Sept groupes se portent candidats à l'appel d'offres norvégien pour l'éolien en mer - 3

OSLO, 15 novembre (Reuters) – Sept groupes de sociétés énergétiques ont demandé à être préqualifiés pour le premier appel d’offres commercial de parcs éoliens offshore en Norvège, a déclaré le gouvernement mercredi, tandis que plusieurs autres ont abandonné la course en raison de la flambée des coûts qui a freiné l’intérêt.

L’appel d’offres offre la possibilité de construire des éoliennes fixées au fond de la mer du Nord d’une capacité de 1,5 gigawatts, dans ce que la Norvège espère être le point de départ d’un développement massif de l’énergie offshore d’ici à 2040.

« Malgré les fortes augmentations de coûts qu’a connues récemment le secteur mondial de l’éolien en mer, plusieurs acteurs de premier plan ont demandé à participer aux enchères « , a déclaré le ministre norvégien du pétrole et de l’énergie, Terje Aasland, dans un communiqué.

Le gouvernement va maintenant évaluer les candidatures, a-t-il ajouté.

Si moins de six candidats peuvent être présélectionnés, le ministère évaluera s’il convient de procéder à une vente aux enchères ultérieure, selon le communiqué.

Des entreprises telles que Equinor (EQNR.OL), RWE (RWEG.DE), BP (BP.L) et Shell (SHEL.L) ont toutes participé à l’appel d’offres en tant que membres de consortiums plus importants.

Le fabricant chinois d’éoliennes Mingyang Smart Energy figurait également parmi les entreprises cherchant à se préqualifier pour la vente aux enchères.

Plusieurs autres consortiums précédemment intéressés ont annoncé qu’ils ne participeraient pas, notamment les groupes dirigés par Orsted (ORSTED.CO), Vattenfall et une filiale d’Eni (ENI.MI).
.

Reuters Graphics

En 2020, la Norvège a ouvert la zone Soerlige Nordsjoe II, proche de la frontière maritime danoise, au développement de l’énergie éolienne en mer.

Cependant, il a fallu du temps pour définir les critères de l’appel d’offres dans un contexte de querelles sur la connexion au réseau et le financement, le développement de l’éolien offshore étant affecté par l’augmentation des coûts de la chaîne d’approvisionnement mondiale et par les pressions inflationnistes.

En juin, les législateurs norvégiens ont accepté d’augmenter les subventions offertes pour Soerlige Nordsjoe II de 53 % pour atteindre 23 milliards de couronnes norvégiennes (2,13 milliards de dollars), mais les représentants de l’industrie et les groupes de pression se demandent toujours si cela est suffisant.

(1 $ = 10,8087 couronnes norvégiennes)

Reportage de Nora Buli, rédaction de Terje Solsvik et Chizu Nomiyama

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Acquérir des droits de licence, ouvre un nouvel onglet