur civil et militaire norvégien. Responsable de toutes les activités de renseignement dans les forces armées. Directement subordonné au chef de la défense. Le Storting supervise par l’intermédiaire du comité EOS..

Aucun soldat spatial norvégien en vue

Vu des yeux des Norvégiens, le domaine spatial n’a pas grand-chose à voir avec la guerre au laser et les soldats en combinaison spatiale.

C’est ici qu’intervient le lieutenant-colonel Eskild Kristiansen, 44 ans. Il obtient un poste que personne n’a eu avant lui, celui de responsable de l’utilisation du domaine spatial par l’armée de l’air. Lui-même peut piloter à la fois des F-16 et des F-35.

Kristiansen constituera un groupe de travail qui sera associé au port spatial d’Andøya. Une coopération civilo-militaire étroite s’établit autour des lancements. Le port spatial d’Andøya fournit ce qui est nécessaire pour lancer des fusées, tandis que l’armée de l’air jouera certains rôles opérationnels.

Il fournira aux forces armées norvégiennes des connaissances sur l’espace, les infrastructures et les aspects pratiques/techniques du lancement. En retour, Kristiansen et son groupe ajouteront des connaissances sur la sécurité, la préparation, le contrôle qualité, les procédures et la planification.

– Il s’agit de développer l’autosuffisance nationale. Parce que nous ne l’avons pas encore, dit Ingun Berget. Elle est la directrice générale du port spatial d’Andøya.

– L’armée de l’air doit apporter son aide dans notre salle des opérations, et nous avons besoin de ressources et d’expertise dans notre équipe, dit-elle

Le port spatial est stratégiquement important pour la Norvège

La coopération entre le port spatial et l’armée de l’air norvégienne doit servir les deux parties. Une lettre d’intention avec le ministère de la Défense vise à développer les compétences et capacités nationales. Il est considéré comme stratégiquement important. L’objectif est de couvrir les besoins militaires nationaux et alliés en matière de lancement de satellites.

– Nous avons chacun nos expériences, et le lancement commercial de lanceurs plus petits sur une base commerciale n’a jamais été fait auparavant. Du moins pas dans les pays occidentaux avec lesquels nous travaillons. Nous n’avons donc aucun endroit où obtenir une expertise continue, explique Berget.

Certes, il y a des contacts avec NasaNasaLa NASA est l’agence gouvernementale américaine chargée de la recherche aéronautique civile et des activités spatiales. Fonctionne avec l’exploration de la Terre, de l’atmosphère et de l’espace extra-atmosphérique. Fondée en 1958. et le centre spatial français CNES pour les formations et le transfert de compétences. Mais ce n’est pas comme si nous pouvions les appeler à chaque fois que nous nous interrogeons sur quelque chose, explique Berget à Aftenposten.

Il assurera la place de la Norvège dans l'espace. La décision sensationnelle de Trump en est en grande partie la cause. - 14

Ingoun Berget

Directeur général du port spatial d’Andøya

Où « l’Air » rencontre « l’Espace »

Eskild Kristiansen voit une distinction technologique claire entre le point où l’air se termine et le point où commence l’espace.

– Aller dans l’espace est coûteux et compliqué, et cela est loin des tâches principales de l’armée de l’air, explique Kristiansen à Aftenposten.

Mais lorsqu’il s’agit de ce qui doit être fait, la distinction est artificielle, estime-t-il.

– L’important n’est pas les capteurs qui fournissent des informations le sont. L’important est de regrouper les informations dans une vision globale de la situation.

– Parce qu’il y a quelque chose à envoyer dans les airs ; tels que les avions, l’artillerie, les missiles, les drones. L’espace aérien doit être coordonné pour y parvenir. C’est ainsi que la dimension spatiale se confond avec la dimension aérienne.

– L’espace est le nouveau surplomb

– J’aime considérer l’Espace comme le nouveau surplomb. Du point de vue de la guerre, les humains se sont toujours battus pour prendre le dessus sur le champ de bataille. Arrivez-y en premier, obtenez le plus haut, voyez le meilleur et obtenez le meilleur aperçu.

Kristiansen estime que les forces armées norvégiennes dépendent entièrement d’une telle vue d’ensemble.

Le lieutenant-colonel Eskild Kristiansen de l'armée de l'air (tv) dirigera une force opérationnelle au port spatial d'Andøya.  Le brigadier Tron Strand est à la tête du Centre national des opérations aériennes de Reitan.

Le lieutenant-colonel Eskild Kristiansen de l’armée de l’air (tv) dirigera une force opérationnelle au port spatial d’Andøya. Le brigadier Tron Strand est à la tête du Centre national des opérations aériennes de Reitan.

– Nous devons diriger une symphonie entière

Le partage d’informations et la communication sur les plates-formes de haute technologie dépendent de capteurs, notamment dans l’espace.

– Avec les F-35 et P-8, le domaine spatial devient critique pour pouvoir mener des opérations, explique le brigadier Trond Strand.

Il est le chef du Centre National des Opérations Aériennes (NAOCNAOCCentre des opérations aériennes norvégiennes) à Reitan près de Bodø. Kristiansen, qui dirige la section Espace du centre d’opérations, lui rend compte. La tâche consiste à opérationnaliser l’utilisation de l’espace par l’armée de l’air.

Le centre change désormais de nom pour devenir Centre conjoint d’opérations aériennes (JAOCJAOCCentre conjoint des opérations aériennes). Juste pour reprendre des temps nouveaux. Le centre de contrôle et d’alerte de Sørreisa aura de nouvelles tâches.

– Les opérations que nous menons actuellement sont très complexes. Ils contiennent des capteurs dans l’espace, issus des forces spéciales, des forces navales et des forces armées. Toute cette symphonie doit être dirigée, dit Strand.

Kristiansen l’exprime ainsi : – Voir, comprendre et agir plus vite, mieux et plus informé.