Les touristes européens ont subi un choc culturel lorsqu'ils sont arrivés en Norvège dans les années 1800. - 33

En tant que pays relativement
relativement inaccessible, il a fallu un certain temps avant que la Norvège ne devienne une destination touristique majeure.
destination touristique.

« Il n’y avait
Il n’y avait pas de voyageurs d’agrément avant les premiers touristes vers 1800 », explique Bjarne Rogan, professeur émérite, à sciencenorway.no.
Bjarne Rogan à sciencenorway.no.

Mais lorsque
touristes étrangers, ils ont pu découvrir des modes de transport et d’hébergement très exotiques, explique Bjarne Rogan.
de voyage et d’hébergement très exotiques, explique M. Rogan.

En tant qu’historien de la culture à l’Université d’Oslo (UiO)
historien culturel à l’Université d’Oslo (UiO), Rogan a mené des recherches sur l’histoire des transports, les voyages et le tourisme au 19e siècle.
l’histoire des transports, des voyages et du tourisme au 19e siècle.


Turister i Stalheim.

Vossevangen, hester og skysskarer ved Vangsvatnet, Fleischers hotell i bakgrunnen.

Vossevangen, hester og skysskarer ved Vangsvatnet, Fleischers hotell i bakgrunnen.

Dampskip i Balholm i Sogn.

Balholm i Sogn

Fatigué de
Rome et de la Suisse

« Beaucoup d’étrangers se sont lassés de la Rome antique ou des montagnes suisses.
beaucoup d’étrangers en avaient assez de la Rome antique ou des montagnes suisses », explique le professeur.
professeur.

Ce sont souvent les Anglais, les Allemands et les Français qui se rendent en Norvège.
souvent les Anglais, les Allemands et les Français qui se rendaient en Norvège.
Si les touristes découvraient des paysages magnifiques, les auberges étaient peu nombreuses, d’après Rogan.
était médiocre, selon Rogan.

Une fois de plus, ce sont les agriculteurs qui sont chargés de prendre soin des touristes.
les fermiers étaient chargés de s’occuper des touristes. Il ne s’agissait
Il ne s’agissait pas seulement d’assurer le transport.

Hôtel Røisheim en 1885.

Hôtel Røisheim en 1885.

Slagbenk

Slagbenk

Cuisson à plat.

Cuisson à plat

Turister i Valdres.

Turister i Valdres.

Visites
de personnes instruites

Les touristes européens ont subi un choc culturel lorsqu'ils sont arrivés en Norvège dans les années 1800. - 41

« Les prêtres étaient ravis de recevoir la visite de personnes instruites », déclare le professeur émérite Bjarne Rogan.

Si les
lords anglais appréciaient les paysages norvégiens, ils n’étaient pas impressionnés par les
la nourriture paysanne et la litière de paille norvégiennes.

Les touristes
ont appris assez rapidement à trouver de meilleures conditions d’hébergement. Ils
Ils cherchaient alors le prêtre.

Sur le plan social,
il se situait bien au-dessus des gens ordinaires.

« (…)
les résidences officielles étaient comme des îlots dans une mer de culture paysanne ».
paysannes », décrit Rogan dans un chapitre de l’ouvrage commémoratif non publié.
commémoratif Tid og historie (Temps et histoire).

« Les prêtres
Les prêtres étaient ravis de recevoir la visite de personnes instruites. Ils étaient
isolés dans la campagne, et des mois pouvaient s’écouler entre chaque fois qu’ils
des mois entre deux visites d’étrangers, et des années entre deux visites d’invités », explique-t-il.

Dans les presbytères, les invités ont pu dormir sous des duvets, manger et boire quelque chose de bon. Voici le presbytère de Kråkstad à Follo.

Dans les presbytères, les invités ont pu dormir sous des duvets, manger et boire quelque chose de bon. Voici le presbytère de Kråkstad à Follo.

Frappé
à la porte du prêtre

D’après
Rogan, certains guides de voyage, au milieu du 19e siècle, ont même commencé à affirmer que les presbytères valaient la peine d’être visités.
que les presbytères valaient la peine d’être visités.

« Évitez les lits de paysans
évitez les lits de paysans ou les boîtes à puces, et cherchez le prêtre – il vous accueillera. Et c’est avec une grande joie qu’ils l’ont fait », dit-il.
l’ont d’ailleurs fait avec beaucoup de joie », précise-t-il.

Il ajoute
Il ajoute qu’une approche intelligente pourrait consister à frapper à la porte du prêtre et à demander la clé de l’église, comme si l’intérêt principal était de jeter un coup d’œil sur le site.
la clé de l’église, comme si l’intérêt principal était de jeter un coup d’œil à l’intérieur.
l’intérieur.

Des artistes ont contribué à une nouvelle vision de la nature norvégienne, selon le professeur associé Torild Gjesvik de l'UiO.

Des artistes ont contribué à une nouvelle vision de la nature norvégienne, selon le professeur associé Torild Gjesvik de l’UiO.

Il s’agissait de choisir entre des boîtes à puces et des duvets.
entre les boîtes à puces et les duvets. Les touristes ont fini par devenir un fardeau pour les prêtres.
sont devenus un fardeau pour les prêtres, ils étaient trop nombreux.

Pensée
que les montagnes étaient laides

Les
Les touristes sont arrivés peu de temps après que les Norvégiens eux-mêmes ont commencé à apprécier les qualités de la nature et des paysages norvégiens.
les qualités de la nature et des paysages norvégiens.

« La vision
du paysage a changé de façon spectaculaire », déclare Torild Gjesvik. Elle est
d’histoire culturelle et de muséologie à l’UiO.

Gjesvik a
a rédigé une thèse de doctorat sur les motifs routiers dans l’art et le livre Knud
Knudsen – Veien, reisen og landscapet
(Knud Knudsen – The road, the
et le paysage) sur le photographe qui a voyagé et pris des photos de la Norvège.
photos de la Norvège.

Les touristes européens ont subi un choc culturel lorsqu'ils sont arrivés en Norvège dans les années 1800. - 43

Dans son
Gjesvik donne l’exemple d’Åsmund Olavsson Vinje. Il voyageait à
Rondane en 1860 et discutait avec les habitants de la nature et des montagnes.

« Avec l’ambivalence
ambivalence caractéristique, Vinje décrit comment sa propre attirance pour Rondane
rencontre une résistance inébranlable de la part des fermiers locaux », écrit Gjesvik dans son
livre.

« Vous dites que Rondane est belle, n’est-ce pas ?
Vous dites que Rondane est belle, n’est-ce pas ? », dit une femme à Vinje. « Non, c’est
Non, c’est aussi laid que le diable lui-même », aurait-elle répliqué.

Presque
obsédé par l’infrastructure

« Les nouvelles
routes qui ont été construites tout au long du 19e siècle ont permis à un plus grand nombre de personnes d’y avoir accès », explique M. Gjesvik.
explique M. Gjesvik.

C’était particulièrement vrai pour les artistes qui peignaient la nature sauvage.
Cela était particulièrement vrai pour les artistes qui peignaient la nature sauvage. Les nouvelles routes leur ont permis d’accéder à une nature qui leur aurait été inaccessible autrement.
d’accéder à une nature qui aurait été inaccessible autrement.

« Même
Même si les routes n’ont pas nécessairement été représentées dans leurs peintures, on sait que les artistes ont emprunté les nouvelles routes lors de leurs voyages d’étude », précise M. Gjesvik.
les artistes ont emprunté les nouvelles routes lors de leurs voyages d’étude », explique M. Gjesvik. « Les
Les artistes ont également contribué à sensibiliser le grand public aux voyages dans une nature magnifique.
à travers une nature magnifique. »

Le seul hôtel était situé à Næs in Suldal.

Le seul hôtel était situé à Næs in Suldal.

Appris
de l’anglais

Ce sont les Norvégiens aisés qui ont été les premiers à explorer leur pays en tant que touristes.
les premiers à explorer leur pays en tant que touristes, selon le livre Turismens paradokser.
selon le livre Turismens paradokser. Turisme som utvikling og innvikling (Les paradoxes
paradoxes du tourisme. Le tourisme en tant que développement et complication).

L’auteur
est Arvid Ingmar Viken, professeur de tourisme à l’UiT (Université arctique de Norvège).
Norvège. Il a rédigé le chapitre sur le tourisme à travers l’histoire avec
Ola Sletvold.

« Cela a
Cela a commencé avec des personnes de la classe supérieure d’Oslo qui ont été inspirées par leurs pairs anglais pour aller dans les montagnes », écrivent les auteurs.
d’aller dans les montagnes », écrivent les auteurs.

Turisthytten ved Mysevandet i Mauranger.

Turisthytten ved Mysevandet i Mauranger.

Les Anglais
avaient souvent voyagé dans les Highlands écossais ou, comme le mentionne également Rogan, dans les Alpes.
Alpes. Ils y pratiquaient des sports de montagne comme l’escalade.

Au début, les Norvégiens aisés ont bénéficié d’une aide et d’une formation locales.
Au début, les Norvégiens aisés ont bénéficié d’une aide et d’une formation sur place.

« Les
Les premiers touristes de montagne ont fait largement appel à des guides de montagne, de préférence des agriculteurs de montagne qui connaissaient bien la région.
de préférence des paysans de montagne qui connaissaient bien la région ».

Apparemment,
Les guides de montagne étaient à la fois admirés et critiqués pour leur volonté de montrer le chemin dans les régions qu’ils connaissaient, mais moins pour s’aventurer en terrain inconnu.
dans les régions qu’ils connaissaient, mais moins disposés à s’aventurer sur des terrains inconnus.

Croisières
et cabines

Le tourisme en
Norvège n’est pas seulement centré sur les montagnes.

Le premier
bateau de croisière en Norvège aurait quitté le quai en 1882, écrivent Sletvold et Viken.
écrivent. Le navire serait parti d’Angleterre pour rejoindre les fjords de l’ouest de la Norvège, puis le Cap Nord.
de l’ouest de la Norvège, puis jusqu’au Cap Nord.

Les touristes européens ont subi un choc culturel lorsqu'ils sont arrivés en Norvège dans les années 1800. - 46
Les touristes européens ont subi un choc culturel lorsqu'ils sont arrivés en Norvège dans les années 1800. - 48

La croissance
du tourisme de croisière norvégien allait encore s’amplifier.

En juin, E24 (lien en norvégien) a rapporté que
la Norvège est en bonne voie pour accueillir près de 3 400 croisiéristes d’ici la fin de l’année.
l’année. C’est un nouveau record.

Photos :

Touristes dans des
transportés dans des calèches entre Odda et Låtefossen. Les chevaux
attendent à Låtefossen. (Photo : Knud Knudsen / Bibliothèque de l’Université de Bergen)

En route
d’escalade à Skjolden, dans le Sogn. De droite à gauche : Thorgeir Sulheim (propriétaire
de la ferme Eide en arrière-plan), Margaret Sophia Green et Halvor Halvorsen.
Halvor Halvorsen. Mme Green était la fille d’un pasteur de York, en Angleterre, qui est venue en Norvège pour faire de l’alpinisme.
pour faire de l’alpinisme. (Photo : Knud Knudsen / Bibliothèque de l’université de Bergen)

Hamlegrø
Hôtel près de Bergen. (Photo : E. Grønberg)

Touristes
avec des calèches à Stalheim. (Photo : Atelier KK / Université de Bergen
de Bergen)

Chauffeurs de calèche
de Vangsvatnet, avec l’hôtel Fleischers à l’arrière-plan. (Photo :
Severin Worm-Petersen / Musée norvégien des sciences et de la technologie)

Navires à
à quai à Balholm dans le Sogn. (Photo : Atelier K. Knudsen / Bibliothèque de l’université de Bergen
de Bergen)

Homme sur un vélocipède
vélocipède à l’hôtel Røisheim en 1885. (Photo : Axel Lindahl / Université de Bergen
de Bergen)

Photo d’un banc
banc traditionnel en bois. (Photo : Stiftelsen Glomdalsmuseet)

Photo de
cuisson de pain plat. (Photo : Probablement photographié par Lauritz Bekker Larsen / Bibliothèque de l’Université
de Bergen)

Touristes à
Valdres. (Photo : Jens Embretsen Robøle / Bibliothèque de l’Université de Bergen)

Låtefoss
est devenu une attraction touristique dès le 19e siècle. Avec Odda comme
point de départ, les premiers touristes se sont rendus à Låtefoss. (Photo : Knud Knudsen / Bibliothèque
de Bergen)

La cabane
cabane de Mysevandet à Mauranger. (Photo : Knud Knudsen / Bibliothèque de l’Université de Bergen
de Bergen)

MY Stella
Polaris a été le premier navire au monde construit pour la croisière. (Photo : Atelier KK / Bibliothèque
de Bergen)

Odda à l’été 1904
l’été 1904. (Photo : Jørgen Grundtvig-Olsen / Bibliothèque de l’Université de Bergen)

Références :

Gjesvik, T.
(2018) « Fotograf Knud Knudsen : Veien, reisen og landskapet » (Photographe Knud
Knudsen : The Road, the Journey, and the Landscape), Oslo : Pax Publishing.

Rogan, B.
(1998) « Mellom tradisjon og modernisering : Kapitler av 1800-tallets
samferdselshistorie » (Entre tradition et modernisation : Chapitres de l’histoire des transports du
l’histoire des transports du 19e siècle), Oslo : Novus Publishing.

Viken, A. (2020)
Turismens paradokser. Turisme som utvikling og innvikling » (Les paradoxes du tourisme.
paradoxes. Le tourisme en tant que
développement et complication), Orkana Publishing.

Traduit par Alette Bjordal
Gjellesvik.

Lisez la version norvégienne de cet
de cet article sur forskning.no