L’acquittement de Knut Rød : des opinions non pertinentes - 3

Ceci est un article de débat. Toutes les opinions exprimées dans le texte engagent la responsabilité de l’auteur. Si vous souhaitez participer au débat, vous pouvez lire comment procéder ici.

L’historien et auteur Torgeir Sæveraas répond dans Aftenposten du 13 septembre à ma chronique sur l’acquittement de Knut Rød. Il écrit sur la formation des mythes et les « divergences » entre les sources et les prémisses du jugement et fait référence au « jugement rouge ». Mais pense-t-il au premier ou au deuxième jugement ?

Sæveraas mélange les affaires de la cour d’appel.

La première affaire (1946) s’est soldée par un acquittement suite à une dissidence et a été annulée par la Cour suprême. Elle est donc légalement « morte et impuissante ». Une évaluation plus approfondie de la culpabilité ou non de Rød doit se rapporter au deuxième jugement (1948) et à lui seul.

La question que j’ai soulevée dans ma chronique est la suivante : Rød était-il coupable ou innocent ?

Ensuite, il faut, comme moi, se demander s’il existait des raisons de faire appel du deuxième acquittement de 1948. Il n’a pas fait l’objet d’un appel et est donc devenu juridiquement contraignant.

Je pense qu’il aurait fallu faire appel avec une demande d’annulation. Les motifs du jugement étaient erronés et l’application de la loi était incorrecte.

Si Sæveraas veut débattre de la culpabilité ou de l’innocence de Rød, il doit s’en tenir au deuxième acquittement de 1948 et discuter de la question de savoir si les motifs du verdict étaient insuffisants et si l’application de la loi par le tribunal était correcte.

Dans le contexte juridique, les opinions générales sur la « divergence » et la « création de mythes » ne sont pas pertinentes.

Christopher S. Harper,

Avocat et historien