Les compagnies pétrolières norvégiennes doivent faire face à des coûts d'investissement plus élevés en raison de l'inflation - 3

Une vue générale des plateformes du champ pétrolier Johan Sverdrup d’Equinor en mer du Nord, en Norvège, le 3 décembre 2019. REUTERS/Ints Kalnins//File Photo Acquérir les droits de licence

OSLO, 16 novembre (Reuters) – Les compagnies pétrolières et gazières norvégiennes prévoient d’investir davantage en 2023 et 2024 qu’on ne le pensait précédemment, l’inflation faisant grimper le coût de développement des champs, selon une enquête de l’office national des statistiques (SSB) publiée jeudi.

Le principal secteur d’activité du pays prévoit désormais d’investir 216 milliards de couronnes norvégiennes (19,94 milliards de dollars) en 2023, contre une prévision de 213 milliards en août, selon le SSB.

Les compagnies pétrolières prévoient désormais d’investir 232 milliards de couronnes en 2024, contre une estimation précédente de 207 milliards.

« L’estimation plus élevée est principalement due à des estimations de coûts rapportées significativement plus élevées sur certains projets de développement », a déclaré SSB dans un communiqué.

« Ces coûts accrus ne contribueront probablement pas beaucoup à l’augmentation de la capacité de production par rapport aux prévisions initiales.

Depuis le début de l’année, un seul projet de développement de nouveau champ a été soumis, alors que plus de 16 projets avaient été présentés en 2022 pour bénéficier d’incitations fiscales.

En septembre, Equinor (EQNR.OL) a soumis un plan de développement et d’exploitation (PDO) de 4 milliards de couronnes pour sa découverte de gaz Eirin en mer du Nord.

Les projets de développement ne sont inclus dans l’enquête sur les investissements que lorsqu’un PDO est soumis aux autorités.

SSB a déclaré que l’affaiblissement de la couronne norvégienne par rapport au dollar américain et à l’euro a renforcé l’inflation déjà élevée des coûts mesurés en couronnes.

(1 $ = 10,8304 couronnes norvégiennes)

Reportage de Nerijus Adomaitis ; Rédaction de Terje Solsvik

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Acquérir des droits de licence, ouvre un nouvel onglet